Je vous le disais, elle nous ressort les vieilles recettes des années 80, comme si l’interdiction de licencier pouvait régler la question du chômage, au contraire, elle apparait plutôt contreproductive !!!!
Pour ceux qui sont intéressés, un avis circonstancié de Pierre Cahuc et Stéphane Carcillo sur le sujet.

Lors de ce même périple haut-normand, elle a également sorti précisément ceci : « … je m'insurge contre l'Union européenne qui supprime 75 à 80% de ses aides qui s'élevaient seulement à 500 millions d'euros. L'Europe, ce n'est pas cela, c'est la solidarité » !

Sur ce sujet, je ne vais pas vous écrire un roman, je vous renvoie simplement à ce récent billet qui explique tout et à mes conclusions personnelles. En tout état de cause, en s’insurgeant contre l’Europe qui patati et patata, Martine Aubry utilise un sujet beaucoup moins simple qu’elle ne le laisse croire, pour provoquer une indignation facile contre l’Europe, cible idéale des politiques français en mal d’électorat…et ça, ça m’énerve !

Enfin, dernier point, à mon sens le plus important.

Martine Aubry nous prétend qu’elle va pouvoir financer toutes ses promesses et simultanément faire baisser drastiquement le déficit budgétaire, en supprimant 50 milliards de « niche fiscales » qui auraient été considérées dans un rapport de l'Inspection des finances, comme inefficaces.

J’ai déjà, à plusieurs occasions, exprimé des (gros) doutes sur les ressources nouvelles que l’on pourrait obtenir de cette manière et j’en ai conclu assez facilement que, soit Martine serait obligé de faire une croix piteuse sur un certain nombre de ses promesses de campagne, soit qu’elle allait faire magistralement exploser les déficits de la France.
Or, je viens de lire un excellent article sur Slate.fr qui confirme ma pensée et décortique ce que recouvrent ces 50 milliards, je vous laisse le lire, c’est intitulé « Martine Aubry et le mirage des 50 milliards de niches », c’est édifiant.

Je citerais simplement les 5 premières « niches » jugées inefficaces par les auteurs du rapport dont s’inspire Martine :

  1. Prime pour l'emploi. Coût: 2,980 milliards
  2. Exonération de taxe d'habitation pour les personnes modestes et les handicapés. Coût: 1,376 milliards
  3. Demi-part supplémentaire pour les parents vivant seuls avec des enfants à charge. Coût: 1,440 milliards
  4. Exonération d'impôt sur le revenu des aides pour l'emploi d'une assistance maternelle. Coût: 1,6 milliards
  5. Abattement de 10% d'impôt sur le revenu sur le montant des pensions et des retraites. Coût: 2,7 milliards

Et il y en a encore plusieurs autres du même tonneau !

Elle aurait du lire le rapport, Martine, avant de s’engager à supprimer la prime pour l’emploi ou l’exonération de la taxe d'habitation pour les personnes modestes et les handicapés !

Sans compter que parmi ces 50 milliards, beaucoup de « niches » apparaissent fortement surévaluées.

Bon, tout cela pour dire que, décidément, si je devais voter à la primaire socialiste, ce que je ne ferais pas, elle n’aurait pas ma voix. Pire encore, j’en viens à me demander pour qui je voterais si elle était face à Sarkozy au second tour de la présidentielle, c’est pour dire.