Cette pratique est évidemment interdite par la loi car elle risque d’influencer la décision de ceux qui n’ont pas encore voté et qui peuvent encore le faire. Elle contribue à établir une inégalité entre les habitants des grandes villes dont les bureaux ferment à 20 heures et les autres qui n’ont que jusqu’à 18 heures pour voter. De plus, elle ouvre la porte à toutes les manipulations puisque n’importe qui pourra annoncer n’importe quoi pour influer sur le vote des derniers électeurs.

Outre le fameux « droit à l’information », la raison invoquée par Mr Morandini est que ces résultats sont disponibles sur des sites étrangers et qu’il est donc « aberrant » de maintenir cet « embargo » en France.

Ces 2 arguments me semblent tout à fait irrecevables.

Le « droit à l’information » est le type même de formule tarte à la crème qui ne veut rien dire !
Brandie comme un étendard des libertés elle est en fait très souvent utilisée par ceux qui se préoccupent plus de leur propre intérêt financier ou idéologique que de démocratie.

Certains blogueurs sous prétexte que le web autorise la diffusion facile, massive et peu risquée de l’information, se croient autorisés à diffuser tout et n’importe quoi au mépris de la vérité, du respect des autres ou des lois !
Par l’utilisation abusive qu’ils en font, ces personnes contribuent à galvauder une notion pourtant essentielle au fonctionnement de la démocratie et pour laquelle certains risquent leur vie (voir le site de Reporter sans frontières).

Quant à l’argument qui consiste à dire que puisque l’interdiction ne concerne pas les sites étrangers elle ne doit pas s’appliquer non plus aux sites français, il est tout aussi lamentable !

Sous prétexte qu’Internet n’a pas de frontière on ne peut pas considérer que les mêmes lois s’appliquent à tous ! et tant qu’à faire les moins contraignantes !

J’imagine que lorsque Monsieur Morandini fait ses achats sur Internet, il considère différemment les sites marchands français des sites Russes ou Turques tout simplement parce que la législation française offre plus de garanties que la législation russe ou turque.

La question de la diffusion de l’information va bien au-delà du résultat des votes avant 20 heures. C’est essentiellement une question de principe et de déontologie qui se pose.
Mais il semble qu’en matière de déontologie, Mr Morandini soit retombé (à moins qu’il n’en soit jamais sorti) dans les travers de l’époque de la magnifique émission « Tout est possible ».

Cependant, il est particulièrement rassurant, pour l'avenir de la blogosphère, de constater que de nombreux blogueurs, dont certains parmi les plus influents (cf. versac), s'élèvent très fermement contre cette initiative et appellent à ne pas diffuser les résultats avant 20 heures.

Espérons que cet appel sera suivi et que le petit coup médiatique de Morandini soit traité à sa juste valeur c’est à dire comme un pétard mouillé d’eau sale !