D’ailleurs le reste du monde et accessoirement les jeunes de banlieues qui niquent allégrement leurs races respectives continuent à utiliser ce vocable sans que cela leur pose un quelconque problème éthique. Les américains, pourtant pays de l’immigration s’il en est, n’ont pas ce genre de fausse pudeur. Dans leurs recensements, les questions sont clairement posées : « Quelle est la race du chef du foyer : blanc, noir ou afroaméricain, amérindien ? ».

Cela ne changera d’autant moins que les définitions de races et de racisme ont considérablement divergées.

La vraie question est dans la définition du mot racisme.

Initialement le racisme était étroitement associé à la supposée notion de race puisqu’ il consistait à considérer que certaines races sont supérieures à d’autres sachant que le critère le plus usité pour associer un individu à une race était sa couleur de peau sommairement résumée en noir, blanc, jaune voire rouge.

Au fil du temps, la notion de racisme a évolué pour recouvrir d’abord l’origine ethnique, notion qui contrairement à la race n’est pas scientifiquement contestée, puis pour s’élargir au point de recouvrir quasiment toutes les caractéristiques discriminantes entre les individus appartenant à des zones géographiques différentes : la culture, la religion, la langue, le mode vestimentaires etc

En conséquence, d’une notion biologique fortement contestable et à juste titre contestée par les scientifiques dignes de ce nom, on est passé à une notion beaucoup plus large, beaucoup plus floue et beaucoup plus subjective.

Cet élargissement de la définition prête aux amalgames. Elle permet ainsi de qualifier de propos raciste toute appréciation négative sur une des caractéristiques différenciant d’une population.

Or, dans le pire des cas, ce qu’on qualifie d’actes de racisme sont des manifestations du refus de l’autre, du différent, dont l’étranger installé en France est l’archétype parfait. On doit appeler cela de la xénophobie et non pas du racisme, les mots ont un sens et en l’occurrence ces deux mots n’ont pas le même sens.

Bien évidemment, ce n’est pas parce qu’elle n’est pas de même nature que le racisme, qu’il faut positiver la xénophobie. Comme tous les processus de rejet de l’autre, elle doit être combattue.

Mais, amalgamer les deux notions c’est tomber dans la facilité et c’est galvauder le terme de « racisme ».

On ne combat pas le racisme comme on combat la xénophobie. Le premier est basé sur un concept erroné et une prétention inadmissible de supériorité de certains hommes par rapport à d’autres. C’est une attitude qui ne se discute pas mais qui se condamne avec la plus grande fermeté.

La seconde est plus floue et s’appuie souvent sur des raisons qu’on ne peut ignorer si on veut la combattre efficacement.

Autant il est tout à fait inacceptable et inepte de considérer qu’un blanc est supérieur à un noir ou qu’un jaune est supérieur à un blanc, autant chacun a tout à fait le droit de considérer qu’une religion est « meilleure » qu’une autre, que certains traits culturels d’une population sont contestables au regard de ses propres valeurs ou même que certains comportements propres à une population donnée sont inadmissibles. De même, on est en droit de considérer que du fait d’une intégration ratée, la progéniture de populations immigrées surtout si elle est concentrée, comprend un taux de délinquants supérieur à la moyenne.

Plus généralement, on est en droit de croire qu’une immigration mal maitrisée est un réel problème pour la collectivité française. Ce n’est pas forcément tout à fait vrai mais c’est une croyance que la liberté d’expression autorise à exprimer.

Or, tout jugement, toute critique de cet ordre est susceptible de passer pour un propos raciste avec la chape de plomb morale et juridique que cela suppose.

Le terme de raciste s’est largement écarté de son sens originel alors que la connotation extrêmement négative qui l’accompagne est restée la même.

Du coup, pas de question, pas d’explication, pas de débat et en conséquence pas de solutions … mais par contre une Marine Le Pen au zenith !