En 10 ans on peut en faire des choses, sans attendre le dernier moment !

A commencer par se définir une ligne idéologique claire et admise par tous, se constituer les bases d’un projet solide, cohérent, réaliste et admis par tous, s’entendre sur celle ou celui qui sera admis par tous comme le mieux placé pour le porter lors de la prochaine élection présidentielle !

En bref, se constituer un fond programmatique, une image et une personnalité adaptée à notre époque, qui puissent être perçus facilement et pourquoi pas positivement par les français !

Le Parti Socialiste avait 10 ans pour se débarrasser de tous ses handicaps structurels qui l’ont amené à l’humiliation de 2002 !

Tout cela évidemment tout en gardant suffisamment de souplesse intellectuelle pour pouvoir s’adapter à un contexte économique et politique en perpétuel mouvement !

Or de tout cela, il n’en n'a rien été !

Le fameux projet du PS, aurait pu constituer une première pierre à l’édifice de reconstruction mais ce fut un bide de première catégorie, la meilleure preuve étant que tous les candidats à la primaire se sont lourdement assis dessus !

Tardif, sans imagination, rempli de vieilles recettes d’il y a 30 ans, irréaliste sur beaucoup de points, faussement consensuel, ce projet a non seulement été inutile mais il n’a fait que confirmer l’image d’un parti divisé, hétérogène et qui n’a pas su s’adapter aux réalités d’aujourd’hui comme il n’avait pas su le faire, en son temps, à la réalité économique des années 1980 !

Pendant presque 10 ans, le PS s’est donc contenté de ré-enfiler ses habits de parti d’opposition, et le voilà maintenant qui, par l’intermédiaire de sa primaire, s’agite dans tous les sens pour tenter de rattraper le temps perdu !

Quelques uns de ceux qui ont largement contribué à maintenir le parti dans une douce léthargie pendant des années et en premier lieu son ancien secrétaire général, sortent soudainement de leur confortable mais triste boite ouatée pour surgir tels des diables, pour proclamer à la face de la France entière qu’ils ont plein d’excellentes idées originales pour redresser les comptes d’une France nécessairement juste et solidaire et dont tous les habitants retrouveraient boulot, pouvoir d’achat et retraite à 60 ans (au plus tard) !

Je sais que l’élection présidentielle est la rencontre d’une femme ou d’un homme avec le pays et non pas celle d’un parti avec le pays, et qu’elle transcende les candidats, mais là, ce n’est plus de la transcendance mais une transformation radicale qui tient du miracle !

Entre le François Hollande secrétaire général et le François Hollande candidat, ou entre le Parti Socialiste pris globalement et ses candidats pris unitairement, c’est la même différence qu’entre l’eau et le vin ou entre la citrouille et le carrosse !
Mais là le miracle est tel, qu’à côté Jésus ou la fée marraine apparaissent comme des magiciens de seconde zone !

Mais, c’est marrant, comme pour le vin ou pour le carrosse, j’ai du mal à y croire !