L'art de transformer une saine et démocratique contestation en un acharnement sordide (cf Coppé) et répugnant (cf. Darcos) !

Les réactions à la contestation de l'ambitieux Jean Sarkozy, ont été un peu longues à se manifester, mais ça y est, le discours est maintenant bien rodé, la Maison Royale et ses féaux contre-attaquent !

Après Sarkozy père qui parle de donner « en pâture une personne (…) », après le Baron Chatel qui parle de « chasse à l’homme » ou le Viconte Darcos qui parle de "calomnies" et de « climat délétère et répugnant (…) », ça commence à bien faire tous ces gens qui retourne complètement la problématique en essayant de faire passer le Prince Jean pour un martyr !

Il faut dire que la première salve de contre-attaques visant à défendre le Prince, n’avait pas été franchement convaincante !

L’argumentation qui se voulait pourtant un peu construite nous disait à peu près ceci: « mais pourquoi ce pauvre Jean n'aurait t'il pas le droit de prétendre à un tel poste sous prétexte qu'il s'appelle Sarkozy et que son père s'avère être le roi président de la république ? » et avec ce complément indispensable : « après tout c'est un élu, il a passé l'examen du suffrage universel et puis ce n'est pas son père qui le désigne, mais les administrateurs de l'EPAD » !!!

Devant le peu d’effets de cette défense (jeu de mot excellent), la contre-attaque a complètement changé à la fois de ton et de forme, énoncée de manière light elle consiste à nous asséner inlassablement ceci : « Mais arrêtez de harceler ce pauvre jeune homme, vos attaques tourne au lynchage, c'est tout à fait méprisable » !!!

Je sais bien que la meilleure défense c’est l’attaque mais quand on en vient à traiter de méprisables ou de sordides les légitimes protestations d’une partie importante de la population sous prétexte qu’elles ne cessent pas assez rapidement au gout des personnes incriminées, c’est clairement un aveu de faiblesse et de manque cruel d’une argumentation un tant soit peu solide !

Rappelons quand même que la protestation c’est rapidement propagée dans la blogosphère à la suite d’articles de presse énonçant les faits suivants :

1 - Jean Sarkozy n’était même pas administrateur de l’EPAD ce qui excluait qu’il en soit nommé/élu président !
2 - Pour palier à ce léger inconvénient, un conseil général du Nouveau Centre nommé Hervé Marseille, vice –président de l’EPAD, laisse sa place à Jean Sarkozy. Certains relèvent que si Hervé Marseille a si opportunément démissionné c’est parce qu’il a été nommé membre du Conseil Economique et Social par un décret, signé par …Nicolas Sarkozy !
3 - Les faits, c’est également que Jean Sarkozy est élu conseiller général d’un canton de Neuilly et que Neuilly ne fait pas partie de l’opération d’intérêt national de La Défense !
4 - Les faits, c’est l’inexpérience de Jean Sarkozy qui n’a rien géré de sa vie sinon peut-être son cochon tirelire !
5 - Les faits, c’est également son absence de formation puisque manifestement, malgré un âge avancé, il patine en seconde année de droit !
6 - Les faits, c’est la fusion imminente dans un seul établissement de l'EPAD et l'Epasa, ce qui donne une autre dimension à l’EPAD et en conséquence des responsabilités et un pouvoir accru à son président !
7 – Enfin, les faits, c’est que jean Sarkozy est le fils de ….Nicolas Sarkozy, Président de la République Française de son état !

C’est donc, à partir de ces faits, que la polémique a enflée (comme on dit), chacun en a tiré les conclusions qu’il voulait mais il se trouve que beaucoup ont considéré que :

1 - Jean Sarkozy n’avait pas la qualification nécessaire pour gérer un établissement public de cette importance !
2 – Que malgré cela, il allait quand même être élu !
3 – Qu’en conséquence son élection, il ne la devrait qu’à sa prestigieuse ascendance et à la servile obligeance de ses pairs qui ne veulent pas déplaire à l’ascendance en question !

En une période ou les temps sont difficiles, surtout pour les jeunes, voir arriver comme cela, la bouche en cœur et la mèche blonde en arrière, le fils Sarkozy qui vient prétendre à une responsabilité à laquelle rien ne le prédispose, est apparu, pour beaucoup, extrêmement choquant ! D'aucuns vont même jusqu'à parler de népotisme (si, si) !!!!

Ensuite, le fonctionnement de la blogosphère étant ce qu’il est, ces faits, et les réactions qu’ils ont assez légitimement provoqués, se sont propagés comme une trainée de poudre sur le web du monde entier avec un effet d’auto-entretien liée aux interactions entre les blogs !

Enfin, devant l’ampleur qu’à pris le mouvement, les médias ont tout à fait normalement pris le relai pour en faire part. C'est dans ce sens que cela c'est passé et non pas dans l'autre, n'en déplaise au sieur Lefebvre aboyeur royal en titre.

Pourtant rien de choquant dans ces réactions, pas de contre-vérités, pas d’interprétation biaisée, peu d’injures mais plutôt quelques moqueries bon enfant et souvent assez hilarantes et surtout une réelle sincère indignation de la part de nombreux citoyens !

Dans tout cela je ne vois rien de « sordide », de« répugnant » ou de calomnieux !

Certes, la polémique dure (du verbe durer) ce qui peut laisser penser à un acharnement excessif vis à vis de Jean Sarkozy.

Mais là encore, pourquoi cette polémique dure t’elle ?

Tout simplement parce que, manifestement, la famille Sarkozy et ses fidèles courtisans n’en n’ont rien compris !

Ils n’ont pas compris que l'on pouvait trouver choquant sinon honteux le fait de placer quelqu’un qui n’a jamais fait la preuve de son mérite, à la tête d’un établissement public de cette importance uniquement parce qu’il s’appelle Sarkozy !

Ils n’ont pas compris que lui octroyer une pseudo-légitimité en invoquant son élection à Neuilly dans un canton acquis depuis toujours très largement à l’UMP que, selon Montebourg, même une chèvre aurait gagnée pour peu qu’on lui ait collé une étiquette UMP sur le dos, ne fait que l’enfoncer encore plus !

Ils n’ont pas compris que la flagornerie à haute dose (cf Isabelle Balkany) venant de personnalités connues pour leur moralité douteuse proximité avec le papa, pouvait provoquer l’effet inverse à celui attendu !

Ils n’ont pas compris qu’il ne sert à rien d’accabler les médias sous prétexte qu’ils font caisse de résonnance d’un sentiment largement répandu mais qu’ils n’ont pas envie d’entendre !

Enfin et surtout, ils n’ont pas compris qu’à un moment ou on prône, plus que jamais, les mérites du travail et des études bien faites, le contre-exemple que constitue la promotion du fils du Président de la république qui n’a jamais travaillé et qui n’a quasiment pas fait d’études, a un effet désastreux !

« (...) désormais, ce qui compte en France pour réussir, ce n'est plus d'être bien né, c'est d'avoir travaillé dur et d'avoir fait la preuve par ses études de sa valeur» ou encore « (…) quel meilleur critère que celui du savoir et de la compétence pour désigner ceux qui doivent exercer des responsabilités » ? Cf. Nicolas Sarkozy le 13 octobre à propos de la création des Lycées par ....Napoléon Bonaparte !

Alors certes il y a des sujets plus importants mais celui-ci est extrêmement symbolique !

Parce que de 2 choses l’une, soit ils ne comprennent pas ou peut se poser le problème, ce qui serait révélateur, d’un fossé plus important que je ne l’imaginais entre le peuple et cette « élite », soit ils en ont conscience, mais en bons courtisans de la famille royale, c’est à celui qui sera le plus percutant dans la défense du fiston (à ce jour le Viconte Darcos et le Duc Bertrand tiennent clairement la tête sachant que la Marquise et le Marquis Balkany sont hors concours, ça ne serait pas du jeu) !

Dans les 2 cas, cette attitude constitue une erreur politique grave qui risque de se retourner rapidement contre le fils, qui sera surveillé comme le lait sur le feu et à qui on ne pardonnera rien, et le père qui ne va pas rehausser son image déjà brinquebalante dans l'opinion !

Ps : Même si les représentants de l’Etat à l’EPAD ne participent pas à la désignation de son président (le conflit d’intérêt est flagrant), Jean Sarkozy y sera quand même élu puisque sur 9 votants, la majorité et l’opposition ont 4 voix et que la 9ème voix, décisive donc, est entre les mains du représentant de la Chambre de commerce, Claude Leroi, ancien conseiller municipal de Neuilly-sur-Seine sous la magistrature de Nicolas Sarkozy. Ce Claude Leroi ne fait d’ailleurs pas mystère de sa préférence puisqu’il dit à propos de Jean Sarkozy : « C'est un garçon de qualité, sympathique, que je connais depuis très longtemps ».

Gageons que tous les thuriféraires de la famille Sarkozy viendront ensuite fanfaronner en nous disant : « vous voyez que sa nomination est légitime puisqu’il a été élu sans l’aide des représentants de l’Etat » !!!