Sur la question de la laïcité et son vrai faux débat, j’étais donc partagé entre l’importance que j’accorde au débat, élément essentiel d’une démocratie, et la manière dont celui-ci a été initié par l’UMP et le Gouvernement.

Une information récente m’a, d’une certaine manière, ouvert les yeux sur le sujet. Je viens de lire que Claude Guéant, sur lequel je me suis déjà bien défoulé lors d’un précédent billet et qui depuis n’a fait qu’accumuler les maladresses, venait d’annoncer la création d'un « code de la laïcité » qui serait constitué à partir des textes de loi sur le sujet et qui permettrait de « de clarifier les pratiques. »

Ben voilà, mais pourquoi n’a-t-il pas commencé par là ?...c’est stupéfiant d’apprendre que le Gouvernement qui a lancé l’idée de ce débat depuis plusieurs semaines, n’en n’est qu’au recensement et donc à la prise de connaissance de la réglementation existante sur le sujet !!!!...il serait quand même temps de se renseigner !

Lancer 2 mots en l’air, laïcité et islam, puis attendre de voir qui va les rattraper au vol et ce qu’ils vont en faire, n’est évidemment pas la bonne méthode. C’est dès le départ, avant même d’évoquer un quelconque débat, qu’il aurait fallu commencer par vérifier si la législation actuelle permet ou non de répondre aux problèmes posés par l’intrusion de la religion (essentiellement musulmane) dans les services publics voire dans la vie publique !

Il me semble comme une évidence qu’avant de lancer l’idée d’un débat, il faut au préalable, se poser (au moins) 2 questions :

1 - Y a-t-il matière à débattre ou dit autrement y a-t-il des questions à répondre
2 – N’avons-nous pas déjà, dans nos textes, les réponses aux questions que nous nous posons, sans qu’il soit besoin de se lancer dans un débat public !

Et accessoirement on peut également se demander si c’est le bon moment, s’il n’y a pas d’autres sujets qui méritent d’être débattus en priorité.

Pour le sujet qui nous concerne, à la question numéro 1 je répondrais sans hésiter : oui !... manifestement, il y a des problèmes, le nier comme le font la Gauche et, pour des raisons plus évidentes, les associations musulmanes et les associations sectaires, c’est se cacher derrière son petit doigt, qui leur reviendra dans l’œil (gauche…double clin d’œil) tôt ou tard !

A la question numéro 2 je répondrais de manière certes un peu plus prudente mais néanmoins assez convaincue : j’en suis persuadé ! …et d’ailleurs Guéant à eu la bonne mais tardive idée de faire un recensement de tous ces textes !

Par exemple, sur les comportements de certains musulmans à l’Hôpital (les hommes qui ne veulent pas que leur femme se fasse examiner par un médecin homme ou ceux qui refusent la nourriture non Allal etc.) il s’avère qu’il existe la Circulaire DHOS/G no 2005-57 du 2 février 2005 relative à la laïcité dans les établissements de santé, qui fixe les règles, les droits et devoirs à la fois du personnel de santé et des patients en matière de laïcité !

Pour ce que j’ai pu en lire, pas besoin de rajouter quoi que ce soit, que chacun respecte les termes de cette circulaire avec fermeté et conviction et la laïcité sera bien gardée !

En conséquence, je suggère de laisser tomber un débat mal né et mort né qui ne peut que partir dans tous les sens, pour, d’une part, rappeler à tout le monde les textes existants et d’autre part les appliquer sans faillir et sans complaisance !

Ne faisons pas comme si nous partions de zéro !

Ensuite, et avec un peu de recul, on s’assure que les textes sont correctement appliqués et qu’ils sont suffisants pour sauvegarder la laïcité telle qu’elle devrait être appliquée en France.

Enfin, si on constate que subsistent un certain nombre de problèmes, on les identifie et là seulement on organise un débat sur la manière de faire évoluer les textes afin de les améliorer. Mais contrairement à ce qui se passe aujourd’hui, le débat serait ciblé sur des questions précises et des bases solides, conditions indispensables a un débat efficace et apaisé.

Au lieu de ça, l’UMP a mis la charrue avant les bœufs et a encore une fois illustré notre incapacité à débattre tout en donnant un prétexte facile à tous ceux qui n’attendaient que cela pour refuser de parler de sujets qu’ils ont décrétés tabous...belle réussite !