Tout cela sur un fond de crise politique puisque, encore une fois, l’Europe à fait la preuve de son incapacité à apparaitre comme une entité unie, solidaire, forte et efficace.

En bref, tout va à vau-l’eau !...et pendant ce temps-là, Le Monde fait une page entière (Le Monde du 16 juillet) sur la place de la Culture dans le Projet Socialiste et interroge chaque candidat à la primaire sur ses priorités en matière de politique culturelle !

Preuve s’il en est que l’endettement des Etats ne constitue pas une préoccupation majeure des français, et à plus forte raisons en période estivale il est à craindre que ce soit le cadet de leurs soucis.

Et pourtant, la situation déjà difficile devient critique et mérite de devenir la préoccupation de tous.

Car cela nous concerne tous, retrouver du crédit (c’est-à-dire préserver notre capacité à emprunter à pas cher), alléger les charges de remboursement transmises à nos successeurs et surtout regagner des marges de manœuvre budgétaires pour redonner du pouvoir au politique (50 milliards d’euros partiront en intérêts en 2012), voici 3 objectifs autour desquels tout le monde et en premier lieu les candidats à l’élection présidentielle devraient se retrouver !

La question de la Dette, avec ses récents soubresauts et une inquiétude grandissante, s’annonce, du moins faut-il l’espérer, comme le sujet essentiel de la prochaine campagne présidentielle, et lorsque l’inquiétude grandit, la prime est au pouvoir en place !

D’autant plus que même si les gouvernements de Droite n’ont pas fait preuve de beaucoup plus de raison que ceux de Gauche, ils bénéficient à tort ou à raison sur ce sujet d’un préjugé sinon positif du moins sensiblement moins négatif que celui de leurs opposants.

Les candidats à la primaire Socialiste, ou du moins certains d’entre eux l’ont enfin compris, mieux vaut tard que jamais.

Même Montebourg fait clairement du désendettement une nécessité pour la France et il préconise, par exemple, d’émettre des emprunts destinés aux nationaux cf. la série des grands emprunts (Pinay, Giscard, Barre) afin de faire comme le Japon, pays très endetté (199% de son PIB) mais dont la dette est détenue à 6% seulement par des investisseurs internationaux.

Valls, non sans un certain courage compte tenu des sectaires qui officient au PS, n’hésite pas à remettre en cause les 300 000 emplois-jeunes pourtant fièrement brandis par Martine Aubry et pire encore, le retour à la très symbolique retraite à 60 ans !

Royal également insiste sur la nécessité de réduire le déficit !

Hollande en fait même un de ses thèmes de campagne essentiel en relevant notamment les contradictions du projet officiel et donc indirectement de ceux ou plutôt de celle qui s’y accroche encore, avec une saine gestion des finances publiques.

Aubry ...pas grand-chose de spontané sur le sujet, il faut dire que ce n’est pas une préoccupation de son commissaire politique Benoit Hamon et qu’elle est la seule à prétendre se sentir engagée par le couteux Projet Socialiste.

Or, les 2 objectifs apparaissent très largement contradictoires et tant qu’elle n’aura pas expliqué comment on peut, en même temps, respecter ce projet, et ramener le déficit à 3% du PIB en 2013, ses déclarations sur le sujet ne sont que de vaines paroles démagogiques.

Malgré tout, au-delà des déclarations d’intention lorsqu’il y en a, et bien évidemment, au-delà de la remise en cause des « cadeaux » fiscaux de Sarkozy : Heures sup ( 4,5 milliards), TVA restauration (3 milliards) ce qui semble à la fois censé et insuffisant, aucun n’apporte plus de précisions sur la manière de gagner des dizaines de milliards.

Ils ont pourtant intérêt à apporter des réponses claires, nettes et précises car, en la matière, les socialistes ont un déficit important de crédibilité.

Le seul qui, de par sa fonction et de son éloignement du Projet Socialiste, apparaissait le mieux à même d’y apporter de bonnes réponses, c’est le présumé innocent ex présumé coupable et ex futur président de la république, DSK ! …Ce qui explique notamment la popularité dont il bénéficiait.

Et que l’on arrête de vanter les supposés mérites de Jospin en 2000, qui ne doit qu’à une croissance économique mondiale inespérée, des recettes elles-mêmes inespérées (voir expansion n°681 dans lequel le ratio déficit public/PIB est comparé aux autres pays développé pour tenir compte du contexte économique mondial). Et alors que c’est justement dans ces situations positives qu’il est le plus facile d’assainir les comptes de l’Etat, il l’a lesté pour de nombreuses années en embauchant des fonctionnaires et augmentant les dépenses !

Il est évidemment toujours plus facile d’apparaitre faussement vertueux lorsque la croissance est au rendez-vous, et donc les rentrées fiscales, même lorsque que vous n’y être pour rien pas grand-chose !

En tout état de cause, cette crise de la dette intervient à un très mauvais moment pour les Socialistes, car elle oblige ses candidats soit à patauger dans l’incohérence et la démagogie en tentant de faire croire que leur projet est crédible, soit à en jeter aux orties des pans entiers !

Du coup, ils vont devoir se constituer une image responsable sans avoir l’air de courir derrière Sarkozy et sans désespérer Billancourt …pas facile !

Pour ce qui est de l’image de responsable, Hollande a clairement pris une longueur d’avance sur Aubry : « La dette est l’ennemie de la gauche et de la France. Le candidat qui annonce qu’il n’y aura pas d’effort supplémentaire après 2012 sera un président qui se parjurera » (Le Monde du 18 juillet) !

D’autant que celle-ci continue à prodiguer des promesses inconsidérées comme par exemple d’augmenter substantiellement le budget de la culture (de 30 à 50%). Pour autant, d’un point de vue purement électoral, reste à savoir qui a la bonne stratégie ?

Hollande annonce la couleur d’entrée et avec fermeté, coupant l’herbe sous le pied des critiques de la Droite mais au risque de se faire blackbouler aux primaires par tous ceux pour lesquels rigueur rime avec Droite donc avec antisocial.

Aubry en reste plus ou moins sur la ligne officielle du parti quitte, probablement, à réajuster le tir une fois désignée candidate par le « peuple de Gauche » avec le risque que Sarkozy et les électeurs lui renvoient dans la tronche ses fausses promesses ?

C’est tout le problème encore une fois de primaires trop près de l’élection présidentielle, cela rend difficile les discours contradictoires en si peu de temps d’intervalle !

La bonne nouvelle dans tout cela, c’est que le sujet sera traité (plus ou moins bien), pendant la campagne électorale et se surgira pas, après les élections, comme un mauvais diable de sa boite, avec à sa suite sa palanquée de promesses non tenues et de cruelles désillusions !