A l’arrivée, on risque de se retrouver avec un gros tiers des électeurs qui aura voté pour des programmes « radicaux » complètements aberrants, les uns au nom d’une idéologie collectiviste dépassée et les autres sur la base de considérations nationalistes tout aussi dépassées.

Précisons d'ailleurs que Mélenchon ne combat pas Le Pen sur le terrain du programme économique, il serait bien en peine de le faire puisque fondamentalement, dans ce domaine, on retrouve beaucoup plus de points communs entre les 2, qu’avec le programme économique d’Hollande.

Voter Mélenchon pour qu’il arrive devant Le Pen soit disant pour repousser « le danger qui accablerait un gouvernement progressiste si, après la chute de Sarkozy, la droite pouvait se recomposer autour du FN », n’a aucun sens !

A qui Mélenchon veut-il faire croire que voter Front de Gauche aiderait un gouvernement « progressiste » à se protéger d’une droite qu’il imagine sous l’influence du FN ?

A qui veut-il faire croire que son combat principal c’est la lutte contre le Front national ?

Les voix qu’il réclame ne sont pas pour que symboliquement il puisse passer devant Marine Le Pen mais uniquement pour pouvoir peser encore plus au sein de la gauche d’après les élections. C’est ce qu’on appelle une fausse barbe.

S'il s'attaque à leur clientèle commune, et que Mélenchon arrive à siphonner les voix de Marine Le Pen, pourquoi pas, entre 2 aberrations je préfère autant celle qui s’appuie sur de bonnes intentions. Et de toute façon, dans un cas comme dans l’autre les électeurs auront été trompés. Mais pour les autres, on ne vote pas pour une idéologie radicale sous prétexte de combattre une autre idéologie radicale !

Au contraire, le meilleur moyen pour faire avancer la France et donc de lutter contre ce qui fait le terreau du Front national, c’est d’élire et de soutenir un gouvernement qui redressera les comptes, qui créera de la richesse et donc des emplois. Et ce n’est évidemment pas avec le Front de Gauche au pouvoir ou du moins avec un Front de Gauche influent que l’on y arrivera.

On ne contrecarre pas l’extrême droite à coup de slogans communistes !

On ne lutte pas contre une idéologie d’exclusion par une autre idéologie d’exclusions !

Ca c’est sur qu’un bon moyen de ne pas mourir de la peste c’est de mourir du choléra !