Humeurs de vaches

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 30 juin 2017

Insoumis peut-être, insupportables surement !

IsabelleLa hargne qui anime les représentants les plus visibles des Insoumis n’a d’équivalent que la rage permanente de leur vénéré leader.

Mélenchon avait pourtant tenté de donner le change pendant la campagne présidentielle. Bien briefé par ses conseillers et probablement bourré de Léxomine, il y est apparu étonnamment calme.

Mais ça n’a pas duré bien longtemps et la défaite qui lui a été infligée par le Peuple dont il s’est pourtant auto-proclamé le seul véritable représentant, a fait voler en éclat cette trop belle façade.

Dès le soir du premier tour de la Présidentielle, Raquel Garrido sur France 2 et Alexis Corbière sur TF1, se sont révélés incapables d’admettre qu’ils ne fussent pas au second tour. Ils ont pendant un long moment et avec des similitudes de langages révélatrices d’une pensée largement partagée par le chef, contesté les estimations, sous-entendant que les médias et les instituts de sondage, dans un même mépris à leur égard, avaient largement sous-estimés le succès du patron des Insoumis.

La suite leur donné cruellement tort en montrant la précision des estimations de 20h00 (au moins celles de France 2) et la puérilité de leur comportement.

Lire la suite...

mardi 25 avril 2017

Votez Macron ou votez Le Pen mais votez, et assumez !

Barnabé
Qui se ressemble s’abstient !

J’ai piqué la formule à Raphael Einthoven, qui dans son excellente rubrique du matin sur Europe 1 a expliqué en quoi le succès du #SansMoiLe7Mai auprès des « Insoumis » de Jean-Luc Mélenchon n’était en fait que la matérialisation de leur difficulté à admettre que fondamentalement leur projet était à beaucoup d’égards (cf. ici) beaucoup plus ressemblant de celui de Marine Le Pen que d’Emmanuel Macron.
Évidemment impossible à admettre pour des gens qui ont dans leurs gènes un rejet viscéral de l’extrême-droite.

Quelqu’un qui ferait du mauvais esprit pourrait aller jusqu’à penser que, sans l’avouer ni même peut-être se l’avouer, ils ne seraient pas mécontent d’une victoire de Le Pen.

Après tout, cela signifierait qu’ils avaient raison, le « Peuple » rejette le « Système » dont Macron est un pur produit. Et cela contribuerait encore un peu plus à légitimer leur combat, « tout cela est de votre faute, voyez nous sommes les seuls légitimes à combattre l’extrême-droite ».

Car, de deux choses l’une, soit Macron passe sans leur aide et dans ce cas ils pourront dire « voyez, nous, on a les mains propres, on est resté fidèles à nos idéaux » soit c’est Le Pen et dans ce cas ça sera « Vous n’avez pas plébiscité le Che Mélenchon, eh bien tant pis pour vous, vous n’avez que ce que vous méritez ». Quelles qu’en soient les conséquences, peu importe, ça n’est pas notre problème !
Une sorte de politique de la terre brulée de laquelle ils émergeraient pour sauver la France du péril brun.

Lire la suite...