Humeurs de vaches

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Francois Hollande

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 5 novembre 2013

François Hollande, l’homme qui n’est pas tombé à pic

CarolineLa fronde bretonne coiffée du bonnet rouge est symptomatique de l’état d’esprit qui sévit en France vis-à-vis de l’Exécutif.

La Bretagne va mal ou du moins elle va moins bien qu’avant. Quelques plans sociaux s’annoncent sur des activités qui ont pourtant fait sinon sa richesse du moins sa relative prospérité et la fameuse écotaxe a été la goutte de cidre qui a fait déborder la bolée.

Les manifestations de Quimper ont été l’occasion de vilipender le pouvoir, d’interpeller véhémentement François Hollande qui n’avait pourtant pas besoin de ça pour déprimer.

Pourtant, disons le tout net, dans cette histoire le breton est injuste. François Hollande n’est pas pour grand-chose dans leur situation.

Les plans sociaux sont le résultat d’erreurs qui ne datent certainement pas du 6 mai 2012 et l’écotaxe tant dans son principe que dans ses modalités, a été initiée par Jean-Louis Borloo, sous l’œil bienveillant de Nicolas Sarkozy et dans une belle unanimité parlementaire.

Face à la colère des bretons enbonnetés, François Hollande a pris la seule décision qui vaille, il a suspendu la mise en place de la dite taxe et annoncé une concertation sur son devenir.

Sur cette affaire, je ne vois pas bien ce que l’on peut décemment lui reprocher …et pourtant !

Lire la suite...

mardi 29 octobre 2013

Un bon faiseur de miracles pour remplacer Ayrault

Quasimodo frèreLe changement de Premier ministre, ce n'est pas maintenant mais il va falloir que François Hollande y songe sérieusement. Dans notre Cinquième République, le Président de la République a besoin d'un Premier ministre qui le protège, qui assume et justifie sa politique et qui assure son autorité sur le gouvernement et plus largement sur sa majorité présidentielle.

Clairement, malgré ses qualités indéniables, Jean-Marc Ayrault n'assume pas ce rôle. François Hollande est au plus bas dans l'opinion, sa politique est peu lisible et les ministres peinent à l'expliquer. Ces mêmes ministres n'hésitent pas à s'opposer les uns aux autres devant toute la France et la majorité présidentielle se transforme peu à peu en une armée de frondeurs.

Dans l'affaire Leonarda, François Hollande n'aurait jamais du s'exposer aussi franchement et s'il fallait apporter un soutien à son ministre de l'Intérieur en difficulté, c'était à Jean-Marc Ayrault de monter au front, quitte à se prévaloir du soutien sans faille du président de la République. Pour toutes ces raisons, Jean-Marc Ayrault a failli. François Hollande devra donc changer de Premier ministre.

Malheureusement pour François Hollande, peu nombreux sont les membres du Parti socialiste à disposer des qualités requises pour prendre la suite de Jean-Marc Ayrault. Dans la situation actuelle, le premier nom qui vient à l'esprit est celui de Manuel Valls. Malgré tout, il est peu probable qu'il soit choisi: voici pourquoi en 5 (bonnes) raisons.

Lire la suite...

mercredi 23 octobre 2013

EELV, les ennemis de l’intérieur

QuasimodoDepuis le début du quinquennat de François Hollande, EELV joue un jeu pour le moins trouble et ambigüe. Malgré la présence de deux représentants au gouvernement, malgré le cadeau princier de 18 députés que leur a fait le PS aux dernières législatives, sans commune mesure avec le score de sa représentante à la Présidentielle, EELV se comporte comme un parti d’opposition ou presque.

Le problème n’est pas que les Verts fassent pression sur le Gouvernement sur les sujets d’écologie qu’ils portent depuis longtemps et qui devraient constituer le cœur de leur action, le problème c’est que cette contestation se manifeste sur des sujets importants et politiquement essentiels.

Lire la suite...

lundi 21 octobre 2013

Une pitoyable manière de faire de la politique

SayaAvec l'affaire Leonarda, notre démocratie atteint le fond. Une expulsion, pourtant décidée et confirmée après mout recours par la Justice fait l'actualité pendant une semaine sur tous les médias, elle met la pression sur le Ministre de l'intérieur de la République Française au point qu'on demande sa démission, elle l'amène à écourter son séjour dans les départements d'outre mer, elle provoque des grèves de lycéens avec blocages de Lycées, elle conduit à toutes les hystéries (certains parlent de rafle) et le pompon, elle amène le Président de la république lui même à intervenir dans une intervention solennelle pour trancher...à moitié. Intervention qui relance de plus belle la polémique.

Certes, les conditions de « l’interpellation » de cette jeune fille sont discutables. Malgré les précautions qui semblent pourtant avoir été prises et notamment le fait de ne pas l’avoir fait descendre du bus devant ses petits camarades, c’est le symbole lui-même qui a choqué. Mais cet élément n’est pas contesté, le manque de « discernement » a été officiellement acté et Manuel Valls s’est empressé de publier une circulaire demandant aux préfets de sanctuariser l’Ecole et ses prolongements.

Pour autant, l’expulsion de la famille Dibrani est d’une banalité sans nom. Juridiquement inattaquable et moralement tout à fait défendable compte tenu du passif du père, des mensonges des uns et des autres et de l’absence flagrante de volonté de s’intégrer des parents.

D'évidence il y a des cas d’expulsion qui crèvent beaucoup plus le cœur que celui-ci.

Alors, comment en est t’on arrivé à faire de cette incident, malheureux certes, mais anecdotique, une véritable affaire d’Etat ?

Lire la suite...

mardi 20 août 2013

Il était une fois la France de dans 10 ans

LucaA quoi ressemblera la France de 2025 ? Cette question posée par François Hollande à son Gouvernement a provoqué de nombreuses réactions pour la plupart critiques et souvent moqueuses.

Pourtant, comment reprocher à nos gouvernants de vouloir se définir des objectifs à long terme.

Comment leur reprocher de vouloir dépasser les prochaines échéances électorales, la prochaine enquête d’opinion ou les 140 caractères d’un tweet symbole du succinct et de l’éphémère.

Le temps de la politique médiatique et de l’agitation ambiante ne sont pas compatibles avec celui de la gouvernance. Pire encore, ils sont souvent contradictoires.

Lire la suite...

vendredi 19 juillet 2013

Hollande ou Monsieur réalité augmentée

JustinFrançois Hollande nous avait habitués à faire preuve d’un optimisme forcené (taux de croissance 2013 qui devait être à 0,8% alors qu’il finira misérablement à … - 0,1, retournement de la courbe du chômage en fin d’année etc etc) mais celle-là il ne nous l’avait pas encore faite.

Au-delà des pronostics à quelques mois qui peuvent effectivement se révéler hasardeux du fait d’un certain nombre d’incertitudes, c’est, cette fois-ci, à la réalité du jour qu’il s’attaque.

François Hollande détecte la présence d’une reprise économique là ou tout le monde ne voit au mieux qu’un hoquet, un léger sautillement, voire une stagnation.

Mais qu’est ce qui lui prend ?

Lire la suite...

mercredi 17 juillet 2013

On ne transige pas avec l’ennemi

Black et deckerAmusant comme certains sujets se prêtent plus que d’autres à des propos passionnés et donc excessifs, agressifs et lapidaires.

Clairement, la taxe sur les transactions financières que 11 pays européens souhaitent mettre en place en fait partie.

Rappelons que pour ses promoteurs, cette taxe dite « Tobin » avait la prétention d’être universelle. Outre la beauté du principe, sa généralisation à l’univers tout entier devait permettre d’éviter les déplacements d’activité au profit des pays qui ne l’appliqueraient pas. Cette application mondiale a vite tourné à l’illusion avec le refus des principaux centres financiers de la mettre en œuvre : les Etats-Unis, le Japon, Singapour, Hong-Kong, la Suisse ou, en Europe, le Royaume-Unis et le Luxembourg s’y sont déclarés hostiles.

Faute d’un consensus ni mondial, ni même européens sur le sujet, elle été mise en place en avant première en France par Nicolas Sarkozy en 2012 bientôt suivie par l’Italie en 2013. Au niveau européens, et faute d’unanimité (on en est loin), 11 pays dont la France et l’Allemagne, ont décidé de monter le projet dans un périmètre réduit et dans le cadre d’une procédure un peu particulière dit de « coopération renforcée ».

Lire la suite...

mardi 11 juin 2013

Mais arrêtez d’embêter notre Président !

GalinetteLa Commission Européenne s’est permise de prodiguer ses bons conseils à notre Président de la république à nous, François Hollande. Il n’est pas exagéré de dire que celui-ci n’a que moyennement apprécié que l’on vienne lui dire publiquement ce qu’il a à faire pour tenir ses promesses de réduction de déficit.

Pourtant, à la place de la Commission, nous insisterions tout autant pour bien rappeler à la France que le délai de 2 ans qui lui est octroyé ne doit pas servir de prétexte pour se la couler douce, et que 2 ans ce n’est pas trop (litote) pour atteindre l’objectif fixé. Compte tenu des fâcheux précédents français en matière de promesses non tenues, un tel rappel n’est pas du luxe.

A peine, François Hollande a t-il eu le temps de remballer vertement la Commission par un superbe « La Commission européenne n'a pas à nous dicter ce que nous avons à faire (…) », que c'est au tour du FMI d'embêter notre président.

Lire la suite...

mardi 21 mai 2013

Hollande et l’Europe, peut mieux faire !

MirzaLa conférence de presse de François Hollande a été accueillie plutôt positivement. Pour deux raisons essentielles me semble t-il. D’une part, parce qu’il y a implicitement affirmé, tout en le niant, ses convictions sociales démocrates ou plutôt sociales libérales (au sens ou on l’entend en France évidemment), et d’autre part parce qu’il a, enfin, osé parler d’avancées vers une Europe plus intégrée.

Pour autant, et même si ce deuxième point constitue une réelle satisfaction pour tous ceux qui sont convaincus que l’avenir de l’Europe et donc de la France passe avant tout par plus d’intégration et un véritable fédéralisme, son engagement apparait bien trop timide pour être complètement rassurant.

Lire la suite...

lundi 22 avril 2013

Austérité, vous avez dit austérité !

GuillemetteDe Louis Gallois à Jean-Luc Mélenchon en passant par le FMI, quelques ministres du gouvernement Ayrault et le G20 lui-même, de nombreuses voix s’élèvent contre l’austérité. Celle-ci est accusée de freiner la croissance et ainsi d’entretenir le cercle vicieux, moins de croissance donc moins de rentrées fiscales donc plus de déficits.

Mais derrière cet apparent et assez facile consensus (l'austérité n'est pas populaire), se cachent des divergences de fond.

Lire la suite...

jeudi 18 avril 2013

La France a élu un président normal et elle exige maintenant un Superman !

DidinePauvre Monsieur Hollande, 11 mois après sa glorieuse prise de fonction, le voilà au fond du gouffre, accablé par tous. A un plus bas historique dans les sondages d’opinion. Vilipendé par les médias qui l’accusent d’être faible, le soupçonnent de n’être pas à la hauteur et l’accablent de gros titres en gros titres. Agressé par sa Gauche qui passe plus de temps à le critiquer qu’à s’opposer à la Droite. Trahis par quelques uns de ses ministres qui, profitant de son état de faiblesse réel ou supposé remettent en cause ouvertement sa politique économique. Harcelé par l’opposition qui utilise à outrance la tromperie de son ex ministre du Budget et l’accuse soit d’être complice soit d’être un incapable. Hué par une partie de l’opinion que la Loi sur le mariage pour tous, malgré son succès législatif, a radicalisée.

Lire la suite...

lundi 25 février 2013

En politique, la méthode Coué ne fonctionne pas

NinaLe chiffre est tombé, la Commission européenne a livré ses prévisions de croissance pour 2013 et en ce qui concerne la France celle-ci est bien maigrichonne puisqu’elle frôle le zéro ( 0,1%).

Pourtant, pendant des mois, François Hollande relayé par son Gouvernement, s’est obstiné à considérer un taux de croissance de 0,8% pour 2013 comme crédible et, en conséquence, la réduction du déficit à 3% comme sérieusement envisageable. Le discours, les prévisions de chômage et surtout le budget avec ses hausses d’impôts et ses économies, tout a été calé sur ce chiffre.

Lire la suite...

vendredi 25 janvier 2013

L’impossible popularité d’Hollande

OliviaLes observateurs avertis de la vie politique s’étonnent que la cote de popularité de François Hollande ne remonte pas significativement. Pourtant, avec sa résolution à tenir bon sur le mariage gay, l'engagement militaire au Mali, son 1er succès dans le dialogue social et l'affirmation claire et nette de son social-libéralisme, il dément tous les préjugés qui semblaient avoir plombé son début de quinquennat.

François Hollande avait un déficit de crédibilité dans son rôle de chef d'Etat. Il faut bien avouer qu’il n’y a, en effet, pas grand-chose dans son passé qui permettait de considérer qu’il ferait un bon président de la république française. Il n’avait jamais assumé de responsabilités de haut niveau dans la vie publique, et l’essentiel de ce qui ressortait de son CV c’était son poste de Secrétaire Général du PS. Or, le moins que l’on puisse dire, c’est que l’épisode ne fut pas des plus glorieux.

Lire la suite...

vendredi 28 décembre 2012

Les 5 bonnes résolutions de Monsieur Hollande

MaxLa période se prête particulièrement aux bonnes résolutions. Mais le problème avec les résolutions de début d’année ce n’est pas seulement d’arriver à les tenir mais c’est surtout de les choisir.

Important le choix d’une résolution. Une bonne résolution doit être à la fois réaliste, pas la peine de se faire une promesse qu’on sait pertinemment ne pas pouvoir tenir, et elle doit en même temps constituer un défi, petit ou grand. En clair pas la peine de se fixer comme ambition de devenir Pape l’année prochaine, les probabilités de réussite sont maigres, à contrario, pas la peine non plus de se faire mousser à peu de frais en se promettant de ne pas avoir avalé plus d’un quintal de chocolat sur l’année 2013.

Compte tenu de la complexité de la chose et compte tenu du fait que François Hollande est très occupé, au point de ne pas pouvoir prendre de vacances, je me propose de l’aider en lui suggérant 5 bonnes résolutions pour l’année 2013.

Lire la suite...

mardi 11 décembre 2012

La gauche tombe dans son piège à illusions

Bill et BoulleEn Septembre, tout ce qui compte de commentateurs de la vie politique (une petite cinquantaine de millions d’individus au bas mot) glosait déjà sur la baisse de popularité brutale de Hollande et de son Gouvernement. En décembre, il n’est pas exagéré de dire que la situation ne s’est guère améliorée.

Un des faits accélérateur de ce qu’il faut bien appeler une débâcle fut, sans nul doute, l’affaire Florange. Comme il fallait s'y attendre l’activisme forcené mais stérile d’Arnaud Montebourg et sa menace de nationaliser le site, n’a fait que créer frustrations et déceptions et ce malgré la sauvegarde des emplois. Comme il fallait également s’y attendre, ce n’est pas Arnaud Montebourg qui pâtit de l’affaire, bien au contraire, mais Jean-Marc Ayrault et François Hollande auxquels on reproche de n’avoir pas voulu se lancer dans une coûteuse, inefficace et symboliquement dangereuse nationalisation, même temporaire.

Lire la suite...

- page 2 de 4 -