J’ai beaucoup aimé sa manière de remettre Aubry et d’ailleurs l’ensemble des socialistes, le nez dans leurs incohérences. Sur l’histoire Guerini, alors que Martine Aubry se défendait tant bien que mal (plutôt mal), justifiant son attitude pour le moins timorée par le fait que la Justice ne s’était pas prononcée sur Guerini, Montebourg lui a magistralement renvoyé dans les dents le cas Woerth dont tout le PS demandait à cor et à cri la démission alors que, là non plus, la Justice ne s’était pas prononcée ou encore Alliot-Marie qui était imprudemment partie en vacances en Tunisie, ce qui est évidemment contestable, mais certainement pas illégal, et qui elle aussi se devait de démissionner sur le champ.

Même si, il joue et sur-joue son rôle de chevalier blanc de la politique, Montebourg est le premier au PS, qui à ma connaissance à le mérite d’affirmer tout haut qu’il y a en matière de moralité dans la politique 2 poids, 2 mesures, selon que l’on est dans un camp ou dans un autre, en l’occurrence à Droite ou à Gauche.

Ne serait-ce que pour cela, + 1 Monsieur Montebourg !

Par contre, là ou je ne dirais certainement pas « bravo Monsieur Montebourg », c’est lorsqu’il a qualifié la proposition de TVA sociale de Valls de « solution de Droite » allant jusqu’à affirmer qu’une telle proposition n’avait rien à faire dans une primaire de Gauche, sous-entendu, mon cher Manuel tu t’es trompé de camp !

Solution de Droite !...l’argument qui tue !

Je rappelle qu’en 2006, DSK avait déjà essayé de promouvoir l’idée et que, d’une manière générale, les avis des économistes de tous bords ne sont pas aussi tranchés. En tout cas, la question mérite autre chose qu’un bien démagogique « La TVA sociale c'est une punition contre notre population ». Cette manière de considérer que par une formule simpliste et lapidaire il a fait le tour du sujet, sujet qui doit évidemment être évacué manu militari du débat, ne préjuge pas grand-chose de bon de l’ouverture d’esprit du sieur Montebourg et de sa capacité à trouver des solutions innovantes pour sortir notre pays de sa triste situation.

De ce point de vue, j’ai apprécié la réponse de Valls: « Nous cherchons des solutions, elles ne sont pas faciles vu l'état de la crise. Arnaud, pas de coup, parce que personne ici n'a le monopole de la gauche ».

Pour cette attitude sectaire, -10 Monsieur Montebourg !

Bon alors, faisons les comptes via une petite addition tout à fait à ma portée : +1+(-10) nous font -9