Humeurs de vaches

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 30 avril 2017

Ni patrie, ni patron, on nique les élections

InterrogationsSans préjuger du résultat du second tour de cette élection, une chose est certaine, l’heureux(se) élu(es) aura énormément de difficultés à gouverner et en conséquence, la France à évoluer.

Pour la première fois depuis les débuts de la Vème république, 4 candidats sont arrivés en tête du premier tour dans un mouchoir de poche ou au moins dans un petit napperon de 4 points environ. L’électorat s’est réparti en 4 blocs relativement équivalents.

Mais le problème n’est pas vraiment là, il est dans le fait que ce premier tour a permis de constater une cassure nette entre 40% des électeurs qui ont voté pour des partis antisystèmes qui veulent le remettre en cause fondamentalement et 40% qui ont voté pour des candidats « réformistes ».

De surcroit, au sein de chacune de ces deux catégories, des inimités fortes opposent ces électeurs. Pour un certain nombre d’électeurs de Fillon le choix entre Macron et le Pen n’a rien d’évident. De même que pour un certain nombre d’Insoumis, Le Pen et Macron font l’objet d’un même rejet catégorique.

Difficile d’imaginer qu’une fois les élections passées et quel qu’en soit le résultat, tout le monde avance dans le même sens.

Lire la suite...

mercredi 21 janvier 2015

Lorsque la notion de blasphème n’aura plus de sens !

Ernest N&BEntendre François Hollande et tous ces gens, au lendemain des assassinats ignobles, nous dire que ces évènements n’ont rien à voir avec l’Islam est à la fois faux et parfaitement contreproductif. Qui pourrait en douter alors que tous ces fous affirment haut et fort commettre leurs exactions au nom de leur Dieu.

On comprend bien que le chef de l’Etat n’ait pas souhaité attiser les rancœurs et les braises de l’islamophobie, on comprend bien qu’il fallait surtout éviter l’amalgame entre les cinglés à moitié dégénérés qui tuent au nom d’Allah et la très très grosse majorité des musulmans, mais nier l’évidence n’est pas la bonne manière de faire.

On doit pouvoir dire que l’Islam a un problème sans être accusé d’Islamophobie (terme trop souvent utilisé pour faire avorter toute tentative de critique) ou d’attiser la haine vis-à-vis des musulmans.

Une religion, quelle qu’elle soit, parce qu’elle est fondée sur la foi c'est-à-dire sur des croyances non rationnelles issues du fond des âges et enrobées de rites immuables dont il est interdit de questionner la pertinence, est par essence difficilement compatible avec la libre pensée.

Lire la suite...

dimanche 4 janvier 2015

Annus pitoyabilus

ChloéLa fin d'année est traditionnellement l'occasion de jeter un petit coup d'œil en arrière, histoire de se demander si globalement elle a été aussi bonne qu'on a pu le souhaiter 12 mois auparavant.

Autant dire qu’avec cette année 2014, un petit coup d’œil jeté sans préparation psychologique, risque de provoquer un gros traumatisme.

C’est bien simple, pour notre vie collective cette année n’a été ponctuée que de désagréments qui mis bout à bout forment une informe et impressionnante succession de merdouilles désespérantes.

Lire la suite...

vendredi 14 février 2014

La Cour des comptes mais pas des miracles

Caroline 2La Cour des Comptes a remis son traditionnel rapport annuel avec son non moins traditionnel lot de petits et gros gaspillages des deniers publics.

Au-delà de ces dysfonctionnements dont on aimerait que la dénonciation soit plus souvent suivie d’effets correctifs, ce rapport nous alerte surtout sur le risque conséquent que la France ne tienne pas ses engagements en termes de réduction du déficit budgétaire.

Et la cause se trouve à la fois du coté des recettes qui s’annoncent plus faibles que prévues, que des dépenses dont la réduction, aux dires de la Cour, s’appuie sur des économies non documentées. En résumé, ce que dit la Cour des Comptes c’est que ce n’est pas 50 milliards d’économies qu’il faudra trouver mais certainement plus, et que ces économies, pour le moment, personne ne sait réellement comment elles vont être faites.

La dette publique est gaillardement partie pour toucher le chiffre symbolique mais néanmoins monstrueux de 2 000 milliards d’euros soit 95 % de notre PIB.

Pas très bien engagée cette histoire !

Lire la suite...

jeudi 27 septembre 2012

La démocratie contre l’islamophobie

FrançoiseL’islam a encore fait l’actualité ces derniers jours et on ne peut pas dire que son image en soit sortie grandie dans l’opinion française. L’islam fait peur comme le titre, peut-être un peu excessivement, l’Express.

Même si la notion d’Islamophobie reste à préciser et ce sentiment à quantifier, ce qu’on peut lire à travers les commentaires et les blogs laisse à penser que l’islam est de moins en moins bien perçue par de plus en plus de français.

Paradoxalement, ce sont des « agressions » contre l’Islam qui sont à l'origine de ce regain d’islamophobie en France.

Lire la suite...

mardi 20 décembre 2011

Razan Ghazzawi est sortie de son cachot mais pas sortie d'affaire !

Razan Ghazzawi
Il y a quelques jours, je relayais un appel à la libération de Razan Ghazzawi blogueuse arrêtée par la police de Bachar al-Assad.

J'apprends qu'elle a été libérée (contre une caution de 15.000 livres syriennes) Dimanche, et j'en suis évidemment ravi.

Pour autant, il est important de ne pas passer trop vite à autre chose, car Razan Ghazzawi doit encore être jugée.

Lire la suite...

mardi 13 décembre 2011

Libérez la blogueuse syrienne Razan Ghazzawi

Razan Ghazzawi

Plusieurs blogs « politiques » ont appelé à soutenir Razan Ghazzawi, blogueuse Syrienne opposante à Bachar al-Assad et emprisonnée pas ses sbires depuis le 4 décembre.

Ce n’est pas tellement dans mes habitudes de relayer les « pétitions », même s’il a pu m’arriver de répondre aux appels d’Amnesty International en envoyant un petit courrier à quelques uns des dictateurs qui parsèment le monde pour défendre la cause d’un de leurs sujets emprisonné.
Cette difficulté à m’impliquer n’est pas de l’indifférence mais s’explique par 4 facteurs (non, pas 4 Besancenots) :

  • La multitude des causes qui méritent d’être soutenues et la difficulté qu’il y a à les prioriser : pourquoi celle là et pas une autre
  • Le risque de manipulation, lié au fait qu’il est toujours très difficile de distinguer le vrai du faux ou les non dits dans les affirmations des défenseurs de l’opprimé (e)
  • Le sentiment de se donner bonne conscience à peu de frais, bien au chaud au sein de sa bonne petite démocratie occidentale
  • L’efficacité douteuse de ce genre de pressions : déjà qu’une résolution de l’ONU ne fait ni chaud ni froid à un Ahmadinejad, (feu) Khadafi ou autres Bachar al-Assad alors un billet de soutien de Nicolas blogueur français, aussi prestigieux soit-il, on peut, sans exagérer, penser qu’ils s’en tapent joyeusement le coquillard.

Lire la suite...

mardi 11 mai 2010

La dettodépendance

Aristide





L’Europe «est déterminée à ne pas se laisser impressionner » par une « spéculation aussi immorale qu’absurde», nous dit François Baroin !!!

Et encore, ces propos dans la bouche de Baroin sont soft par rapport à ceux qui sont prêts à mettre les marchés, les spéculateurs et les agences de notation, dans un même sac, bouclé à triple nœud, lesté de pierres et à les balancer par-dessus bord.

Il va sans dire que cette présentation des évènements est à la fois simpliste et en grande partie erronée, il va sans dire, mais compte tenu des discours que l’on entend un peu partout sur le sujet, il ne parait pas inutile de le dire quand même !

Lire la suite...

mardi 9 mars 2010

Petit hommage à Jacques Marseille !

Adamo



De retour d'une petite semaine de vacances bien méritées (si, si), loin du bruyant monde numérique, j'apprends avec une légère tristesse que Jacques Marseille est mort jeudi dernier.

Lire la suite...

jeudi 7 janvier 2010

Juste nécéssaire

Ernest N&B




Pas question pour moi de faire un nième éloge funèbre de Philippe Seguin, d'autres l’ont déjà fait beaucoup mieux que je n’aurais pu le faire !

Pas question non plus de faire un panégyrique tardif de quelqu’un que je regretterai mais avec lequel je n’ai pas toujours été d’accord.

Pas question enfin de me lancer dans sa biographie, Monsieur Wikipédia fait ça très bien !

Non, juste quelques mots pour essayer de préciser les souvenirs que je garderai du bonhomme.

Lire la suite...