Dans l’esprit, et sans prêcher pour ma paroisse, je le recentrerais radicalement. Le gouvernement actuel a suffisamment démontré sa volonté sécuritaire, il n’a plus rien à prouver en la matière, du moins en matière d’intention parce que pour l’efficacité, ce n’est pas tout à fait ça !

Il faut donc maintenant rattraper les électeurs modérés, que les Bessons, Hortefeux et autres Estrosi ont fait fuir vers….je ne sais pas vers qui !

De plus, à sa place, je me ferais un petit peu oublier en me mettant un peu plus en retrait (ce qui n’est pas difficile), derrière un premier ministre plus présent et donc plus exposé. Je me consacrerais à l’international, domaine dans lequel il n’a pas été trop mauvais, et essaierais de prendre un peu de hauteur afin d’essayer de faire croire, que de ce point de vue, un second quinquennat serait radicalement différent du premier. Enfin, pour cette même raison, je nommerais des personnalités qui, aux yeux de l’opinion, sont évidemment compétentes mais surtout qui ont fait preuve d’une certaine indépendance d’esprit vis-à-vis de Sarkozy et de la doctrine UMP.

Tout cela me permet d’exclure, d’entrée, les Bertrand, Lefebvre, Estrosi, Hortefeux, Besson et autres Morano.

Alors allons-y gaiement !

Premier ministre : Christine Lagarde

Cette femme est compétente et reconnue comme telle à l’étranger. Elle n’est pas trop politique même s’il lui est arrivé de dire n’importe quoi par bête solidarité gouvernementale. Elle apporterait de la fraicheur à ce poste.
Elle est populaire, mais si Sarko veut pouvoir en bénéficier indirectement, il faudrait qu’elle fasse preuve de beaucoup de caractère et lui de beaucoup de volonté pour qu’elle assume pleinement sa fonction de premier ministre sans être étouffée par un Sarko omniprésent.

Ministre de l’Economie et des Finances : Jean Arthuis

Il a le courage de parler de TVA sociale, de dire que le bouclier fiscal, en l’état et dans le contexte actuel, est une erreur, de contester l’intérêt de la TVA à 5,5% dans la restauration ou encore d’être demandeur, depuis longtemps, d’une remise à plat de notre système fiscal. Sans pour auatnt qu'on puisse le qualifier de rebelle, ses prises de position critiques, lui permettraient de se présenter en rupture avec le dogme fiscal de Sarkozy et le mettent en bonne positon pour engager une vrais réforme de la fiscalité française.

De plus, lui et son Alliance Centriste sont les cibles idéales pour un recentrage.

Jean Peyrelevade serait également très bien dans ce rôle.

Ministre de l’Intérieur : Alain Juppé

Droit à la fois dans ses bottes et dans sa tête, Alain Juppé saurait certainement allier les 2 qualités qui me semblent essentielles pour un ministre de l’intérieur, fermeté et intégrité !

De plus, c'est un ministère ou son côté un peu psychorigide ne posera pas de problème voire même pourra être bien utile pour résister à un Sarkozy qui le considère encore comme son pré carré. Gageons qu’il saura rehausser sans mal l’image de marque d’un ministère, bien ternie par son prédécesseur.

Ministre de la Justice : Martin Hirsch

En ces temps ou le Pouvoir est accusé de vouloir mettre la main sur la Justice (suppression des juges d’instruction) ou de la téléguider en sous-main (« affaires » Woerth), Il fallait quelqu’un qui apparaisse particulièrement indépendant par rapport à Sarkozy et à l’UMP et surtout suffisamment intègre pour résister aux éventuelles pressions. C’est pourquoi j’ai opté pour…Bernard Tapie !....non, je blague !... Martin Hirsch a les qualités présentées ci-dessus, de plus il s’est récemment fait remarquer avec son bouquin dans lequel il fustige les conflits d’intérêt. Il a de bonnes idées la dessus, ça serait l’occasion pour lui d’essayer de les concrétiser.

Ministre de la Santé : Ben, je sais pas !

Exit la Bachelot qui décidément a trop fait d’erreurs.

Par contre qui mettre à la place, j’avoue n’en rien savoir !
Certainement un professionnel de la santé, ne serait-ce que pour qu’il puisse comprendre ce que lui racontent ses conseillers et les laboratoires. J'ai bien le nom d'un médecin lavallois en tête mais, il est déjà fort occupé à tripatouiller son accordéon, et surtout il est ouvertement villepiniste ce qui serait évidemment tout à fait rédhibitoire pour Sarkozy

Ministre de l’Education nationale :Jacqueline Gourault

Je ne savais pas trop, de toute façon, ils en sont tous sortis cabossés, à l’exception de ceux comme Jack Lang qui n’y ont fait que de la communication. Faute d’avis particulier, je ne peux que suggérer à Sarko de faire appel à Jacqueline Gourault, chargée justement de ce domaine au sein du shadow cabinet du MoDem. C’est une enseignante au moins d’origine, peut-être qu’elle abordera toutes ces questions avec pragmatisme et dans une vraie concertation.

Ministre du travail, de la solidarité, et de la fonction publique : Nicole Notat
J’apprécie Nicole Notat, ou du moins je l’appréciais lorsqu’elle était à la tête de la CFDT, depuis on ne la voit plus. Energique, pondéré et pas sectaire, il serait intéressant de voir comment une ancienne syndicaliste se débrouille à la tête d’un ministère comme celui-ci !

Ministre de l’environnement et du développement durable : Claude Allègre….non, je blague encore !... Chantal Jouanno !

Chantal Jouanno obtient une belle promotion, passant du rang de secrétaire d’Etat à celui de ministre.
Cette femme est compétente (elle a été présidente de l'Agence de l'environnement et de la maitrise de l'énergie), elle a du caractère (qu’elle a bien montré lors de l’abandon de la taxe carbone) et de l’énergie (sportive de haut niveau).
De plus elle bénéficie d’une assez bonne popularité.

Ministre des sports : Stéphane Diagana
Un esprit sain dans un corps sain. Ce champion a toujours eu un état d’esprit remarquable, exemplaire à bien des égards.
Il est capable de s’impliquer pour les causes qui lui tiennent à cœur (il est membre de l’Agence anti-dopage et ambassadeur de la fondation Nicolas Hulot) et sait assumer des responsabilités (Il a notamment dirigé la Ligue nationale d’Athlétisme).
Il raisonne bien et s’exprime avec beaucoup de précisions et de clarté, et sans langue de bois.
Je le vois très bien à ce poste, en tout cas beaucoup mieux qu’un Douillet ancien Judoka mal recyclé dans la politique.

Ministre de la Défense : Hervé Morin

Certes il a trahi vite fait Bayrou pour gagner un maroquin mais comme j’ai bien spécifié que je me mettais à la place de Sarko, ce qui serait pour moi rédhibitoire n’a pas de raison de l’être pour lui, au contraire. Et puis, le garder sous surveillance, permettra à Sarkozy de freiner plus facilement ses éventuelles velléités de candidature.

Discret et efficace à son poste, sans prédispositions particulières, il a su se faire apprécier de ses troupes, que demander de plus à un ministre de la Défense. Pour autant, il a eu la chance de bénéficier d’un budget plus que favorable, ce qui aide bien. Alors que l’heure passe aux économies drastiques, il parait normal qu’il se coltine à une situation plus délicate.

Ministre des affaires européennes : Jean-Louis Bourlanges

Comme L’Hérétique, c’est le premier nom qui m’est venu à l’esprit.

Européen convaincu, même s’il a un œil extrêmement critique sur l’Europe actuelle et son mode de fonctionnement, Jean-Louis Bourlanges a été député européen pendant presque 20 ans avant de faire le choix d’en sortir, lassé par les querelles, les atermoiements et les discussions sans fins, il a même participé à l’écriture de la constitution européenne (celle de Giscard).

Ses convictions européennes, sa personnalité libre et son expérience en font l’homme idéal pour ce ministère.

Au passage, je fais de l’actuel secrétariat d’Etat, un ministère à part entière considérant notamment que les affaires européennes ne sont plus tout à fait des affaires …étrangères.

Un second nom m’est venu à l’esprit, c’est celui de Bruno Lemaire, germanophile, partisan d’une Europe forte, qui a fait du bon boulot lors de son bref passage à ce ministère. Mais ses talents, sa qualité de négociateur et ses connaissance du fonctionnement des institutions européennes, le rendent très utile au ministère de l’agriculture ou il office actuellement. N’oublions pas que l’avenir de l’agriculture française se joue à Bruxelles comme aiment à dire les journalistes.

En conséquence et pour cette raison:

Ministre de l’agriculture et de la pêche : Bruno Lemaire

Ministre des affaires sociales : Jean-Louis Borloo

Je me trompe peut-être, mais il me semble que Borloo est un homme de dialogue et qu’il a une certaine fibre sociale (pour peu que cette expression ait un sens). Il saurait certainement arrondir les angles avec les syndicats. En outre, son image de marque est bonne dans l’opinion. Pour autant je ne lui vois pas l’étoffe d’un premier ministre.

Ministre de la culture : Luc Ferry

Voilà, voilà, j'oublie certainement quelques ministères mais les ministres, c'est comme les vaches dans l'étable, quand y'en a trop, le rendement baisse !