GalinetteLa Commission Européenne s’est permise de prodiguer ses bons conseils à notre Président de la république à nous, François Hollande. Il n’est pas exagéré de dire que celui-ci n’a que moyennement apprécié que l’on vienne lui dire publiquement ce qu’il a à faire pour tenir ses promesses de réduction de déficit.

Pourtant, à la place de la Commission, nous insisterions tout autant pour bien rappeler à la France que le délai de 2 ans qui lui est octroyé ne doit pas servir de prétexte pour se la couler douce, et que 2 ans ce n’est pas trop (litote) pour atteindre l’objectif fixé. Compte tenu des fâcheux précédents français en matière de promesses non tenues, un tel rappel n’est pas du luxe.

A peine, François Hollande a t-il eu le temps de remballer vertement la Commission par un superbe « La Commission européenne n'a pas à nous dicter ce que nous avons à faire (…) », que c'est au tour du FMI d'embêter notre président.