Parce que parler de fête pourrait laisser croire que cette célébration se fait dans la joie et l’allégresse.
Cela pourrait laisser imaginer que les Européens y trouvent là l’occasion de se féliciter de tout le chemin qu’ils ont parcouru en 50 ans pour arriver à réunir 27 pays autour d’un projet d’avenir commun !
Parler de fête pourrait laisser croire que nous reconnaissons le caractère unique et donc exceptionnel de cette extraordinaire aventure inédite dans l’histoire !

Hélas ! soyons lucides, il serait quelque peu excessif de parler de fête !!

Certes la Présidence Allemande a organisé une petite sauterie institutionnelle à Berlin, certes les chefs d’état ont cosigné une déclaration qui évoque les valeurs communes de l'Europe, qui en présente les défis d'avenir et surtout qui conclut sur la nécessité d’en rénover les fondements, mais comment ne pas constater que l’Europe ne fait plus rêver grand monde !

Où sont les scènes de liesse populaire ? où voit-on des représentants des 27 pays s’enlacer symboliquement ? où voit on des drapeaux européens brandis fièrement ? ….et surtout où sont les projets d’avenir ? où sont les ambitions pour l’Europe ? où sont les grands débats européens sur ce que l’on veut faire de l’Europe ?

Alors que cet anniversaire devrait être l’occasion de mesurer le chemin parcouru et de donner un nouvel élan à la construction européenne, on ne sent qu’indifférence ou méfiance !

En France, il est particulièrement significatif qu’à un moment doublement propice (50ème anniversaire et élection présidentielle) à se poser la question de ce qu’est et doit être la citoyenneté européenne, on n’ait que le terme d’identité Nationale à la bouche !

Le peu de place laissé à l’Europe dans la Campagne Présidentielle est tout aussi révélateur !
Comme si on pouvait débattre de l’avenir de la France sans considérer l’Europe ni même, pourquoi pas, le reste du Monde ! … croire cela relève de la naïveté ou d’un aveuglement délibéré !

Force est donc de constater que l’Europe n’a pas la cote !

Mais il ne faut surtout pas faire d’erreur d’interprétation de cette attitude ! …surtout ne pas évoquer l’idée d’un repli sur soi nationaliste ou pire encore d’une attitude un peu prétentieuse qui consisterait à dire, 50 ans après le Traité de Rome, que s’était pas comme cela qu’il fallait faire : « attendez on va vous montrer » !

Donc surtout pas d’erreur d’analyse parce qu’on me rétorquera immédiatement : « non, non, nous ne sommes surtout pas des Nationalistes indécrottables, dire cela c’est mépriser la "France d’en bas" qui à rejeté massivement le Traité constitutionnel que voulait nous imposer le grand capital relayé par ses inféodés que sont les médias et les Politiques !… »

On m’expliquera que les Français ne refusent pas l’idée de l’Europe mais qu’ils rejettent l’Europe telle qu’elle s’est construite depuis 50 ans !
L’Europe des industriels et des financiers, l’Europe normative qui impose ses règles absurdes et injustes à tous les métiers de France, l’Europe si peu démocratique régie par quelques technocrates qui imposent leur vision du monde et surtout, surtout, l’Europe du « libre échange » des biens et des services qui nous impose une concurrence déloyale et veut ouvrir nos portes à des hordes de plombiers polonais voire bulgares !

On m’expliquera donc tout cela !

Face à ces affirmations souvent péremptoires, je ne reprendrai pas le pseudo débat de 2005 qui de toute façon n’a pas servi à grand chose tant il a été faussé par des considérations purement idéologiques.

Je rappellerai seulement quelques évidences :

  • La Communauté Européenne a permis à des pays comme l’Espagne, l’Irlande, le Portugal ou la Grèce de passer du statut de pays pauvres à celui de pays riches !
  • Elle permet une stabilité politique sur un périmètre géographique qui tout au long de l’histoire a été le théâtre de nombreux conflits armés !
  • Elle a obligé les états à l’application de lois et de réglementation environnementales et sanitaires importantes : sur le traitement des déchets, sur la sauvegarde des espèces d’animaux sauvages (pêche et chasse), sur l’eau (à propos de laquelle la France s’est récemment fait rappeler à l’ordre), sur les produits chimiques (Règlement REACH), récemment sur le réchauffement climatique etc. etc.
  • Elle finance largement notre agriculture via la PAC !
  • Elle a permis de mettre en place une coopération inter-états en matière de Police et de Justice !
  • Du fait de son poids, elle représente beaucoup plus efficacement les états auprès d’instances internationales ou lorsqu’elle est face aux géants de ce monde que sont les Etats-Unis, la Chine et bientôt l’Inde !
  • Elle a contribué à protéger les consommateurs en imposant une information claire et non trompeuse sur les produits (piste d’audit, sur les allégations nutritionnelles et de santé ..) !
  • L'aide de l'Union européenne aux pays développés est le double de celle des Etats-Unis !
  • Elle contribue à atténuer les écarts entre les régions via notamment le « Fonds européen de développement régional » (c’est le 2e poste de dépenses de l’UE après la PAC) !
  • Etc. etc.

On reproche souvent à l’Europe un fonctionnement peu démocratique avec une Commission ,composée de fonctionnaires, qui déciderait de tout, toute seule dans son coin !
Evidemment ça ne se passe pas tout à fait comme cela !
La Commission a certes comme mission d’élaborer les propositions de nouvelles lois européennes mais celles-ci doivent ensuite être soumises au Parlement européen (élus au suffrage universel) et au Conseil (composé de ministres issus des gouvernements nationaux de tous les pays de l’UE).

De plus, feu le Traité constitutionnel, que nous avons bravement rejeté, devait permettre l’accroissement du pouvoir législatif du Parlement et l’instauration du droit d'initiative populaire en matière législative !

Mais ce que les Français reprochent surtout à l’Europe, c’est de répondre à une logique purement libérale au détriment du social !….
La preuve, me dira t’on, c’est que son acte fondateur qu’est le traité de Rome attribue une place majeure au marché. Que dans ce traité, la libre circulation apparaît comme le principal moteur du Marché commun avec 4 domaines fondamentaux que sont la libre circulation des personnes, des services, des marchandises et des capitaux !

Et alors ? le Traité de Rome n'a fait que définir les moyens qui lui semblaient les plus appropriés pour atteindre les objectifs fixés !

Ces objectifs sont rappelés dans son préambule dans lequel on peut lire, entre autre, que les Etats membres déclarent :

  • être déterminés à établir les fondements d'une union sans cesse plus étroite entre les peuples européens ;
  • être décidés à assurer par une action commune le progrès économique et social de leurs pays en éliminant les barrières qui divisent l'Europe ;
  • avoir pour but essentiel l'amélioration constante des conditions de vie et d'emploi de leurs peuples;

Pour ses fondateurs, encourager la libre concurrence au sein de l’Europe devait mettre sur un pied d’égalité des pays appartenant à une même communauté afin que progressivement, par le jeu des vases communicants, tous ces pays atteignent un niveau comparable de développement économique et donc social. C’était une manière de maîtriser le phénomène de mondialisation dans une zone géographique et politique bien identifiée au sein de laquelle existerait une cohérence réglementaire et politique.

Le social suppose, en préalable obligatoire, de la création de richesse !
Les fondateurs de l’Europe ont considéré que le libre échange au sein de la Communauté Européenne était le meilleure moyen pour augmenter la richesse créée au sein de l’Europe ! Et les faits leur ont donné raison, il n’y a qu’à en constater le résultat sur les pays comme l’Espagne ou l’Irlande !

Sans cette approche, on peut parier que rien n’aurait été fait !…

50 ans après, dire que tout à été parfait serait absurde mais remettre en cause l’Europe parce qu’elle s’est construite sur le principe du libre échange me semble soit relever d’un dogmatisme antilibéral un peu étroit soit un prétexte pour remettre en cause l’idée même d’une Communauté européenne qui transcende les différents pays qui la compose.

Le Traité de Rome a été le début d’une extraordinaire aventure, à ce titre c’est un événement qui mériterait un peu plus de considération et pourquoi pas d'enthousiasme de notre part !
Mais maintenant que l’Europe et son Traité de Rome sont devenus des sujets tabous en France, pas question de prendre le risque de sortir les flonflons et les cotillons !

Alors s’il vous plait, sans tapage cet anniversaire, sinon j’appelle la Police !



Nb: Un excellent article sur TELOS sur la manière de penser l'avenir de l'Europe

Un autre article intéressant qui replace très bien le traité de Rome dans son contexte