Le Gouvernement tout d’abord, dont la Cour dénonce les demi-vérités sur le niveau d’efforts fait depuis 2012. Celle-ci nous explique en effet que depuis le début du quinquennat, la réduction du déficit public est « sensiblement inférieure à celle affichée dans le Programme de stabilité » et qu’elle a résulté pour près de la moitié de la diminution de la charge d’intérêts.

La Cour relève également que la réduction du déficit public par rapport à 2014 provient pour les deux tiers des administrations publiques locale grâce essentiellement à une baisse des investissements. Elle précise que beaucoup des éléments justifiant la baisse des dépenses ne sont pas reconductibles.

Plus grave, la Cour des comptes ne croit pas aux prévisions de dépenses annoncées par ce même gouvernement pour 2016 et 2017 et évoque « un risque significatif de non-respect des objectifs de déficit dès 2017 », manière soft de dire que ces objectifs ne seront jamais atteints.

Ont tort également tous ceux qui dénoncent véhémentement le diktat de Bruxelles et des sacro-saint 3%. Ceux-ci seront certainement heureux d’apprendre que l’effort structurel en dépenses réalisé par la France en 2015 est inférieur de 6 milliards environ à l’effort minimal d’ajustement de 0,5 point de PIB qui est demandé par les règles européennes à un pays qui, comme la France, n’a pas atteint son objectif d’équilibre structurel. Et plus globalement qu’entre 2010 et 2015, la dépense publique en volume a continué d’augmenter davantage en France que dans la plupart des autres pays de l’Union européenne.

En clair, ils seront ravis de savoir que, comme d’habitude, la France ne tiendra pas ses promesses de réduction des déficits publics.

En début de quinquennat, et après de nombreux reports, l’objectif de passer sous les 3% devait être atteint en 2013 !

Il a été de 3,6% en 2015 malgré une conjoncture favorable faite de taux d’intérêts extrêmement bas et d’une croissance plus soutenue qu’anticipé.

En 2016, les estimations du Gouvernement mettent ce déficit à 3,3%, chiffre dont la Cour des comptes parle en ces termes : « Les annonces successives de nouvelles dépenses publiques, qui ne sont ni financées ni gagées par des économies pérennes, font peser un risque sur les finances publiques en 2016 mais plus encore sur les années suivantes » !

Et tout cela avant l’annonce de Hollande d’une possible baisse des impôts des ménages pour un cout estimé à 2 milliards d’euros.

Autant dire que ces 3,3% sont pour le moins improbables. Et un an avant l’élection présidentielle, il faut plutôt s’attendre à une exubérante prodigalité qu’à une sage frugalité de la part de nos gouvernants.
Encore quelque chose que Hollande aura raté faute de véritable courage politique !

La France va donc continuer à s’endetter sur un rythme trop élevé, incompatible avec sa croissance, avec les objectifs du Pacte de stabilité, avec ses promesses répétées et surtout incompatible avec l’avenir qu’elle veut donner à ses enfants.

Bien entendu, cela n’empêchera pas les pourfendeurs de la rigueur de continuer à tenir leurs discours d’irresponsables. Pourtant, ces chiffres le montrent encore une fois, la France ne connait pas la rigueur mais elle connait le chômage de masse. Il va bien falloir qu'ils se résolvent à chercher une autre explication.