C’est le Parti Socialiste pourtant quasi moribond qui fanfaronne, c’est le score anormalement élevé de la LCR aux municipales, ce sont les candidats UMP qui enlèvent le logo de leurs affiches, c’est ici tel individu qui l’injurie et tel autre qui refuse de lui serrer la main, c’est le déchainement de certains journaux et de 98% des blogs, c’est Sarko le moins que rien, le ringard, le menteur, le fou furieux, le dangereux, le fossoyeur de la laïcité, le danger pour la démocratie et j’en passe et des meilleures !

La situation est telle que Nicolas Sarkozy pourrait dire et faire n’importe quoi, il serait au mieux inaudible (cf. son allocution sur le traité européen) et au pire automatiquement et systématiquement critiqué !

Parallèlement, la décrédibilisation de Sarkozy conduit par un classique effet de balancier à mettre en avant une opposition qui n’en attendait (méritait) pas tant et dont le seul mérite est justement d’être dans l’opposition à Sarkozy.

On arrive ainsi à une situation ou les seuls qui sont écoutés sont les Socialistes et la LCR.

Or, ni les uns ni les autres n’ont de projet alternatif digne de ce nom et en conséquence leurs discours relèvent plus de la démagogie que de la proposition crédible.

La démagogie façon Parti Socialiste c’est par exemple de faire croire aux français que le problème du pouvoir d’achat peut être réglé à coup de baisse de la TIPP, d’augmentation du SMIC et des retraites (sic. Les discours de plusieurs de ses représentants) ce qui revient tout simplement à demander à l’Etat d’emprunter pour distribuer du pouvoir d’achat !

Quand à la LCR avec sa « vision complètement paranoïaque de la société et de l’économie » (Cf. Alain Duhamel), son sectarisme et ses fausses bonnes idées généreuses, ils sont ce que l’on peut faire de pire en matière de démagogie dans le sens qu’en donne le dictionnaire : « abus de la démocratie, qui consiste à flatter les passions populaires ».

Pire encore, les sujets d’importance sont complètement délaissés au profit des faits divers de la politique.

Qu’est ce qui est plus important ?

  • Le grotesque psychodrame de Neuilly ou l’avenir de l’Europe ?
  • La vie amoureuse de notre Président ou l’état scandaleux des prisons françaises ?
  • Son salaire ou les 2 000 milliards d’euros de dettes ?
  • Ses Rolex ou le manque cruel de logements sociaux ?
  • Le résultat des municipales (personnellement je n’ai rien à faire des résultats des villes ou je n’habite pas) ou le financement et donc l’avenir de notre Sécurité Sociale ?
  • La réelle ou supposée « dérive monarchique » du pouvoir ou le financement des régimes de retraites ?
  • Le « casse-toi, pauvre con » ou l’avenir de la Politique agricole commune ?

Et pourtant, les sujets d’importance sur lesquels nous devons nous prononcer ce n’est pas ça qui manque, même dans l’actualité récente :

  • Le plan Banlieues
  • Les difficultés de la France à faire accepter par ses partenaires européens un énième décalage du respect de ses engagements budgétaires
  • Le traité de Lisbonne
  • L’impact sur le budget d’une croissance plus faible qu’initialement prévue (1,9% au lieu de 2,25 %)
  • L’avenir des radios et télévisions publiques

Même l’attentat déjoué contre les caricaturistes danois devrait susciter débats et réactions !

Et de quoi parle-t-on depuis 2 mois ? …de l’avenir de l’Europe ? des prisons françaises ? de la dette astronomique ? des retraites non financées ? de la sécu en perdition ? …ben non !

Il me semble que la France a tout à perdre à ce que cette situation perdure !

Ne serait-il pas temps d’apporter un peu de sérénité et de rigueur dans le débat politique ?

Après avoir dit ce que nous avions à dire, après avoir exprimé notre juste mécontentement face aux manières de Sarkozy, face à son activisme forcené, à ses promesses démagogiques et à ses décisions précipitées ne serait-il pas temps de le laisser travailler et de le juger sur ses actions ?

Après tout, nous (nous français) avons été 53 % à voter pour lui il y a moins d’1 an et il est Président de la République pour plus de 4 ans encore !

Alors sauf à faire un coup d’Etat, je suggère de le considérer comme tel et d’exiger de lui, non pas qu’il troque ses Rolex contre des Swatch mais qu’il nous présente et explique les réformes qu’il nous a promis et dont la France a besoin. Je suggère également que l’on arrête de prêter une oreille trop attentive aux marchands de sable qui profitent de la situation en voulant nous laisser croire que tout peut s’arranger sans efforts !