Or, à partir du moment où je ne considère pas, mais alors pas du tout équivalent que le Président de la République soit François Hollande, Martine Aubry, Ségolène Royal, Arnaud Montebourg, Manuel Valls ou ….euh comment il s’appelle déjà….bon, le Radical de gôche, et qu’une élection présidentielle est une chose trop sérieuse pour être laissée entre les seules mains des sympathisants socialistes, aussi sympathiques soient-ils, eh bien je me dis que j’aurais tout intérêt participer à la sélection. Certes, même si cette primaire ne mobilise pas autant qu’espéré par le PS, ma voix comptera peu, mais si tous ceux qui ne veulent pas, au second tour, risquer d’avoir à choisir entre la peste et le choléra, donnent également leur avis, ce sera peut être pas le choléra mais juste une bonne grippe, c’est toujours ça de gagné !

J’en suis donc là, pas loin de sauter le pas !

Cela dit, faut-il encore que je choisisse la bonne grippe.

Alors, pour ceux qui seraient comme moi, avant d’aller voter, un rapide tour d’horizon des postulants à la candidature.

Dans l’ordre annoncé par les incertains sondages :

François Hollande

J’avoue avoir du mal à me représenter l’homme normal, en habits de président !

Pourtant, j’avais relativement bien apprécié ses discours de cet été, avec quelques idées qu’on n’avait pas l’habitude d’entendre dans la bouche d’un socialiste (ce qui est plutôt un bon point). Malheureusement, depuis, il y a eu quelques ratés (70 000 prof en +) et surtout, sous prétexte de s’élever au dessus de la mêlée, c’est le vide quasi sidéral ….c’est un discours convenu, par-dessus le marché exprimé sur un rythme presque laborieux et avec une mine de croque-mort qui lui va comme une chaussette à un homme-tronc !

Un exemple, sur la question des retraites lors du dernier débat, je n’ai rien compris à sa position !...certes il a largement disserté sur l’inique réforme Fillon, participant avec entrain à la bastonnade collective, mais sur le fond, rien de bien clair !

Martine Aubry

Je l’ai déjà écrit, et ça se confirme de prestations en prestations, de discours en discours, nous avons là un bon vieux ragoton de l’ère Mitterrand. Le PS poussiéreux, dépensier et bourré d’incohérences. Pour autant, je lui crois une belle force de caractère, du courage, de la ténacité et une moralité irréprochable, qualités indispensables à un Président de la République. Mais clairement, pour moi, ça ne suffit pas.

Ségolène Royal

C’est bien simple, plus personne ne l’écoute, elle parle dans le vide !

Pourtant, elle ne dit pas plus de conneries qu’avant, ni moins d’ailleurs.

Ca me fait presque de la peine de la voir passer ainsi de la lumière à l’ombre, elle qui n’a jamais douté de son destin, elle en est réduite à essayer de s’auto-persuader que les sondages se plantent complètement, comme pour tenter d’y croire encore un peu. Si en plus, elle arrive derrière Montebourg, je crains qu’elle ne tombe en dépression.

Jean-Michel Baylet

Lui, tout le monde sait qu’il n’est là que pour rappeler à tous ceux qui l’aurait oublié (et ça fait du monde), que les Radicaux de Gauche sont encore vivants (ou presque). Malgré ses prestations plutôt sympathiques, et ses avis plutôt censés, il ne participe pas à la même campagne que les autres, et n’est là que pour que les RG ne soient pas oubliés lors des distributions de récompenses post-présidentielles.

Montebourg

Montebourg s’est mélenchonisé mais sans pour autant adopter la brutalité et l’air de bouledogue du dit Mélenchon.

Il en a pris le fond de commerce mais avec un air de gendre idéal et une verve d’avocat probablement plus subtile que celle du gouailleur Mélenchon.

Malgré tout, il fait preuve du même sectarisme lorsqu’il s’agit de vilipender un opposant. Pour exemple, voilà ce qu’il dit à propos de Valls, et qui confirme son agression lors du deuxième débat :

« Je lui dis souvent qu'il est le candidat de la City et des financiers de Londres, pour ma part je suis plutôt le candidat des indignados » !!!!

On retrouve cette même dialectique digne de Mélenchon et des plus belles heures du parti communiste, les méchants et leurs hommes liges face à Montebourg représentant de toute la misère du monde !...inadmissible !

L’homme est habile, beau parleur, probablement bon buveur de bière et agréable à cotoyer, mais son positionnement à gauche toute, voire très toute, n’est guère convaincant et derrière les beaux concepts de démondialisation et capitalisme coopératif, je ne vois que vieilles recettes simplistes et inefficaces.

Valls

Il me plait bien ce Valls. Il s’exprime clairement, et malgré un contexte qui ne lui est pas favorable, il assume ses convictions. C’est ça le courage politique.

Sur le fond, et même si ce qu’il dit manque quand même un peu de consistance, il me parait le plus apte à allier humanisme social et réalisme économique.

En conclusion, j’appelle ceux qui auraient le courage de faire la démarche, à voter pour qui ils veulent, bien entendu, mais de préférence pour Valls ou Hollande, juste histoire d'éviter de retrouver un des 3 autres au second tour de la présidentielle.
Bien évidemment, cela ne vous empêchera pas de voter Bayrou pour un autre candidat au premier tour de cette présidentielle, évidemment !

Dernière minute: Je vois, après avoir écris ce billet, que je suis dans la liste (au milieu d'un bon millier d'autres) des blogueurs invités par Stef à présenter son choix pour la primaire socialiste, eh bien voilà qui est fait !