Cela lui sera d’autant plus difficile, qu’il leur donne régulièrement des raisons ou des prétextes pour entretenir ce sentiment. Pas une semaine ne se passe sans que l’on puisse lui ajouter quelque chose dans sa musette déjà bien remplie. Pas nécessairement sur des sujets très importants, mais des sujets qui viennent entretenir régulièrement un état d’esprit général qui lui est défavorable. Le retrait de la loi sur la famille en est la plus récente illustration.

Plus grave encore, il a pris le risque énorme, alors que rien ne l’y obligeait, de se déconsidérer lui même en annonçant un renversement de courbe du chômage que le monde entier jugeait pourtant fort improbable.

François Hollande compte maintenant sur le pacte de responsabilité pour redresser la barre à la fois du bateau France et en corollaire du pédalo Hollande.

Il semble, en attendant d’hypothétiques résultats, que l’effet d’annonce n’ait pourtant pas joué en sa faveur si on en croit ce récent sondage. Rien de surprenant malgré les premières réactions plutôt favorables. Les électeurs traditionnels de droite sont irrémédiablement perdus pour lui, les centristes ou les plus indulgents attendent de voir si les actes seront à la hauteur des propos, et à Gauche, une partie des sympathisants qui lui restaient n’a pas apprécié ce qu’elle considère comme un tournant libéral.
Résultat, il ne lui reste plus que 19% des français qui lui font confiance, autant dire une misère.

En dehors de la glorieuse perspective de se retrouver en bonne place dans le livre Guinness des records pour une impopularité inégalée dans toute l’histoire de France et d’ailleurs, il est à craindre que François Hollande ait peu de raisons de se montrer optimiste. Sa baisse de popularité le coince au milieu d’un double effet kiss-cool. Tout d’abord, un phénomène d’auto-entretien. D’une certaine manière plus il y a de personnes qui pensent la même chose de lui, plus elles se confortent mutuellement dans leur conviction. Et arrivé à ce niveau de popularité, il devient difficile de soutenir François Hollande contre l’avis de presque tous. D’autant que les presque tous ne manquent pas d’arguments.

Le second effet kiss-cool, qui laisse peu d’espoir à François Hollande, c’est ce qu’on pourrait appeler l’effet clapet. Les nouveaux déçus, ceux qui avaient réussi à tenir jusque là, ne sont pas près de revenir sur leurs pas. Ils ont basculé de l’autre coté et on a du mal à imaginer ce qui les amènerait à faire le chemin inverse. Les sujets sociétaux qui pourraient faire diversion ont déjà fait beaucoup de dégâts et sur le terrain économique après la mini bombe du pacte de responsabilité, difficile de faire beaucoup mieux.

Seuls des résultats remarquables sur le terrain économique et notamment du chômage, pourraient les faire changer d’avis.

Or, ne nous leurrons pas, ces résultats, s’ils arrivent, arriveront trop tard pour sauver François Hollande de la débâcle. François Hollande est rentré dans une spirale infernale dont on ne voit pas bien comment il pourrait s’en sortir, son cas parait malheureusement définitivement irrécupérable.