Humeurs de vaches

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 1 avril 2014

Hollande a enfin franchi le rubicond

Les commères 2Les municipales ont été l’occasion pour le PS de se prendre une rouste historique.

Même si on la considère méritée, on peut regretter que l’élection municipale n’ait été qu’un vote défouloir pour contester la gestion du pays. Il n’est pas bon pour la démocratie d’en perturber le rythme est d’en dévoyer les échéances.

On comprend la rancœur des maires socialistes battus qui pour certains d’entre eux n’avaient pourtant pas démérité et qui se trouvent blackboulés parce que leurs ex électeurs ont voulu sanctionner le chef de l’Etat et son gouvernement.

On le savait depuis quelques temps déjà, mais ce qu’ont, avant tout, montré, sinon confirmé ces élections, c’est que François Hollande a définitivement perdu le soutien de l’électorat traditionnel de la Gauche. Les uns se sont tournés vers le Front National, d’autres se sont abstenus et d’autres encore ont même voté pour le candidat de la Droite.

C’était inévitable, l’arrivée de la Gauche au pouvoir, dans un tel contexte ne pouvait-être qu’un échec. La faute du PS a été d’avoir trop longtemps nié les réalités économiques. Lorsque la prise de conscience a eu lieu, largement grâce à François Hollande, il faut le reconnaitre, il était trop tard. Trop tard pour expliquer les contraintes auxquelles la France est confrontée à des gens, auxquels, pendant des décennies, on a fait croire que tout était simple, qu’il suffisait de le vouloir pour concilier rigueur économique, justice sociale, hausse du pouvoir d’achat, SMIC à 2 000 euros, logements abondants et pas chers, solidarité débridée, services publics pléthoriques, plein emploi et tout cela sans effort, dans la joie et la bonne humeur.

Bon, la dure réalité à rattrapé tout le monde et la déception ne pouvait qu’être au bout du chemin, d’un court chemin.

Lire la suite...

vendredi 7 février 2014

Le double effet Kiss-cool de Hollande

NatachaCommenter les sondages n’est ni original, ni nécessairement très utile compte tenu de leur coté à la fois incertain et éphémère. Pour autant, le dernier en date sur la côte de popularité des politiques mérite, me semble t-il, que l’on y consacre quelques lignes.

Selon le baromètre de février TNS Sofres/Sopra group/Le Figaro Magazine publié jeudi, la cote de confiance de François Hollande est tombée à 19% !
19% ! Un record !

Pour autant, faut-il s’en étonner ?

Pas vraiment, en fait. On sait depuis plusieurs mois déjà, qu’une cassure s’est créée avec une grande partie de la population, qui à tort ou à raison ne lui fait pas ou plus confiance. On sait qu’il lui sera très difficile de remonter la pente surtout auprès des déçus qui ont voté pour lui et qui lui en veulent d’autant plus qu’ils ont eu le sentiment d’avoir été trompés.

Lire la suite...

samedi 1 février 2014

Qui veut gagner des millions…d’emplois

ErnestEn dégainant son Pacte de Responsabilité, François Hollande a jeté un gros pavé à la fois dans la mare de sa droite et dans celle de sa gauche.

La Droite s’est, comme qui dirait, fait couper l’herbe sous le pied puisqu’elle peut difficilement contester le bien fondé de l’initiative, au moins dans son principe. Quand à sa gauche il lui fait boire le calice du social-démocrato-libéralisme jusqu’à la lie.

Malgré tout, on peut dire que l’initiative a été relativement bien appréciée, surtout parce qu’elle semble marquer un revirement idéologique ouvertement assumé. Un socialiste a enfin compris que pour résorber le chômage il fallait d'abord donner les moyens aux entreprises d’embaucher et non pas les taxer dans tous les sens sous prétexte de distribuer de l'argent qui irait soutenir la consommation.

Pour autant, et sans vouloir jouer au rabat-joie, la prudence s’impose et comme beaucoup ma première réaction fut quelques chose comme « c’est bien beau tout ça, mais attendons de voir ce qui en sortira avant d’applaudir à tout rompre ».

Et malheureusement, comme c’est parti, la précaution risque de ne pas s’avérer totalement inutile.

Lire la suite...

lundi 2 décembre 2013

L'impossible croisement des courbes

RoselyneFrançois Hollande peut pousser un (petit) soupir de soulagement, cela faisait des mois qu’il nous répétait inlassablement, qu’il en est certain, que vous allez voir ce que vous allez voir, que la courbe du chômage va s’inverser d’ici la fin de l’année et voilà que contre toute attente, son pronostic semble se réaliser.

Les chiffres du chômage étaient à peine publiés que tous les ministres étaient sur le pont pour diffuser le plus largement possible la bonne nouvelle. Certes avec beaucoup de précautions du genre: Ce n’est pas grand-chose mais ce n’est qu’un début et nous sommes sur la bonne voie.

Disons le tout net, c’est de bonne guerre. François Hollande avait fait, bien imprudemment, et sans qu’on lui demande rien, de l’inversion de la courbe du chômage avant la fin de l’année l’unique critère de jugement de son action. Il fallait donc marquer le coup, d’autant qu’il n’a pas grand-chose d’autre mettre à son actif.

Une baisse du chômage même minime, on ne peut que s’en réjouir, comme on ne peut que souhaiter que la courbe du chômage s’inverse réellement, significativement et durablement.

Pour autant si François Hollande espère faire remonter sa côte de popularité avec cette nouvelle, il est à craindre (pour lui) qu’il se fourre le doigt dans l’œil jusqu’au trognon.

Lire la suite...

mercredi 27 novembre 2013

La souris d’Ayrault

BristolProbablement parce qu'il se sentait menacé, mais également parce qu'il a bien compris qu'il fallait reprendre la main en cette période ou l'Exécutif est accusé d'être comme paralysé face aux problèmes du monde, Jean-Marc Ayrault a lancé une " remise à plat " de la fiscalité. A la grande surprise du principal intéressé, Pierre Moscovici, et après en avoir tout juste informé François Hollande, le voilà qui met sur le tapis un sujet d'une complexité et sensibilité telle que l'on se demande quelle mouche a bien pu le piquer.

Réformer la fiscalité française est digne de figurer dans les 12 travaux d'Hercule et si cela avait été le cas, il y a fort à parier que celui-ci aurait lamentablement échoué.

Lire la suite...

mercredi 13 novembre 2013

L’impasse de François Hollande

EnzoAprès les pigeons, les petits, les moyens, les grands patrons, les sages-femmes, les lycéens, les bonnets rouges, verts, jaunes ou oranges(à quand un défilé de Schtroumpfs entre République et Bastille), voila que les artisans, les policiers et les enseignants s’y mettent.
La contestation s’étend et elle s’étendra d’autant plus facilement que les reculades et les concessions ont laissé la fâcheuse impression à tous ceux qui avaient à se plaindre qu’ils n’avaient qu’à manifester véhémentement et bruyamment leur mécontentement pour être satisfaits.
Le Pouvoir est affaibli et tout le monde veut en profiter sinon en abuser.
Les uns se croient autorisés à démolir du coûteux matériel public et les autres se croient autorisés à exprimer ouvertement leur racisme vis-à-vis d’une Ministre de la république.
D’autres, sans respect ni pour la fonction, ni pour l’homme, ni pour les millions de morts que fit la première guerre mondiale, vont perturber par des huées lamentables une cérémonie commémorative qui aurait du, au contraire, inspirer solennité et recueillement.
Même au sein du PS, les contestations se font de plus en plus entendre, plusieurs voix s’élevant même pour demander sinon réclamer le départ de Jean-Marc Ayrault.
L’ambiance générale est à la contestation, pire, elle est à la rébellion.

Lire la suite...

jeudi 7 novembre 2013

Un mariage et un enterrement

ZaraCa y est, les bans ont été publiés, l’Alternative est née !

Faut-il s’en réjouir ?

Peut-on aller jusqu’à s’exclamer dans une allégresse béate, le MoDem est mort vive l’Alternative !

Lire la suite...

mardi 5 novembre 2013

François Hollande, l’homme qui n’est pas tombé à pic

CarolineLa fronde bretonne coiffée du bonnet rouge est symptomatique de l’état d’esprit qui sévit en France vis-à-vis de l’Exécutif.

La Bretagne va mal ou du moins elle va moins bien qu’avant. Quelques plans sociaux s’annoncent sur des activités qui ont pourtant fait sinon sa richesse du moins sa relative prospérité et la fameuse écotaxe a été la goutte de cidre qui a fait déborder la bolée.

Les manifestations de Quimper ont été l’occasion de vilipender le pouvoir, d’interpeller véhémentement François Hollande qui n’avait pourtant pas besoin de ça pour déprimer.

Pourtant, disons le tout net, dans cette histoire le breton est injuste. François Hollande n’est pas pour grand-chose dans leur situation.

Les plans sociaux sont le résultat d’erreurs qui ne datent certainement pas du 6 mai 2012 et l’écotaxe tant dans son principe que dans ses modalités, a été initiée par Jean-Louis Borloo, sous l’œil bienveillant de Nicolas Sarkozy et dans une belle unanimité parlementaire.

Face à la colère des bretons enbonnetés, François Hollande a pris la seule décision qui vaille, il a suspendu la mise en place de la dite taxe et annoncé une concertation sur son devenir.

Sur cette affaire, je ne vois pas bien ce que l’on peut décemment lui reprocher …et pourtant !

Lire la suite...

mardi 29 octobre 2013

Un bon faiseur de miracles pour remplacer Ayrault

Quasimodo frèreLe changement de Premier ministre, ce n'est pas maintenant mais il va falloir que François Hollande y songe sérieusement. Dans notre Cinquième République, le Président de la République a besoin d'un Premier ministre qui le protège, qui assume et justifie sa politique et qui assure son autorité sur le gouvernement et plus largement sur sa majorité présidentielle.

Clairement, malgré ses qualités indéniables, Jean-Marc Ayrault n'assume pas ce rôle. François Hollande est au plus bas dans l'opinion, sa politique est peu lisible et les ministres peinent à l'expliquer. Ces mêmes ministres n'hésitent pas à s'opposer les uns aux autres devant toute la France et la majorité présidentielle se transforme peu à peu en une armée de frondeurs.

Dans l'affaire Leonarda, François Hollande n'aurait jamais du s'exposer aussi franchement et s'il fallait apporter un soutien à son ministre de l'Intérieur en difficulté, c'était à Jean-Marc Ayrault de monter au front, quitte à se prévaloir du soutien sans faille du président de la République. Pour toutes ces raisons, Jean-Marc Ayrault a failli. François Hollande devra donc changer de Premier ministre.

Malheureusement pour François Hollande, peu nombreux sont les membres du Parti socialiste à disposer des qualités requises pour prendre la suite de Jean-Marc Ayrault. Dans la situation actuelle, le premier nom qui vient à l'esprit est celui de Manuel Valls. Malgré tout, il est peu probable qu'il soit choisi: voici pourquoi en 5 (bonnes) raisons.

Lire la suite...

mercredi 23 octobre 2013

EELV, les ennemis de l’intérieur

QuasimodoDepuis le début du quinquennat de François Hollande, EELV joue un jeu pour le moins trouble et ambigüe. Malgré la présence de deux représentants au gouvernement, malgré le cadeau princier de 18 députés que leur a fait le PS aux dernières législatives, sans commune mesure avec le score de sa représentante à la Présidentielle, EELV se comporte comme un parti d’opposition ou presque.

Le problème n’est pas que les Verts fassent pression sur le Gouvernement sur les sujets d’écologie qu’ils portent depuis longtemps et qui devraient constituer le cœur de leur action, le problème c’est que cette contestation se manifeste sur des sujets importants et politiquement essentiels.

Lire la suite...

lundi 23 septembre 2013

Le FN au centre de la vie politique

VanessaTous les jours, le FN fait l’actualité bien aidé en cela par ses opposants.

Paradoxalement, ce sont autant les propos provocateurs de Marine Le Pen que le positionnement des autres partis politiques par rapport au FN qui contribuent à entretenir l’impression que le Front national est désormais au centre du jeu politique en France.
La récente position de François Fillon y a, de ce point de vue, largement participé.

Plus que sur le fond de ses propos qui consistaient simplement à dire qu’il est préférable de voter pour le moins sectaire des candidats, la faute de François Fillon a été de dire expressément que voter pour le candidat FN, même sous conditions, est une option possible.

Son affirmation est d’autant plus contestable que la notion de sectarisme est malheureusement très subjective tant on à tendance à amalgamer l’homme de convictions à un sectaire si ses convictions sont différentes des siennes. Et vice versa, puisque le sectaire peut aisément se présenter comme un homme de convictions.

En tout état de cause, c’est un magistral coup de main donné à Marine Le Pen qui depuis quelques années s’efforce de normaliser son parti ou du moins de lui donner une allure de respectabilité.

Lire la suite...

samedi 7 septembre 2013

Alliance MoDem UDI: Du gagnant - gagnant ?

PabloLa rumeur bruisse dans tout Paris voire dans la France entière, la grande famille du Centre serait prête à se reconstituer sinon à se réconcilier. Jean-Louis Borloo y croit, qui voit dans les récentes critiques de François Bayrou faites à François Hollande le signe qu’il est prêt à retourner au bercail avec le MoDem dans ses bagages. Le bercail de Bayrou étant bien évidemment la Droite.

Lire la suite...

jeudi 22 août 2013

Valls et la tactique de Sarkozy

CarlosManuel Valls est un provocateur !

Désinhibé par sa popularité et par le sentiment d’être en phase avec une grosse majorité de la population, il n’hésite pas à affirmer haut et fort des convictions dont il sait pertinemment qu’elles vont exciter une partie de la gauche.

Et comme on pouvait s’y attendre, sa contestation du projet de réforme de la politique pénale de Christiane Taubira ou ses dernières sorties sur les flux migratoires et le regroupement familial n’ont pas manquées de provoquer de très virulentes réactions.

Ce n’est pas vraiment nouveau. Rappelons-nous de précédentes sorties d’avant la Présidentielle sur les 35 heures qu’il voulait « déverrouiller » ou sur la TVA sociale dont il se faisait l’apôtre qui avaient, elles aussi, beaucoup fait réagir. Déjà, injure suprême, l’impudent avait été accusé par ses camarades socialistes de reprendre à son compte des idées de droite.

Lire la suite...

lundi 27 mai 2013

Au Venezuela on a du pétrole mais on n'a pas de PQ

NoéUne petite information dégotée Jeudi dans Direct Matin. On peut lire dans un petit article sobrement intitulé « SOS papier toilette » qu’après plusieurs semaines de pénurie, les députés vénézuéliens ont voté un budget spécial de 79 millions de dollars pour importer tout un tas de produits d’hygiène dont du papier toilette (d’où le titre) mais aussi des serviettes hygiéniques, du savon, des couches, du dentifrice etc. etc.

Plus généralement, au Venezuela, le taux de pénurie calculé par la banque centrale tourne autour de 20% mais atteint parfois jusqu'à 50% pour des denrées à la base de l'alimentation vénézuélienne comme l'huile, le sucre et la farine de maïs précuit. Au-delà de son coté tout à fait anecdotique cette l'information est très instructive.

Comment un pays, 1er producteur pétrolier du continent Sud-américain, qui est assis sur les 1ères réserves mondiales de brut, les 5èmes réserves de gaz et qui possède de vastes ressources minières (or, bauxite, fer, nickel, charbon…), hydrauliques et agricoles, a t-il pu en arriver là !

Lire la suite...

lundi 22 avril 2013

Austérité, vous avez dit austérité !

GuillemetteDe Louis Gallois à Jean-Luc Mélenchon en passant par le FMI, quelques ministres du gouvernement Ayrault et le G20 lui-même, de nombreuses voix s’élèvent contre l’austérité. Celle-ci est accusée de freiner la croissance et ainsi d’entretenir le cercle vicieux, moins de croissance donc moins de rentrées fiscales donc plus de déficits.

Mais derrière cet apparent et assez facile consensus (l'austérité n'est pas populaire), se cachent des divergences de fond.

Lire la suite...

- page 2 de 13 -