Humeurs de vaches

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 28 avril 2016

Errare humanum est, perseverare cretinum !

Flora 2On devrait imposer un droit de suite aux politiciens qui vont s’extasier devant un modèle économique et politique étranger qu’ils présentent comme une réussite et dont nous devrions tous nous inspirer.

La remarque vaut évidemment pour tous ceux qui ont encensé les communismes de toute la planète, avant de s’apercevoir tardivement, qu’ils conduisaient immanquablement au totalitarisme et à la misère économique. Peu d’entre eux ont admis leur erreur.

Mélenchon fait partie de ces gens qui ont encensé feu son grand ami Chavez sans voir qu’il conduisait tranquillement son pays vers un inévitable désastre.

Déjà du temps de Chavez, la situation n’était pas brillante (voir ici un précédent billet). Malgré un prénom généralement réservé aux personnes de qualité, Nicolas Maduro, son digne successeur n’a fait que prolonger la politique de son mentor, basée sur le clientélisme, l’assistanat généralisé et l’omniprésence d’un secteur public parfaitement inefficace.

Le résultat ne s’est pas fait attendre, le Venezuela pourtant assit sur les premières réserves mondiales de brut, s’est enfoncé toujours plus dans une situation que l’on peut, sans risque d’exagération, qualifier de catastrophique.

Lire la suite...

mercredi 20 avril 2016

Vox populi, vox Dei

Quasimodo Le mouvement « Nuit debout », comme l’appel à une « primaire citoyenne » marquent une volonté nette de contourner la classe politique de plus en plus déconsidérée. Au mieux elle est perçue comme déconnectée des préoccupations du Peuple au pire comme une élite qui ne cherche qu’à renforcer son propre pouvoir au détriment des Français.

Ce sentiment est très répandu, largement entretenu par tous ceux qui n’attendent qu’une chose virer cette « élite » et… prendre sa place.

Combien de fois n’a-t-on pas entendu, au détour d’un micro trottoir ou d’une interview journalistique et populaire, le Peuple être opposé aux élites dont les élus constituent la première ligne, dans une espèce de ségrégation quasi naturelle.
Récemment ce fut une interviewée qui se déclarait satisfaite qu’Emmanuel Macron vienne enfin rencontrer le « Peuple » lors d’une réunion dans je ne sais plus quelle ville de province.
Ça a été également François Hollande qui a pu échanger avec « les Français » au cours de « dialogues citoyens » !
Dans la même veine, la nécessité de rester au plus près de la réalité de leurs électeurs, permet aux députés de justifier leur absentéisme à l’Assemblée.
Sans oublier les habituels discours contestataires des extrêmes de droite comme de gauche consistant à légitimer tout mouvement de protestation comme étant « la voix du Peuple » !

Lire la suite...

vendredi 15 avril 2016

A quoi aura donc servi le quinquennat de Hollande ?

ZoraLe quinquennat de François Hollande est en train de se terminer en eau de boudin.

La Loi Travail, dernière salve d’un exécutif impuissant à réformer, va se transformer en un pauvre avorton rachitique. Dépouillée de tout ce qui fâche les uns et les autres, et sans pour autant satisfaire ni les uns ni les autres, elle va finir en un piètre et inutile aménagement d’un code du travail qu’elle aura paradoxalement contribué à sacraliser encore un peu plus.

Pire encore, elle aura servi de prétexte pour annoncer de manière précipitée des mesures non financées destinées à calmer d’auto-proclamés représentants de la jeunesse qui de toutes façon continueront à exiger le retrait du texte.

Bel encouragement au jusqu’au-boutisme pour ces contestataires professionnels qui malgré leur jeunesse en sont restés aux vieux schémas de la Gauche du 20éme siècle (le début).

Comme un symbole de ce qu’auront été ces quatre années, une initiative louable a tourné au désastre faute d’ambition, de courage politique et de convictions affirmées.

Le quinquennat de François Hollande était mal né, désigné candidat du PS sur un malentendu avec lui-même et avec une grande partie de la Gauche, élu par rejet de Sarkozy, François Hollande social libéral convaincu a cru que son art du compromis lui permettrait de guider la France vers un avenir brillant vaguement teinté de rose mais pas trop.

Mais on ne se débarrasse pas aussi facilement de ses poussiéreux oripeaux socialistes, de ses encombrants camarades de parti et surtout de toute une vie de consensus mous !

Lire la suite...

mardi 8 mars 2016

Tradition républicaine oblige (10 ans plus tard)

FloraAussi étonnant que cela paraisse, en lisant que François Hollande remettait la légion d’honneur au prince héritier d’Arabie Saoudite, je me suis retrouvé 10 ans en arrière.

En 2006, dans un des premiers billets de ce blog, je m’étais déjà exprimé sur le sujet (ce qui ne nous rajeunit pas) lorsque Chirac avait décoré de la Grand-Croix de la Légion d’honneur l’infâme Poutine, soit disant au nom d’une tradition républicaine qui exigerait que les chefs d’états étrangers soient honorés !

« Il y a une tradition républicaine qui fait qu'on donne la plaque de Grand-Croix de la Légion d'honneur aux chefs d'Etat étrangers » avait-il prétexté.

C’est probablement par respect de la tradition, qu’en 1987 Mitterrand l’avait honteusement accrochée à la poitrine de ….Noriega, dictateur de sinistre mémoire, mais à l’époque j’étais à peine né et je ne m’en étais pas offusqué !

Lire la suite...

jeudi 3 mars 2016

Conseil d’un vieux con à la jeunesse en lutte !

EvelyneC’est dans ces situations là que l’on s’aperçoit que l’on vieillit, quand on passe du statut de jeune candide, naïf et plein d’enthousiasme à celui de vieux con auquel l’expérience et une certaine sagesse a appris à se méfier des fausses belles causes !

En l’occurrence, l’occasion c’est la peut-être future loi dite El Khomri et la contestation de la « jeunesse ». Bien évidemment quand on parle de contestation de la jeunesse il faut bien avoir en tête que celle-ci est menée sinon manipulée par tout ce que notre pays compte d’organisations politisées et contestataires dont les plus beaux représentants sont l’UNEF pour les étudiants, la FIDL pour les lycéens auxquels il faut ajouter les jeunes communistes, ceux du NPA, du Parti de gauche, de la CGTetc

Lire la suite...

jeudi 25 février 2016

François : Pan sur ton bec Donald

BenoitL’échange de propos indirects mais peu amènes entre le Pape François et Donald Trump ne serait qu’anecdotique s’il n’était révélateur d'une vision dévoyée de la religion…rien de moins !

Au détour d’une conversation, et en référence à des déclarations de Donald Trump, le Pape a affirmé qu’ « (...) Une personne qui veut construire des murs et non des ponts n’est pas chrétienne ».

Ce à quoi Trump a spontanément répondu « Qu’un responsable religieux mette en doute la foi d’une personne est honteux » !

Toute la perversion des religions (et accessoirement la stupidité de Trump) tient dans cette répartie.

Lire la suite...

mardi 7 juillet 2015

Il avait raison Aristote la suite

GeorgetteEntre NAI et OXI, les grec ont choisi OXI ce qui, contrairement à ce qu’un béotien naïf qui n’aurait pas eu le privilège d’étudier le grec aurait pu croire, ne signifie pas Oui mais Non !

Comme quoi il est bien utile de faire du Grec au Lycée !

Pour autant, il ne suffit pas de maîtriser les rudiments de la langue d’Homer pour comprendre ce qui se passe en Grèce.

Les Grecs ont donc dit Non et l’Europe entière s’en étonne !

D’une manière générale, l’expérience montre qu’il est plus facile de répondre non que oui à un référendum. Dans le cas présent, comment aurait-il pu y avoir un réel doute sur le résultat alors que tout était fait pour aboutir au Non ? Une question incompréhensible, un OXI positionné en tête de bulletin au dessus du NAI, un discours rabâché depuis des mois contre l’austérité imposé par des terroristes doublés de maitres chanteurs que ce sont le FMI, l’Europe néo-libérale et les Allemands !

Eh bien figurez-vous qu’avec tout cela, le Peuple s’est prononcé contre !...Ahurissant !

Lire la suite...

jeudi 18 juin 2015

Retenez-moi à la source et je vais faire un malheur

Quasimodo frèreLa retenue à la source fait partie de ces projets serpents de mer dont on parle depuis des décennies et qui ressortent fort opportunément au moment ou le gouvernement a besoin d’occuper le terrain ou de faire diversion.

C’est le genre de projet qui donne l’impression, parce qu’il fait beaucoup parler, qu’il s’attaque au fond des choses, qu’il est une marque de courage et d’activisme politique. C’est retenez-moi à la source et je vais faire un malheur.

Pourtant, au-delà des apparences d’un projet de modernisation (après tout, la plupart des autres pays collectent l’impôt à la source), quel est réellement l’intérêt de ce qui s’annonce particulièrement délicat à mettre en œuvre ?

Le seul réel intérêt de la retenue à la source pour le contribuable, c'est d'éviter le décalage dans le temps entre le moment ou il perçoit des revenus et le moment ou il paye l'impôt sur ces revenus. Décalage problématique en cas de forte variation à la baisse de ses revenus d'une année sur l'autre (forte variation à la baisse et non anticipée évidemment). L’autre avantage avancé c’est que de cette manière le paiement de son impôt est lissé sur toute l’année.

Lire la suite...

vendredi 20 février 2015

Valls dans l’arme fatale calibre 49.3

FloraCa a été moult fois dit et répété, la loi dite Macron a un défaut principal, c’est un fourre tout plein de mesures trop hétérogènes. Quel rapport peut on trouver entre la libéralisation des lignes de car et la simplification de la justice Prud’homale ?

De ce fait, chacun peut y trouver matière à la contester et un bon prétexte pour la rejeter en bloc. Et à droite comme à gauche, ils sont nombreux ceux qui ne cherchent qu’un prétexte pour s’opposer systématiquement au Gouvernement.

Certes, le Gouvernement aurait pu écouter, dialoguer, échanger et prendre en compte les remarques des uns et des autres plus qu’il ne l’a fait (plus de 1 000 amendements ont été pris en compte). Au final on aurait abouti, dans 2 ans, à un texte édulcoré de tout ce qui fâche à droite comme à gauche, les notaires comme les auto-écoles, les pharmaciens comme les syndicats, en bref à un texte vide, creux et parfaitement inutile. Déjà, qu’en l’état, cette loi ne va pas changer la face de la France alors imaginons ce qu’il en resterait s’il avait fallut céder à tous les lobbies.

Manuel Valls a décidé de passer en force, il a bien fait. L’heure n’est plus aux atermoiements, aux piteuses reculades et aux consensus mous. Depuis le début du quinquennat, on a assez reproché à ce gouvernement de n’avoir pas su prendre les problèmes de la France à bras le corps. Il fait enfin, via son premier ministre, preuve de fermeté en assumant enfin son social libéralisme et c’est tant mieux.

Lire la suite...

jeudi 19 février 2015

Il avait raison Aristote

Florentine 2Les mots démagogie et démocratie ont tous les deux la même racine grecque « demos » qui signifie «le peuple » en grec.

Leur cousinage n’est pas un hasard et déjà, en leur temps, les philosophes grecs alertaient sur les interactions entre ces deux notions. Pour Socrate la démocratie pouvait entrainer certaines dérives démagogiques et Aristote parlait même de perversion de la démocratie à propos de la démagogie.

Récemment, et sans doute pour remettre au gout du jour la pensée de leurs brillants penseurs, les Grecs nous ont offert une très belle illustration de cette relation entre démocratie et démagogie.

En promettant aux Grecs la fin de leurs malheurs en échange de …. rien, ou plutôt si, en échange d’augmentations de salaires, d’embauches et d’allégements fiscaux, Tsipras a atteint un niveau de démagogie comme on n’en n’avait encore rarement vu.

Tsipras a ni plus ni moins promis aux Grecs que, demain, l’Europe allait les raser gratis. Fini l’austérité, plus question de se laisser maltraiter par ces usuriers affameurs d’enfants et de leurs parents. Plus question de se laisser dicter ce que l’on a à faire par une quelconque troïka ou d’égoïstes et humiliants teutons.

Lire la suite...

mercredi 21 janvier 2015

Lorsque la notion de blasphème n’aura plus de sens !

Ernest N&BEntendre François Hollande et tous ces gens, au lendemain des assassinats ignobles, nous dire que ces évènements n’ont rien à voir avec l’Islam est à la fois faux et parfaitement contreproductif. Qui pourrait en douter alors que tous ces fous affirment haut et fort commettre leurs exactions au nom de leur Dieu.

On comprend bien que le chef de l’Etat n’ait pas souhaité attiser les rancœurs et les braises de l’islamophobie, on comprend bien qu’il fallait surtout éviter l’amalgame entre les cinglés à moitié dégénérés qui tuent au nom d’Allah et la très très grosse majorité des musulmans, mais nier l’évidence n’est pas la bonne manière de faire.

On doit pouvoir dire que l’Islam a un problème sans être accusé d’Islamophobie (terme trop souvent utilisé pour faire avorter toute tentative de critique) ou d’attiser la haine vis-à-vis des musulmans.

Une religion, quelle qu’elle soit, parce qu’elle est fondée sur la foi c'est-à-dire sur des croyances non rationnelles issues du fond des âges et enrobées de rites immuables dont il est interdit de questionner la pertinence, est par essence difficilement compatible avec la libre pensée.

Lire la suite...

mardi 6 janvier 2015

55 millions pour faire tourner les places !

EdmondEn matière de politique du transport, tout le monde y va de sa petite initiative, dans un désordre et une confusion particulièrement remarquable.

On pense évidemment au dernier épisode en date avec comme actrice principale Ségolène Royal qui s’insurge soudainement contre la hausse des tarifs SNCF pourtant approuvée par son ministère quelques semaines auparavant.

Pour ma part, en tant que parisien, je pense également à une récente et déplorable initiative d’Anne Hidalgo.

Sous la pression des khmers verts qui polluent sa majorité municipale, Madame la Maire, a jugé bon de faire subir aux tarifs du stationnement résidentiel (qui pour ceux qui ne seraient pas familiers avec la langue française concerne les personnes résidents à Paris) une augmentation que l’on peut, sans exagérer, qualifier de substantielle.

Lire la suite...

dimanche 4 janvier 2015

Annus pitoyabilus

ChloéLa fin d'année est traditionnellement l'occasion de jeter un petit coup d'œil en arrière, histoire de se demander si globalement elle a été aussi bonne qu'on a pu le souhaiter 12 mois auparavant.

Autant dire qu’avec cette année 2014, un petit coup d’œil jeté sans préparation psychologique, risque de provoquer un gros traumatisme.

C’est bien simple, pour notre vie collective cette année n’a été ponctuée que de désagréments qui mis bout à bout forment une informe et impressionnante succession de merdouilles désespérantes.

Lire la suite...

dimanche 14 décembre 2014

Les timorés, les étriqués et les sclérosés

ChuchotementsLes débats autour de la Loi dite Macron sont révélateurs d'une certaine incapacité qu'à la politique française à réformer la France.

Rappelons que tout à commencé avec les déclarations d'un Montebourg quasi fanfaronnant nous annonçant avec son habituel aplomb, 30 mesures pour "restituer 6 milliards d'euros aux Français ».

Rien de moins que 6 milliards, donc, récupérés en mettant à bas les privilèges de ces rentiers de notaires, pharmaciens et autres huissiers.

6 milliards ! un chiffre esbroufe par excellence, uniquement basé sur des estimations aussi gonflées que le melon de son créateur !

Lire la suite...

mercredi 26 novembre 2014

La démagogie ennemie de la démocratie !

Meuglette« Si vous préférez qu'on dise (qu'il faut) abroger la loi Taubira pour en faire une autre... En français, ça veut dire la même chose... Ça aboutit au même résultat. Mais enfin, si ça vous fait plaisir, franchement, ça coûte pas très cher »

Mais si ça coute cher, Monsieur Sarkozy !
La démagogie coute toujours cher, elle finit toujours par se payer !
C’est la longue et assidue pratique de la démagogie qui fait que la France a un problème avec sa démocratie !

Lire la suite...

- page 1 de 36