Roseline 2ème


En accord avec Nicolas Sarkozy, Xavier Darcos a décalé son calendrier de mise en œuvre de sa réforme des Lycées. Qu'elles sont les raisons profondes de ce qu’il faut bien appeler une reculade ?

Alain Duhamel en a l’interprétation suivante, je la cite parce qu’elle correspond parfaitement à mon propre ressentis : « Ce qui s'est passé, c'est qu'il y a eu une évaluation qui a été faite par Nicolas Sarkozy des risques qui étaient encourus à un moment donné, et qu'ils ont décidé ensuite qu'il fallait changer d'avis. »

« …, on est dans une période terriblement anxiogène, on le sait bien, on voyait très bien des lycéens, je ne dirais pas les lycéens, mais des lycéens qui étaient mobilisés, on voyait des petits groupes violents qui n'appartenaient pas aux établissements et qui passaient d'un endroit à un autre avec des risques qui étaient encourus, notamment par les lycéens d'ailleurs. On voyait le corps enseignant, les syndicats qui avaient donné le sentiment qu'ils tenaient enfin leur revanche contre ce ministre qui leur en avait fait voir de toutes les couleurs. Et donc il y avait un risque d'embrasement. Le gouvernement a préféré manger son chapeau, un chapeau c'est indigeste, mais c'est mieux qu'un embrasement … »

Si je résume l’explication d’Alain Duhamel à laquelle j’adhère, Sarkozy a eu la pétoche !