Humeurs de vaches

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Humeur consternée

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 21 avril 2017

Rouge bonnet et bonnet blanc

Ernest blog 120x90Le succès de Mélenchon et bien évidemment celui de Le Pen, même s’ils ne s’appuient pas sur le même fond idéologique, relèvent exactement des mêmes ressorts et des mêmes tromperies.

Ils se présentent tous les deux comme les représentants exclusifs du Peuple. Un Peuple évidemment opprimé par l’establishment qui monopolise le pouvoir depuis le début de la 5ème République. Ah, le Peuple ! Le fameux Peuple ! Mais qu’est-ce donc que le Peuple ?

On devine que derrière ce vocable, ceux-là y mettent, non pas le Peuple Français dans sa diversité, mais les p’tits gens, les humbles, les modestes, les plus démunis, les pauvres et les très pauvres, les misérables, les nécessiteux voire même les sans-dents, en fait, toutes les « victimes » de notre société dont ils s’autoproclament les hérauts contre l’élite qui les méprisent !

Comme une version moderne du défenseur de la veuve et l’orphelin, tels des Robin des bois modernes, ils s’arrogent l’exclusivité de la représentation et de la défense des intérêts de tous ces gens.

Une belle cause que personne ne peut décemment contester et que, dans un formidable amalgame, ils utilisent pour rendre incontestable leur propre vérité. Contester l’une revient à s’opposer à l’autre.

Lire la suite...

mercredi 15 février 2017

Rien ne va plus, faites vos jeux !

BiscotteA chaque élection sa surprise !

Le Brexit, Trump, Fillon à la primaire des LR et demain, pourquoi pas Poutou président de la République Française !

Tous les récents scrutins ont pris à contre-pied les commentateurs plus ou moins avertis de la vie politique.

C’est la faillite des sondages, le discrédit de la caste médiatique, clameront en chœur tous ceux qui ne comprennent pas plus que les autres ce qui s’est passé mais qui y voient là une bonne occasion pour crier haro sur les baudets de l’inique pensée unique.

C’est la victoire du Peuple contre les élites prétendront certains, celle des populistes les plus bonimenteurs rétorqueront les autres !

Tout le monde a pour partie raison car l'explication est bien évidemment multiple. Mais plutôt que d’en profiter pour se poser les bonnes et potentiellement dérangeantes questions, chacun y trouve prétexte pour confirmer ses propres convictions ce qui s’accommode assez mal avec les nuances nécessaires à une critique constructive.

Je crains pourtant que ce phénomène ne révèle plutôt que nous avons atteint les limites de notre système démocratique et ce, à cause d’un étrange paradoxe.

Lire la suite...

jeudi 3 mars 2016

Conseil d’un vieux con à la jeunesse en lutte !

EvelyneC’est dans ces situations là que l’on s’aperçoit que l’on vieillit, quand on passe du statut de jeune candide, naïf et plein d’enthousiasme à celui de vieux con auquel l’expérience et une certaine sagesse a appris à se méfier des fausses belles causes !

En l’occurrence, l’occasion c’est la peut-être future loi dite El Khomri et la contestation de la « jeunesse ». Bien évidemment quand on parle de contestation de la jeunesse il faut bien avoir en tête que celle-ci est menée sinon manipulée par tout ce que notre pays compte d’organisations politisées et contestataires dont les plus beaux représentants sont l’UNEF pour les étudiants, la FIDL pour les lycéens auxquels il faut ajouter les jeunes communistes, ceux du NPA, du Parti de gauche, de la CGTetc

Lire la suite...

mardi 7 juillet 2015

Il avait raison Aristote la suite

GeorgetteEntre NAI et OXI, les grec ont choisi OXI ce qui, contrairement à ce qu’un béotien naïf qui n’aurait pas eu le privilège d’étudier le grec aurait pu croire, ne signifie pas Oui mais Non !

Comme quoi il est bien utile de faire du Grec au Lycée !

Pour autant, il ne suffit pas de maîtriser les rudiments de la langue d’Homer pour comprendre ce qui se passe en Grèce.

Les Grecs ont donc dit Non et l’Europe entière s’en étonne !

D’une manière générale, l’expérience montre qu’il est plus facile de répondre non que oui à un référendum. Dans le cas présent, comment aurait-il pu y avoir un réel doute sur le résultat alors que tout était fait pour aboutir au Non ? Une question incompréhensible, un OXI positionné en tête de bulletin au dessus du NAI, un discours rabâché depuis des mois contre l’austérité imposé par des terroristes doublés de maitres chanteurs que ce sont le FMI, l’Europe néo-libérale et les Allemands !

Eh bien figurez-vous qu’avec tout cela, le Peuple s’est prononcé contre !...Ahurissant !

Lire la suite...

mercredi 26 novembre 2014

La démagogie ennemie de la démocratie !

Meuglette« Si vous préférez qu'on dise (qu'il faut) abroger la loi Taubira pour en faire une autre... En français, ça veut dire la même chose... Ça aboutit au même résultat. Mais enfin, si ça vous fait plaisir, franchement, ça coûte pas très cher »

Mais si ça coute cher, Monsieur Sarkozy !
La démagogie coute toujours cher, elle finit toujours par se payer !
C’est la longue et assidue pratique de la démagogie qui fait que la France a un problème avec sa démocratie !

Lire la suite...

dimanche 26 octobre 2014

L'Ecotaxe une leçon au cout exhorbitant !

Gus 2Difficile de revenir sur la foirade monumentale qu’a été feu l’Ecotaxe sans avoir l’air de tirer sur une ambulance accidentée.

Pour autant, cette pitoyable histoire mérite quand même que l’on s’interroge sur ce qu’elle révèle de nos tares collectives.

Rappelons, s’il en est besoin, que l’Ecotaxe a été votée dans une quasi-unanimité tout à fait exceptionnelle en 2009 dans le cadre de la Loi Grenelle Environnement. Elle a été imaginée pour mettre en pratique le fameux concept du pollueur/payeur, avec dans le rôle du pollueur et donc du payeur les camions de plus de 3,5 tonnes roulant sur les nationales et départementales. Les cibles particulièrement visées étant les transporteurs étrangers qui viennent nous polluer notre bon air pur et nous saccager nos belles routes goudronnées sans vergogne et sans payer.

Les sommes récoltées étaient à cette époque évaluées à environ 1,2 milliards d’euros destinées à financer des investissements d’infrastructure. Jusque là, tout va bien pour peu que l’on adhère au concept.

Ca c’était en 2009. 5 ans plus tard ou en est-on ?

Le projet a été balancé à l’eau avec un lest en or massif, évalué à presque 1 milliard d’euros, autour du cou.

Les sous qui vont manquer pour financer les beaux projets vont être ponctionnés à droite et à gauche sans, comme d’habitude, aucune cohérence avec la finalité initiale de la taxe.

173 portiques électroniques à 800 000 euros la bête vont être envoyés à la casse et près de 200 salariés embauchés dans le centre d'appel de Metz vont être virés avant d’avoir commencé leur boulot.

Et je ne parle même pas des centaines de milliers de boitiers spéciaux dont les transporteurs ont du équiper leurs camions !

Et tout cela dans l’indifférence générale des politiques de droite comme de gauche qui devraient quand même s’étonner que l’on escamote purement et simplement un projet qu’ils ont pourtant tous voté avec enthousiasme il n’y a pas si longtemps !

Comment en est-on arrivé là et pourquoi ?

Lire la suite...

vendredi 1 août 2014

Incantations, illusions et compassion

Benoit« ''Il faut une France forte'' » nous dit François Hollande cent ans après le déclenchement de la 1ère guerre mondiale !

« C’est en étant elle-même (la France) forte qu’elle pèsera sur le destin du monde ».

Que d’incantations stériles et vaines !

Cela fait longtemps que la France n’a plus les moyens économiques et politiques d’influer sur le « destin du monde ».

C’est seulement à travers l’Europe qu’elle pourra retrouver une quelconque influence. Seule, elle ne peut rien, arrêtons d’auto-entretenir cette pitoyable illusion. Au lieu de rabâcher une grandeur révolu et d’essayer de nous faire croire à un illusoire retour de flamme d’une France qui serait écoutée, respectée et obéie, c’est de la grandeur de l’Europe dont devrait s’occuper François Hollande.

Lire la suite...

samedi 12 juillet 2014

Iceberg droit devant !

LouisEt si Mélenchon avait eu raison ?

Bon, j’avoue que la question est volontairement provocatrice. Ce n’est pas que Mélenchon n’ait pas quelques fois raison, mais ses rares éclairs de lucidités sont trop souvent noyés dans un discours anticapitaliste primaire asséné sans nuances et avec agressivité.

C’est en prenant connaissance des récents chiffres de l’endettement de la France, que je me suis fait cette réflexion.

Selon l’INSEE, à la fin du premier trimestre 2014, la dette publique s’est établit à 1985,9 Md€ soit 93,6 %, du PIB. La France s’avance donc inexorablement vers un montant symbolique de 2 000 milliards d’euros de dettes et un taux d’endettement tout aussi symbolique de 100% de son PIB.

A l’heure qu’il est, d’ailleurs, les 2 000 milliards d’euros sont certainement déjà atteints.

En un trimestre, ce sont plus de 45 milliards qui sont venus gonfler la rondelette besace dans laquelle se terre douillettement notre bonne grosse dette.

Mais manifestement, ces chiffres n’ont l’air de ne perturber personne. Ils ont été publiés dans une indifférence quasi générale résultante d’une longue et anesthésiante habitude et de taux d’intérêts historiquement bas.

Lire la suite...

dimanche 6 avril 2014

La France n’est pas à la hauteur de l’Europe

AmandaLa campagne pour les européennes a commencée, le soir du deuxième tour des Municipales.

Quelque chose m’a frappé lors de la soirée électorale de Dimanche dernier (sur France 2), ce fut le nombre d’intervenants qui ont trouvé le moyen d’accabler l’Europe et plus spécialement la Commission Européenne, coupable d’imposer la rigueur à la France. Rigueur qui, bien entendu, est la cause de tous nos maux. Seul le pauvre Moscovici n’a pas voulu utiliser cet argument pour expliquer la cuisante défaite du PS aux municipales. Et à tout point de vue il était bien seul. Cela préjuge assez bien de ce que sera la campagne pour les européennes.

Pourtant, soyons clair, net et précis, la France ne connait pas la rigueur !

Sauf à ce qu’on appelle rigueur le fait de ne pas pouvoir dépenser toujours plus sans aucune retenue.

En France, il n’y a pas eu de baisse des dépenses publiques, ni de baisse sensible du pouvoir d’achat…du moins pour ceux qui ont la chance d’avoir un boulot.

La France ne connait pas la rigueur, mais elle connait le chômage. Le seul véritable problème des français, il est là.

Et ceux qui nous racontent que s’il y a du chômage c’est à cause de la politique de rigueur dictée par Bruxelles qui bloquerait la croissance, sont de gros bonimenteurs.

Lire la suite...

lundi 30 décembre 2013

Triste quenelle

ZoraCertes, l’actualité est pauvre en cette fin d’année, ou du moins elle l’était avant que des attentats en Russie et l’accident de Schumacher ne viennent tristement la réveiller.

Pour autant était-ce une raison pour propulser sur le devant de la scène un triste personnage à l’audience tout à fait confidentielle !

Tout a commencé par ce qui était présenté comme une menace de la part de Manuel Valls himself d’interdire les « spectacles » de Dieudonné. Menace dont il ne sait manifestement pas très bien comment il va la mettre en exécution, ni même s’il pourra réellement le faire sans se faire retoquer par la Justice. Cette information a été reprise en boucle dans toutes les sessions d’information. Les experts ont été interrogés sur la validité juridique d’une telle décision. François Hollande lui-même a été interrogé en Arabie Saoudite sur le sujet, histoire de s’assurer qu’il soutenait son Ministre de l’Intérieur. Tous les membres du gouvernement et tous les politiques disponibles ont du donner leur avis avec d’autant plus d’enthousiasme qu’ils ne prennent aucun risque en accablant un personnage indéfendable.

Lire la suite...

vendredi 30 août 2013

Probation ou punition, il faut choisir !

AyrtonChristiane Taubira a manifestement eu gain de cause, le principe de la « peine de probation », mesure phare de sa réforme de la politique pénale a été validé par François Hollande.
L’objectif clairement affiché est de réduire au maximum le nombre de peines d’emprisonnement.

Soyons clair, les prisons françaises sont une honte nationale. Surpeuplées, pour beaucoup vétustes, mélangeant petits et grands délinquants, royaume des plus violents, les prisons françaises sont régulièrement épinglées par l’Europe qui condamne des conditions d’incarcérations considérées comme « inhumaines ».

Lire la suite...

mardi 20 août 2013

Il était une fois la France de dans 10 ans

LucaA quoi ressemblera la France de 2025 ? Cette question posée par François Hollande à son Gouvernement a provoqué de nombreuses réactions pour la plupart critiques et souvent moqueuses.

Pourtant, comment reprocher à nos gouvernants de vouloir se définir des objectifs à long terme.

Comment leur reprocher de vouloir dépasser les prochaines échéances électorales, la prochaine enquête d’opinion ou les 140 caractères d’un tweet symbole du succinct et de l’éphémère.

Le temps de la politique médiatique et de l’agitation ambiante ne sont pas compatibles avec celui de la gouvernance. Pire encore, ils sont souvent contradictoires.

Lire la suite...

mercredi 17 juillet 2013

On ne transige pas avec l’ennemi

Black et deckerAmusant comme certains sujets se prêtent plus que d’autres à des propos passionnés et donc excessifs, agressifs et lapidaires.

Clairement, la taxe sur les transactions financières que 11 pays européens souhaitent mettre en place en fait partie.

Rappelons que pour ses promoteurs, cette taxe dite « Tobin » avait la prétention d’être universelle. Outre la beauté du principe, sa généralisation à l’univers tout entier devait permettre d’éviter les déplacements d’activité au profit des pays qui ne l’appliqueraient pas. Cette application mondiale a vite tourné à l’illusion avec le refus des principaux centres financiers de la mettre en œuvre : les Etats-Unis, le Japon, Singapour, Hong-Kong, la Suisse ou, en Europe, le Royaume-Unis et le Luxembourg s’y sont déclarés hostiles.

Faute d’un consensus ni mondial, ni même européens sur le sujet, elle été mise en place en avant première en France par Nicolas Sarkozy en 2012 bientôt suivie par l’Italie en 2013. Au niveau européens, et faute d’unanimité (on en est loin), 11 pays dont la France et l’Allemagne, ont décidé de monter le projet dans un périmètre réduit et dans le cadre d’une procédure un peu particulière dit de « coopération renforcée ».

Lire la suite...

dimanche 9 juin 2013

L'indécente récupération

AlineIl faut dire que le symbole est trop beau pour tous ceux qui en sont restés à une vision extrêmement manichéenne du monde, une vision qui oppose les bons (eux) et les méchants (leurs opposants politiques). En la matière, difficile de trouver mieux !

Imaginez, un nazillon caricatural qui assassine violemment un jeune "anti-fa" membre du groupe "Action antifasciste Paris-Banlieue", militant au syndicat étudiant "Solidaire", en bref engagé dans toutes les "bonnes causes". Un odieux et lâche assassinat politique commis par un tenant d'une des pires idéologies qu'à connu notre monde moderne.

Normal qu'avec un symbole comme celui-ci, beaucoup n'hésitent pas à nous ramener 70 ans en arrière, aux belles heures de la lutte contre le fascisme puis contre le nazisme. C'est le chant des partisans devant Sciences-Po, c'est l'internationale, c'est le slogan "No pasarán" des républicains espagnols en lutte contre Franco. Toutes les références aux grandes heures de la République y passent. Ce meurtre est la preuve que la peste brune est toujours vivace, ne nous relâchons pas dans notre lutte contre ce fléau.

Lire la suite...

mercredi 3 octobre 2012

La goutte de bière qui fait déborder le vase

GéraldineA la recherche du moindre sou pour tenter de combler un des nombreux trous budgétaires dans lesquels sont tombées nos finances publiques, le gouvernement a trouvé une nouvelle taxe à augmenter. Après la taxe sodas de son prédécesseur il a récemment jeté son dévolu sur une autre sorte de boisson …la bière !

Et comme pour la taxe sur les sodas, le prétexte officiel est une raison de santé publique. Hier la lutte contre l’obésité, aujourd’hui la lutte contre l’alcoolisation des jeunes.

Bien évidemment, personne n’est dupe, la santé publique a bon dos. Rappelons quand même à propos de la taxe sur les sodas, qu’elle a été étendue aux boissons avec édulcorants qui ne favorisent pas l’obésité et que ce ne sont pas les 2 centimes supplémentaires sur une canette qui provoqueront une baisse de la consommation.

De même, si la santé publique est la motivation majeure, on a du mal à comprendre pourquoi, dans ce cas, le droit d'accise sur la bière (7,20 €/hectolitre et par degré alcoométrique) est très précisément le double de celui du vin (3,60 €/hectolitre).

Au-delà du désagrément que j’éprouve lorsqu’on touche à ma boisson favorite mais néanmoins consommée avec modération, il y a quelque chose de déprimant à constater la foison de prélèvements nouveaux auxquels nous sommes soumis. Déprimant de par l’effet multitude mais également de par l’incohérence qui semble guider toute nouveauté fiscale.

Lire la suite...

- page 1 de 6