Il n’est pas question de nier les dangers du nucléaire, les risques associés à cette forme de production d’énergie et le problème que posent le traitement et le stockage des déchets, pour autant il y a quelque chose d’indécent dans l’attitude des écologistes (et de Mélenchon) à profiter d’un évènement aussi tragique et de l’émotion et des peurs qu’il suscite pour demander un referendum sur le sujet.

Le demander maintenant et comme çà, contribue de plus à faire un amalgame inopportun et trompeur entre la situation de la France et celle du Japon, dont le niveau d’exposition aux tremblements de terre et aux tsunamis est pour moins sensiblement différent !

Je n’ai pas la prétention de vouloir faire le tour du sujet, mais sortir du nucléaire, pour la France qui en obtient 75% de son électricité serait certainement beaucoup plus compliqué que ce que laissent entendre nos joyeux écolos !

Il n’y a qu’à voir les difficultés qu’ont nos voisins allemands qui ont pris cette décision en 2001 (dans la Loi). Malgré une échéance pour le moins floue, en Septembre 2010, la coalition au pouvoir a décidé de prolonger la durée d'activité des centrales nucléaires allemandes de 12 ans en moyenne.

Il faut dire qu’ils sont encore loin d’avoir des solutions de substitution qui permettraient de compenser les 24% d’électricité issus du nucléaire. Pourtant, les énergies renouvelables fournissent 16% de leur électricité, ce qui est déjà beaucoup, mais tant le solaire que l’éolien présentent des limites qui ne peuvent guère laisser espérer beaucoup plus, d’autant plus qu’elles sont extrêmement couteuses à mettre en œuvre par ces temps de disette budgétaire. Quand aux économies d’énergie, c’est un petit peu la tarte à la crème, là aussi les investissements sont couteux et le tout électronique voire le tout électrique (les voitures) ne laissent pas présager un gros potentiel en la matière.

Du coup, l’Allemagne se rabat sur le charbon qu’elle produit et le gaz qu’elle importe.

Le premier est difficile à produire, polluant et gros émetteur de CO2, le second émet moins de CO2 que le charbon mais plus que le nucléaire et rend l’Allemagne dépendante de ses fournisseurs et des pays traversés par les oléoducs…suivez mon regard ….tourné vers l’Est !

La France dont le nucléaire produit 75% de l’électricité serait confrontée à cette problématique puissance 3 avec en prime les habituelles handicaps que nous avons l’art de nous imposer comme la résistance croissante à l’éolien (même de la part de certaines écologistes) ou l’importation de 90% des panneaux solaires ! Et je ne parle même pas des impacts sur la filière du nucléaire français et ses répercussions économiques et sociales, ça serait mesquin.

En résumé, que l’on mette sérieusement sur la table la question des énergies renouvelables et que l’on fasse « un diagnostic précis du parc nucléaire français » comme le suggère le PS, évidemment, surtout s’il n’est pas biaisé par les puissants lobbies de la filière. Par contre, se précipiter pour demander un référendum dans la foulée des évènements du Japon, pour profiter ainsi de l’émotion et des peurs suscitées par cette tragédie, relève d’une mauvaise démarche populiste …sur un sujet aussi complexe les réactions à chaud ne peuvent être bonnes conseillères !

Bon, ils ne l’auront pas leur referendum ou du moins pas maintenant, mais ils n’auront pas tout perdu, on a enfin entendu Eva Joly exprimer un message simple à peu près clairement et Mélenchon a trouvé là un prétexte supplémentaire pour agresser ses ex petits camarades du PS !