Le problème de SeaFrance c’est qu’il est trop tard. Ce n’est pas au moment ou la société est en liquidation financière, alors qu’elle a perdu 100 millions d'euros de chiffre d'affaires en 4 ans, qu’elle est endettée à hauteur de 185 millions d'euros, qu’elle a perdu 36 millions d'euros en 2009 et 240 en 2010 qu’il faut se réveiller pour empêcher 1 000 personnes de se retrouver au chômage.

Ce n’est pas en la renflouant, qu’elle qu’en soit la manière, qu’on va faire redevenir rentable une société qui en l’état n’est pas viable : baisse du trafic du fret, pas compétitive par rapport à ses concurrents P&O et DFDS voire même par rapport au tunnel sous la manche, effectifs pléthoriques, syndicat tout puissant…sans compter que l’activité est arrêtée depuis Novembre !

Aux dernières nouvelles, et sur la pression du gouvernement, c’est la SNCF qui propose de récupérer les salariés de la compagnie, autant dire que c’est l’Etat qui va les payer, mais évidemment, l’effet politique n’est pas le même que si l’Etat payait 1 000 nouveaux chômeurs !

Encore une fois, faute d’avoir traité à temps le problème de fond, le gouvernement joue au sauveur grâce aux deniers publics.

Quand à l’opposition, comme d’habitude, elle y va de ses y’a qu’à faciles, profitant de la situation pour polémiquer avec le Gouvernement. Après avoir vivement critiqué le gouvernement pour n’avoir pas donné son aval au projet de coopérative, le PS l’a ensuite vivement critiqué pour avoir fait volte-face sur cet « ambitieux projet de coopérative » !

Vous imaginez, lorsqu’ils ont entendu parler de coopérative, le sang des socialistes n’a fait qu’un tour, l’enthousiasme les a emporté dans un élan d’allégresse indescriptible !

Ah la coopérative !...quel beau concept que la coopérative, des employés maitres de leur destin, sans patron surpayé pour prendre de mauvaises décisions, sans actionnaires cupides pour les spolier du fruit de leur travail, ah la coopérative !

Bon, la coopérative est une tellement bonne idée qu’elles ont quasiment disparu en France mais c’est pas grave.

En fait d’ambitieux projet, ce fut une piteuse reculade puisque les syndicats, à mon avis fort opportunément, ont fini par le refuser. Trop content de pouvoir se faire mousser au détriment de Sarkozy, le PS sans trop réfléchir est parti à fond sur une fausse bonne idée qui n’a abouti sur rien de concret. En bref, ce ne fut qu’un coup de pub sur le dos des salariés de SeaFrance.

A peine l’affaire SeaFrance (mal) traitée, voilà que l’on passe à Petroplus.

La situation est différente mais à peine.

Là également, nous avons à faire à une société qui perd de l’argent et à laquelle plus aucune banque ne veut prêter les milliards dont elle a besoin pour approvisionner en brut ses raffineries.

Là encore nous avons droit au défilé des candidats petits et grands, ils y sont tous allés…sauf Bayrou à ce jour.

Là encore nous avons droit au ridicule défilé des impétrants qui vont tous avoir été présenté leurs sincères condoléances aux futurs chômeurs en leur expliquant que s’ils avaient été au pouvoir ça ne se serait jamais passé comme ça !

De Hollande à Dupont-Aignan en passant évidemment par les habitués des bonnes causes comme Mélenchon, Poutou et Arthaud, tous vont aller, la mine grave, la larme à l’œil et la colère plein les yeux, exprimer leur compassion et leurs belles idées aux salariés de Petroplus.

Un point commun à tous ces gens, l’accusation de Sarkozy, ce maudit animal, ce pelé, ce galeux, d'où venait tout leur mal !

« Où est l'Etat, où est le gouvernement, où est le président de la République » demande Hollande !

Ou est l'Etat ? ...une entreprise privée est en difficulté, Suisse de surcroit, et la première question de Hollande c'est "ou est l'Etat" !...très révélateur !

Eh bien justement, l’Etat, le gouvernement, Sarkozy ne sont pas en reste, les voilà qui interviennent auprès de la Médiation du crédit afin d'aider le raffineur à obtenir son financement auprès des banques !

Bien évidemment, ça ne suffira pas, pourquoi les banques qui ont toutes refusé de reconduire leurs lignes de crédit changeraient elles d’avis !

Si elles l’ont fait c’est qu’elles ont considéré que le risque de défaillance était trop important !

Que va faire le gouvernement si la situation n’évolue pas ?...nationaliser Petroplus, imposer aux banques de prêter, forcer TOTAL à acheter Petroplus ?

Que ferait François Hollande, le gentil donneur de leçons dans cette situation ?...nationaliser Petroplus, imposer aux banques de prêter, forcer TOTAL à acheter Petroplus ?

On sait pertinemment que le raffinage est en surcapacité en Europe, TOTAL perd de l’argent sur ses raffineries françaises c’est d’ailleurs ce qui lui permet de ne pas payer d’impôts en France. Je ne connais pas la situation financière de Petroplus qui ne fait que du raffinage et de plus est, uniquement en Europe, mais je la subodore pas fameuse.

Ces 2 affaires sont effarantes, pendant des décennies droite comme gauche ont laissé la France se désindustrialiser, ont laisser le taux de chômage a des niveaux bien plus élevés que dans le reste de l’Europe préférant protéger les salariés en place que ceux qui frappent à la porte de l’entreprise.

Tous se sont donné bonne conscience à coup d’emplois aidés furtifs financés par l’Etat ou d’aides financières à fonds perdus. Et les voilà maintenant qui vont faire leur numéro de rebouteux devant des salariés en détresse, à coup d’incantations et de recommandations à la con !

Ces défilés électoraux, c’est vraiment le bal, que dis-je le carnaval des indécents !