On est loin d’un acte de repentance consistant à revenir sur un évènement généralement tragique de son histoire et à aller à travers ses plus hauts représentants, s’agenouiller en chemise de nuit blanche et avec une corde au cou devant les victimes ou plus généralement devant leurs descendants.

Ce type de repentance aurait effectivement été mal venu de la part d’un président de la république.

L’histoire de France et celle d’ailleurs, d’ailleurs, est malheureusement truffée d’événements tragiques au cours desquels le pouvoir dominant de l’époque à d’une manière ou d’une autre commis au nom de la nation ou du pays, des actes parfaitement inadmissibles, du moins de notre point de vue.

Toutes les minorités d’aujourd’hui et celles d’hier (et ça fait du monde) ont quelque chose à reprocher au pouvoir central. La république ne peut pas s’incliner devant toutes celles qui a un moment ou un autre de leur histoire ont été maltraitées et qui demanderaient un pardon public voire des réparations. Ce serait affaiblir la conscience nationale.

Et puis, on ne peut demander à personne de se considérer comme responsables des agissements de ses ancêtres. Demander aux lointains descendants des fautifs d’engager la république dans un mea culpa collectif n’a pas de sens.

Mais reconnaitre que la république a fauté ce n’est pas nécessairement faire acte de repentance.

Lorsqu’il est prouvé que des événements ont eu lieu, ce qui est le cas pour ceux dont nous parlons, ils ne doivent être ni niés, ni minimisés. Il en va de l’honneur de la République que de reconnaitre ses fautes. Surtout lorsqu’elles sont récentes à l’échelle de son histoire.

Il ne s’agit pas d’accabler les responsables de l’époque, il est trop facile de le faire 50 ans après, dans un contexte et des circonstances complètements différents. Et ce n’est pas ce qu’à fait François Hollande.

Dans le cas du 17 octobre 1961, la police républicaine, et à travers elle la République, a commis des crimes. Ces crimes la république française les a niés ou presque pendant des décennies. A l’ignominie d’un massacre, elle a ajouté celle de la négation.

Christian Jacob, en considérant qu’il est « intolérable de mettre en cause la police républicaine et avec elle la République toute entière » justifie cette négation ce qui est particulièrement inadmissible de la part d’un élu de cette même république.

En croyant la servir, Jacob fait de la République un monstre froid et immoral. Qui aurait envie d’honorer et de respecter un monstre froid et immoral ?

Pour être respectée, la police républicaine, comme tous les corps représentants de l’autorité de l’Etat, se doit d’être irréprochable. Et lorsqu’elle ne l’est pas, comme ça arrive immanquablement, il est important qu’elle le reconnaisse. Ceci est valable pour un tabassage dans un commissariat et à plus forte raison pour la répression sanglante d’une manifestation pacifique. Et ce, quelles que soient ce que l’on peut penser des motivations politiques des manifestants.

Si elle veut inspirer confiance et continuer à servir de modèle, la République ne doit pas se prétendre infaillible mais savoir reconnaitre ses fautes.