J’aurais d’autant plus tendance à être indulgent, que ce qu’on peut reprocher à une grande partie de ces médias c’est …de s’adapter à ce que nous sommes: des gens pressés (jeu de mot) submergés d’informations, qui par flemme ou manque de temps attendent une information triée, toute mâchée voire digérée, qui n’attendent que d’être confortés dans leur propre opinion, qui de toute façon ne seront jamais contents et qui accessoirement ne veulent pas la payer l’information !

Pour autant, il y aurait beaucoup à dire sur la manière dont l’information, petite ou grande est traitée ou devrais-je dire maltraitée du fait de mauvais tics médiatiques.

Parmi ces tics, 2 exemples tout frais, de mauvais « traitement » de 2 petites infos :

Nous avons évidemment été largement tenu au courant de la fusillade à la kalachnikov à Marseille qui provoqué la mort d’un adolescent de 16 ans et de très graves blessures à un gamin de 11 ans.

Que ce soit à la radio (Europe1, RTL..) ou dans la presse écrite, il était dit sans guère de précautions de langage, que le gamin de 11 ans servait de guetteur à l’adolescent de 16 ans qui se livrait au trafic de drogue.

Même si dans un coin de la phrase il pouvait être rajouté des mots comme « éventuel » ou « probable », il n’en reste pas moins que tout le monde a retenu « guetteur ».

Or, si on écoute, ou lit, le procureur de Marseille, on apprend avec stupeur que : «On l’avait présenté comme un éventuel guetteur, on n’a rien qui permette de le dire» !!!

Je ne sais pas si, au final, le gamin guettait ou ne guettait pas, mais tel que l’évènement a été présenté, tout le monde est persuadé qu’il guettait, avec une sorte de sous-entendu du type « c’est malheureux un gamin de 11 ans, mais après tout il l’a bien cherché » !

Or, imaginons un seul instant que ce gamin ne guettait pas !...imaginons comme le prétend je ne sais plus qui, qu’il était partis chercher des pizzas !...imaginons que par une affirmation hâtive et sans fondement réel, on ait ajouté le déshonneur à l’agression physique !...Même si les apparences peuvent le laisser croire, il y a manifestement doute, sinon gros doute si on en croit le Procureur, et comme chacun sait, dans le doute…on s’abstient !

Le 2ème exemple de mauvais traitement de l’info est moins grave, mais pour autant tout aussi déplorable !

Je lis, ce matin dans le DirectMatin de ce matin, une brève, dont le titre en grands caractères gras et rouges, nous dit très précisément ça : PARIS : UN PLOMBIER AVOUE ONZE VIOLS
Sous ce gros titre, et pour ceux qui veulent aller plus loin on peut lire:

« Un homme arrêté en janvier dernier, a reconnu être l’auteur de onze viols dans le département du Val-de-Marne, selon Le Parisien. Ce père de famille, âgé de 35 ans, était inconnu des services de police. La plupart de ses victimes sont des adolescentes qui ont été attaquées alors qu’elles se trouvaient à proximité de leur établissement scolaire. »

Le titre en grand caractères et en rouge nous dit qu’un PLOMBIER avoue 11 viols !

On se dit à ce moment là, que cet homme a officié dans le cadre de son boulot, à l’occasion d’interventions chez des femmes, peut-être même qu’il n’est pas plombier mais qu’il s’est fait passer pour un plombier pour entrer chez ses victimes, enfin bref, pour peu qu’on s’intéresse à ce fait divers, on imagine au vu du titre que le fait que cette homme soit présenté comme plombier est un élément important pour la compréhension du truc !

Eh bien non !...rien à voir ! il est plombier comme il aurait pu être pâtissier ou orthopédiste !....ses viols n’ont manifestement rien à voir avec sa profession !...pourquoi donc indiquer qu’il est plombier ?

C’est quand même étonnant, il aurait été considéré comme scandaleux de préciser qu’il est d’origine africaine, asiatique ou slave, on aurait considéré comme inadmissible d’indiquer qu’il est catholique, musulman ou juif, de crainte de « stigmatiser » (horrible mot) les catholiques, les noirs ou les juifs et on balance, alors que cela n’a aucun intérêt, qu’il est plombier !

Comme j’ai eu l’occasion le dire dans un précédent billet, généraliser est une pratique largement répandue, ainsi, « Comme chacun sait, les politiques sont tous des pourris, les fonctionnaires tous des fainéants, les portugaise toutes des velues et les coiffeurs tous homosexuels ! »…et maintenant, chacun sait que les plombiers sont tous des violeurs !