Humeurs de vaches

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Humeur compatissante

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 11 juin 2013

Mais arrêtez d’embêter notre Président !

GalinetteLa Commission Européenne s’est permise de prodiguer ses bons conseils à notre Président de la république à nous, François Hollande. Il n’est pas exagéré de dire que celui-ci n’a que moyennement apprécié que l’on vienne lui dire publiquement ce qu’il a à faire pour tenir ses promesses de réduction de déficit.

Pourtant, à la place de la Commission, nous insisterions tout autant pour bien rappeler à la France que le délai de 2 ans qui lui est octroyé ne doit pas servir de prétexte pour se la couler douce, et que 2 ans ce n’est pas trop (litote) pour atteindre l’objectif fixé. Compte tenu des fâcheux précédents français en matière de promesses non tenues, un tel rappel n’est pas du luxe.

A peine, François Hollande a t-il eu le temps de remballer vertement la Commission par un superbe « La Commission européenne n'a pas à nous dicter ce que nous avons à faire (…) », que c'est au tour du FMI d'embêter notre président.

Lire la suite...

mercredi 14 mars 2012

Attali soutient Hollande…mais que c’est laborieux !

CyprienJacques Attali a affirmé son soutien à François Hollande, rien de surprenant, même si cela fait longtemps qu’Attali n’est plus considéré par quiconque comme un homme de gauche du moins si on s’en tient à la définition qu’on en donne en France.
Etonnement, car inhabituel de la part de quelqu’un qui a l’habitude de manier assez brillamment les concepts, à la lecture de l’édito paru dans l’Express et sur Slate.fr et intitulé « Pourquoi je choisis François Hollande » on ne trouve aucun argument vraiment convainquant.

Attali commence par exprimer ce qu’il reproche à Sarkozy, je cite la phrase in extenso :

« Pour moi, le bilan du président sortant n'établit pas sa crédibilité pour l'avenir, car il n'a rien fait de significatif pour diminuer la dette publique, réformer l'Etat, réduire les privilèges, moderniser la fiscalité, former les chômeurs: s'il l'avait fait, la France aurait encore son triple A, notre chômage serait aussi faible que celui des Pays-Bas, notre jeunesse n'irait pas chercher fortune ailleurs, les talents et les capitaux étrangers se précipiteraient vers l'Hexagone. »

Le verdict est sans appel, mais il est pour le moins malhonnête car excessif. Certes Sarkozy a fait des erreurs, et notamment de ne pas avoir fait sa priorité de la réduction des déficits, mais laisser entendre que s’il avait fait quelque chose de « significatif » pour « diminuer la dette publique, réformer l'Etat, réduire les privilèges, moderniser la fiscalité, former les chômeurs », la France serait dans une santé resplendissante, est trop facile.

C’est, d’une part, faire fi de la crise financière qui a bien contribué à plomber les comptes et surtout c’est extrêmement simpliste. C’est reprocher, à postériori, à Sarkozy de ne pas avoir fait les miracles qui nous auraient permis d’inverser une tendance trentenaire largement entretenue par les gouvernements précédents de droite comme de gauche.

Certes s’il les avait fait ces miracles, on irait mieux, mais gageons que n’importe à sa place, eut mérité la même critique.

Lire la suite...

mercredi 8 décembre 2010

Fallait pas commencer Drucker !

Valentine Fait à noter, et même si je n’en suis pas particulièrement fier, figurez vous que je suis d’accord avec Marine Le Pen sur au moins un sujet !

Hier je suis tombé sur une dépêche de l’AFP reprenant de récents propos de la fille Le Pen sur Radio Classique, propos qui exprimaient un vif mécontentement de ne jamais avoir été invité par Drucker à son émission de « Vivement Dimanche ». La dame était d’autant plus furieuse que le dit Drucker avait affirmé sur le plateau de "On n'est pas couché" qu'il n'avait pas l'intention d'inviter Marine Le Pen, tout comme il n'avait pas invité son père.

Pourquoi Drucker n’invite t’il pas Marine Le Pen à « Vivement Dimanche » ?

Lire la suite...

vendredi 18 mai 2007

Il faut sauver l'(ex) soldat Chirac !

Philomène

Je n’ai jamais été un grand fan du personnage mais j’avoue que le voir partir ainsi, vieilli, fatigué, la tête basse m’a fait un (tout) petit coup au cœur.

Mettons nous un peu à sa place.
Pendant 40 ans, Jacques Chirac n’a pas arrêté de s’agiter s’activer, certes avec des hauts et des bas, mais toujours avec un combat politique à mener. Il a été, pendant des décennies, un personnage central de la vie politique française, il a mené des centaines de campagnes électorales, toujours actif, dynamique, énergique !
Il est arrivé au poste suprême de Président de la République 2 fois de suite.

Et tout à coup, du jour au lendemain, plus rien !

Lire la suite...