C’est une attitude que l’on ne peut décemment pas reprocher à Claude Guéant !

Claude Guéant, lui, fait dans un autre genre. Il n’a pas peur d’évoquer les problèmes, de dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas, et de mettre officiellement (il est ministre de l’Intérieur) les questions tabous sur la table …tout le contraire des autres ! Pour autant, on obtient exactement le même résultat.

En disant « tout haut ce que beaucoup pensent tout bas », Claude Guéant ne fait que reprendre la conversation telle que Robert et Marcel l’ont laissé en sortant du Balto plein de bière et de fiel, la veille au soir !

« Les Français à force d'immigration incontrôlée ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux, ou bien ils ont le sentiment de voir des pratiques qui s'imposent à eux et qui ne correspondent pas aux règles de notre vie sociale »… « Nos compatriotes veulent choisir leur mode de vie, ils ne veulent pas qu'on leur impose un mode de vie », a-t-il insisté !

Certes c’est probablement mieux exprimé que n’ont pu le faire Robert et Marcel dans leur langage un peu bourré et un peu frustre, mais l’essentiel y est !

Les hordes d’immigrés clandestins de préférence colorés, barbus et en djellaba viennent nous imposer leur religion, leurs us et leurs coutumes, nous prendre notre boulot, nos maisons et nos femmes !

Nous ne sommes plus chez nous, ma bonne dame !

Il utilise une dialectique depuis longtemps pratiquée par le Front national consistant à demander «hein que vous voulez avoir le sentiment d’être chez vous ? hein ?»...réponse de Robert « ah ben oui alors » !

«Hein que vous ne voulez pas qu’on vous impose des pratiques qui ne correspondent pas aux règles de votre vie sociale ? hein ?»...réponse de Marcel « ah ben non alors » !

«Hein que vous ne voulez pas qu’on vous impose un mode de vie ? hein ?»...réponse de Robert « ah ben non alors » !

Et Robert et Marcel de conclure en chœur, « il a bien raison ce Monsieur Guéant, il a bien raison ! »

Le problème, c’est que le postulat de départ, sans être tout à fait faux puisque le sentiment évoqué par Guéant existe malheureusement, est pour le moins excessif. Personne ne nous impose quoi que ce soit, personne ne nous impose sa religion, son mode de vie ou ses pratiques en tout genre !...personne !

En l’exprimant comme il le fait, Guéant transforme un sentiment plus ou moins conscient et pas si diffusé que cela, en une vérité largement répandue !

C’est d’une certaine manière confirmer non pas que ce sentiment existe, mais qu’il est fondé !

« Tiens, Marcel, je te l’avais bien dit qu’on était plus chez nous, même ce bon Monsieur Guéant le dit à la radio ! »

Parler de ces questions est évidemment indispensable mais le faire comme ça, c’est typiquement du populisme à la Le Pen ou à la Mélenchon, c’est dire au « peuple » ce qu’il a envie d’entendre sans rien autour qui puisse réellement aider à comprendre, pas de constat documenté, pas d’explication, pas de débat et pas de solutions !

Avec des auxiliaires aussi nombreux et dévoués, Marine le Pen n’a pas fini de grimper dans les sondages !