Première résolution pour 2013 - Ne plus avoir l’air d’un bisounours mal fagoté : Le conseil a été partiellement suivi. Il a manifestement fait des efforts mais comme il a grossi ça ne suffit pas pour lui donner un minimum d’élégance. On va dire quand même que ce n’était pas une résolution majeure.

Deuxième bonne résolution pour 2013 - virer les emmerdeurs : là, clairement, il n’a pas suivi notre conseil. Et des emmerdeurs dans son propre camp ce n’est pourtant pas ça qui manque. La seule à avoir fait les frais d’un bref et exceptionnel accès d’autorité du Président fut Delphine Batho. Ca devait être un jour ou Valérie a été particulièrement bassinante, pas de chance pour elle. Sinon, rien. Il s’est fait méchamment critiquer par tous les Verts sauf par ceux qui sont au gouvernement, ce qui lui sert de prétexte pour ne pas les virer. Le problème c’est que cela rend encore plus illisible la parole de l’exécutif. Comment voulez vous convaincre du bien fondé d’une politique contesté ouvertement et vertement par une partie de propre majorité !

Troisième bonne résolution pour 2013 - se montrer et s’exprimer mais pas n’ importe où et pas n’importe comment

C’est un conseil qu’il a suivi. Fini les plateaux de JT ou les matinales de radio. Ces interventions sont plus solennelles et c’est mieux.

Malgré tout, c’est très loin de suffire pour que l’on ait envie de l’écouter. Disons le tout crûment, il est barbant, ce n’est pas un meneur d’homme qu’on a envie de suivre. Pire encore, non seulement la forme est pénible avec son phrasé trop haché tout droit sorti d’une école de diction pour accompagnateurs de sourds-muets, mais le fond n’a pas d’intérêt. On attendait de François Hollande un discours fondateur fort de sa politique avec une vraie stratégie et des vraies perspectives. Au lieu de ça, on a eu une boite à outil et une promesse d’inversion de courbe du chômage qui réussit l’exploit d’être à la fois une aberration mathématique et une énorme erreur politique. Il va être maintenant difficile pour lui de remonter son audience. Respecter la résolution numéro 3 n’a pas suffit.

Quatrième bonne résolution pour 2013 - faire avancer l’Europe

Sur celle-ci, on peut être tout à fait catégorique, François Hollande l’a complètement évacuée, sous le tapis la quatrième bonne résolution.

A quelques mois des élections européennes, l’Europe n’a jamais eu aussi mauvaise presse dans la population. Rien n’a bougé depuis qu’il est arrivé au pouvoir à l’exception peut-être de l’accord sur la supervision bancaire dont on ne peut guère lui donner crédit. La relation franco-allemande qui est la clé de toute avancée parait distante comme jamais et François Hollande n’a pris aucune véritable initiative pour faire évoluer l’Europe. Pire encore, il ne dit rien sur l’Europe dans ses discours aux français comme si le sujet importait peu.

Enfin, la Cinquième bonne résolution 2013 était - ne plus se cacher derrière le bilan de Sarkozy

Ca a été difficile, mais il faut avouer qu’on ne l’entend plus trop évoquer le bilan de Sarkozy pour justifier son incapacité à redresser la France. D’autres s’en chargent mais lui s’en abstient et s’est tant mieux.

Bon, ce petit bilan est pour le moins mitigé non seulement parce que François Hollande n’a pas respecté nos préconisations, à croire qu’il n’avait pas lu le billet, mais également parce qu’elles paraissent, après coup très insuffisantes. Humeurs de vaches a péché par optimisme, ce ne sont pas 5 bonne résolutions qu’il aurait fallut suggérer à notre président mais cinquante.

Mais comme cinquante, ça risque de faire un peu long, restons sur ce chiffre de 5 pour l’année 2014.

Tout d’abord, il va falloir reprendre celles qui n’ont pas été considérées à leur juste valeur en 2013, et notamment la résolution 4.

Donc première bonne résolution : Faire avancer l’Europe.

Ca devient urgent, ça l’était déjà en 2013, il est presque trop tard en 2014 pour que cette année soit pour François Hollande « celle de l’explication, de la persuasion et de la pédagogie, afin de convaincre les Français que l’Europe est l’avenir de la France ».

Deuxième bonne résolution : Ne pas s’engager dans d’illusoires promesses sans être certain de pouvoir les tenir sous peine de se les prendre brutalement sur la figure une fois l’échéance atteinte.

Tout le monde aura compris à quoi il est fait allusion, pas la peine d’insister sauf pour rappeler qu’il n’y a rien de pire pour une démocratie que des promesses déçues. En voulant absolument montrer sa volonté sans faille de combattre le chômage, il s’est fixé lui-même un objectif intenable et donc non tenu. Sa crédibilité déjà flageolante va encore en prendre un grand coup dans l’aile. Alors qu’il arrête de prendre un tel risque.

Troisième bonne résolution : Prendre le taureau par les cornes en arrêtant de prendre des demi-mesures. Demi-mesures dans la diminution des dépenses, demi-mesures dans la décentralisation, demi-mesures dans le non cumul des mandats, demi-mesures dans la diminution des charges des entreprises et même demi-mesures dans l’intervention en Centrafrique. L’heure n’est plus aux demi-mesures consensuelles, et puisqu’il s’y réfère volontiers, qu’il ose suivre la trace de Schröder et tant pis pour une aléatoire ré-élection.

Quatrième résolution : Ne pas intervenir sur des sujets qui ne sont pas du ressort du Président de la République comme les histoires Léonarda ou Dieudonné. Sur ces sujets là, il se disperse et prend des risques inutiles.

Cinquième résolution : Engager, enfin, la réforme des territoires qui s’impose avec réduction du nombre de communes et suppression des départements. Cette résolution est probablement la plus difficile à prendre compte tenu à la fois des résistances dans son propre camp et notamment du Sénat, et de la difficulté technique à opérer le transfert des compétences et des budgets. Mais s’il réussit à la mener à bien ou du moins à la rendre irréversible à l’issu de son quinquennat, elle restera comme la mesure phare de son mandat et prouvera qu’il a des couilles l'étoffe d'un véritable homme d'Etat.

Attention, ce n’est pas parce que François Hollande aura respecté à la lettre ces préconisations que l’annus 2014 sera nécessairement mirabilis. Humeurs de Vaches conscient de ses limites reconnait modestement que pour les miracles, François Hollande devra s’adresser à quelqu’un d’autre.

Sur ce, je vous souhaite à tous une excellente année 2014, qu'elle soit pleine d'actualités passionnantes à commenter dans la joie et la bonne humeur tant qu'à faire.