Il faut avouer que le contraste a été saisissant, quasi brutal !

Songez que je suis passé, le temps d’une brève mais ferme pression sur le bouton numéro 1 de la télécommande, de l’histoire de Grace Drummond-Hay, journaliste de son état, seule femme à être montée à bord du Graf Zeppelin lors de son tour du monde en 1929 et en 21 jours à ……j’ai honte ….à …la pathétique mascarade consistant à faire se dandiner devant des millions de téléspectateurs ébahis et la base aux lèvres pour certains, une trentaine de minettes quasiment identiques et toutes avec le même déhanché, la même courbure de reins et le même sourire figé !

Le seul point commun que j’ai pu trouver à ces 2 émissions c’est bien que le personnage principal en est une femme. Dans le premier cas cette femme se trouvait là, seule de son espèce au milieu des hommes, uniquement parce qu’elle était la petite protégée du magnat de la presse William Randolph Hearst qui avait affrété l’engin …de plus, comme ce Monsieur n’avait manifestement qu’une confiance limitée dans les qualités professionnelles de la Dame, il a jugé plus prudent de lui accoler un collègue …mâle, histoire de ne pas prendre de risque !

C’est là que l’on voit que les mœurs ont largement évolués depuis cette époque, contrairement à ce pourraient prétendre quelques féministes d’une évidente mauvaise foi, car dans l’autre émission, la gente féminine avait clairement le premier rôle et aucune de ces demoiselles n’était affublée d’un chaperon masculin !....Même Simone aurait été obligée de l’admettre !

Et de plus, dans un souci d’objectivité qui m’honore, je suis au regret d’avouer que les quelques personnages masculins les plus visibles dans l’élection de Miss France n’ont pas particulièrement fait honneur à notre genre.

Entre un Cestmonderniermotjeanpierre qui faisait mine de s’extasier devant les platitudes sans intérêt, énoncées par les demoiselles, en réponse à ses questions sans intérêt (du type : pourquoi voulez vous devenir Miss France ?....plus crétin que ça comme question tu meurs !) entre l’espèce d’agité probablement drogué à la vitamine C, dont j’ai oublié le nom, qui assis quelque part du coté du standard, nous expliquait régulièrement d’un ton docte et frénétique comment allait se dérouler processus de choix il est vrai hyper complexe, entre l’autre allumé de Robbie Williams qui est venu nous pousser la chansonnette, reluquer de près les 5 finalistes et encaisser son chèque et l’ineffable Estrosi qui nous a tenu la jambe pendant 5 bonnes minutes pour nous dire…..euh...pour nous dire quoi au fait ?....tiens, j’ai oublié, mais probablement que ça vaut mieux, on a pas été vraiment gâté de ce coté là !

Le problème c’est que côté spectacle on n’a pas été vernis non plus ….je suis certain que depuis 20 ans que ça existe, c’est toujours le même spectacle bien ringard…tout est ringard, la présentation, les vêtements des Miss, les décors, les chorégraphies, les invités, Geneviève de Fontenay...tout, tout, tout et c’est long, long, long, ça n’en finit pas !!!

Je n’ai rien évidemment contre les demoiselles qui défilent, même si à mon sens, il ne faut pas avoir trop de fierté pour aller s’exhiber comme dans les concours de bestiaux du Salon de l’Agriculture, devant des millions de téléspectateurs dont une moitié se fout de votre tronche : « oh, regarde celle-là, quand elle marche on dirait Gloria…mais si.. tu sais… l’hippopotame dans Madagascar ! »… « Ah oui, t’as raison, et celle-là, c’est la girafe…comment elle s’appelle déjà la girafe ?... » (NdT : la girafe s’appelle Melman)…dont une autre moitié les traitent de « boudin » voire même de « poufiasse » à partir du moment où elles ont le malheur de représenter une autre région que la leur, alors que la troisième moitié, elle, les regarde la langue pendante, les yeux exorbités façon loup de Tex Avery en s’exclamant régulièrement devant leur femme passablement exaspérée: « ouah super bien gaulée la meuf ! » !

Tout ça pour dire que, il faut en avoir vraiment envie ou être particulièrement naïve pour venir se fourvoyer dans une telle galère !

Oh, mais j’entends d’ici quelques mauvais esprits s’exclamer avec une ironie à peine voilée : « il se moque, il se moque, mais il est resté planté comme un gros stupide devant ce spectacle qu’il qualifie lui même de pitoyable, qui véhicule une image dégradante de la femme tout juste bonne à défiler en maillot de bain devant le regard lubrique de millions de spectateurs !...honteux ! »

Là, il faut avouer que si je n’y avais pas été préparé, la remarque m’eut porté un coup qui aurait pu m’être fatal !

Effectivement, je l’avoue, je suis resté comme un gros stupide, jusqu’à la fin ou presque, mais attention, c’est uniquement pour connaître le nom de la gagnante ! Eh ben oui, c’est un peu comme les téléfilms ou les bouquins que l’on commence, qui s’avèrent un peu barbants mais auxquels on s'accroche malgré tout en se disant : ça va s’arranger plus tard et puis il faut absolument que je sache comment ça se termine… c’est plus fort que moi !

Eh bien là c’est pareil, je suis resté jusqu’au bout et j’en été bien récompensé parce que c’est la petite caennaise qui a gagné et na na na pour les autres poufiasses, les Gloria et autres Melman qui voulaient lui piquer sa couronne et puis alors, ouah !!! qu’est ce qu’elle est super bien gaulée la meuf !

Mais attention, c’est la dernière fois, promis, juré, craché !