Humeurs de vaches

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 11 juin 2013

Mais arrêtez d’embêter notre Président !

GalinetteLa Commission Européenne s’est permise de prodiguer ses bons conseils à notre Président de la république à nous, François Hollande. Il n’est pas exagéré de dire que celui-ci n’a que moyennement apprécié que l’on vienne lui dire publiquement ce qu’il a à faire pour tenir ses promesses de réduction de déficit.

Pourtant, à la place de la Commission, nous insisterions tout autant pour bien rappeler à la France que le délai de 2 ans qui lui est octroyé ne doit pas servir de prétexte pour se la couler douce, et que 2 ans ce n’est pas trop (litote) pour atteindre l’objectif fixé. Compte tenu des fâcheux précédents français en matière de promesses non tenues, un tel rappel n’est pas du luxe.

A peine, François Hollande a t-il eu le temps de remballer vertement la Commission par un superbe « La Commission européenne n'a pas à nous dicter ce que nous avons à faire (…) », que c'est au tour du FMI d'embêter notre président.

Lire la suite...

samedi 18 juin 2011

Aide-toi et le ciel t’aidera !

EmileLes grecs, ont manifesté avec force et véhémence leur mécontentement et leur opposition farouche à la cure d’austérité à laquelle ils sont soumis. Si on ajoute à ces mouvements de foule, l’opposition des conservateurs pourtant largement responsables de la situation et la défection de certains membres de sa majorité, on est bien loin du consensus demandé par Georges Papandréou.

Pourtant, sans consensus, impossible de réformer en profondeur la Grèce et son Etat !

C’est ce qu’ont bien compris ses créanciers puisque l’Union Européenne et le FMI en font une condition sine qua non à l’octroi de prêts supplémentaires. Pour le forcer ce consensus, Papandréou a pris le risque d'ajouter la crise politique à la crise financière et sociale en mettant la tête de son gouvernement sur le billot.

Lire la suite...