Si vous voulez vraiment les énerver vous dites « CPE » !
Si vous voulez seulement les voir s’agiter, s’indigner, se fâcher, s’irriter ou s’emballer vous pouvez évoquer un « CPA » ou un « CPC », vous avez le choix, il suffit qu’il y ait au moins « CP » comme « Contrat de Premier quelque chose » !

Le « Contrat de Première Chance » de Ségolène Royal est parfait dans le genre !

Quel tollé général du coté des Besancenot, Bové, Buffet et autres Laguiller !
Il faut dire que c’est une aubaine pour tous ces contestataires du système, inaudibles dans cette campagne faute de propositions d’alternative crédible.

Vous vous rendez compte ! elle veut mettre en place un nouveau CPE ! …quelle horreur !!!
Elle veut stigmatiser "les Jeunes" en leur réservant un dispositif particulier qui va les PRECARISER !!!
Voilà enfin la preuve que le Parti Socialiste ou en tout cas que Mme Royal n’est pas de gauche !
Peuple de Gauche venez vers nous, nous sommes les seuls représentants de la vraie Gauche dans cette élection ! et en plus, pourraient-ils rajouter, vous avez le choix, on est 5 à pouvoir vous assurer qu’avec nous c’est CDI obligatoire pour tous !

Bon, entendons nous bien, je ne regrette pas particulièrement le CPE qui a été mal préparé, mal pensé, mal annoncé et qui surtout me semblait pas pouvoir être très efficace.

Non, ce qui me semble déplorable c’est que sur ce type de proposition c’est le dogmatisme qui prévaut très largement sur la question de l’efficacité !

Au lieu de poser la problématique sur la table, de se demander intelligemment comment aider des centaines de milliers de jeunes à faire la transition entre des études qui ne préparent que très rarement à la vie professionnelle et qui sont par dessus le marché quelques fois bâclées et le monde du travail, on se contente d’accuser le « système » de ne pas procurer de CDI à tous !
Au lieu de chercher une solution efficace au chômage "des Jeunes", on bloque, par principe, toute initiative en balançant des grand mots comme « précarité » ou « stigmatisation des jeunes » !
Plus grave encore, les beaux discours des beaux parleurs convaincus d’être les bons face aux méchants, vont embrigader « les Jeunes » eux même (ou du moins certaines catégories d’entre eux) en leur faisant croire à une alternative très manichéenne avec d’un coté un beau CDI auquel ils ont naturellement droit et de l’autre un injuste contrat précaire qui les amènera immanquablement à être viré dès que l’entreprise le pourra !
Alors évidemment face à une telle perspective « le Jeune » se rebelle !
Disons plutôt que c’est l’étudiant, le lycéen voire le collégien (bientôt on fera défiler les écoles primaires) qui se rebelle et rarement celui qui est éjecté du système scolaire dès 16 ans !

Or, dans la réalité, cela ne se passe pas tout à fait comme cela. Le «beau CDI auquel ils ont naturellement droit » se fait souvent attendre très longtemps, obligeant « les Jeunes » à une longue durée de chômage ou à du travail temporaire.

En conséquence de quoi ne vaut il pas mieux, dans certaines conditions, un contrat premier quelque chose que pas de contrat du tout !
La précarité n’est elle pas d’abord dans le chômage ?

Pour ma part, pour moi même (il y a quelques années) ou pour mes enfants (dans quelques années), entre être au chômage et avoir un premier emploi même potentiellement précaire qui permette de se familiariser avec l’entreprise et à l’entreprise de se familiariser avec son employé, je n’hésite pas une seconde !

Certes le projet doit être pensé pour éviter l'effet d'aubaine et pour que tout le monde y trouve son intérêt : "les Jeunes" auxquels il s’adresse, les Entreprises, la collectivité...
En tout état de cause, ce sujet mérite, comme vient de le faire Ségolène Royal, que l’on mène une réflexion constructive sans préjugé idéologique ou considérations de petite politique !

Malheureusement la réflexion constructive n’est pas le fort de l’extrême gauche qui préfère se complaire dans les discours populistes et la contestation !

Saluons donc une attitude responsable de la part d’une Socialiste dont le Partis nous avait pourtant habitué, sur ce type de sujets, à emboîter le pas à l’opposition systématique et stérile de sa gauche !