Humeurs de vaches

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 6 juillet 2017

Tout ce qui est excessif est insignifiant

LucetteOn se doutait bien qu’Emmanuel Macron allait bouleverser les usages et autres vieilles habitudes de la République, il a même été élu en grande partie pour cela. On aurait également dû se douter que ça n’allait pas plaire à tout le monde et notamment aux opposants rancuniers, aux journalistes perturbés dans leurs vieux schémas de pensée et d’une manière générale à tous les conservateurs qui n’ont pas encore compris qu’on ne pouvait plus faire de la politique comme au 19éme siècle.

Je passe sur l’appellation de « Jupiter » reprise dans une belle unanimité par toute la Presse et la classe politique. Surnom qui n’a évidemment aucun sens !

Parti du qualificatif plus ou moins pertinent de « président jupitérien », la formule a plu aux journalistes qui l’ont allègrement raccourcie en « Jupiter », décalage sémantique qui fait passer ce qui n’était qu’un comportement en un état. Cette transformation n’est évidemment pas neutre puisqu’autant se comporter comme un Dieu même romain peut être favorablement perçu, autant se prendre pour un Dieu, dans une démocratie égalitariste comme la France, c’est déjà beaucoup moins positif !

Mais peu importe aux journalistes qui, dans un parfait comportement moutonnier, répètent la formule à l’envie.

Mais surtout, que n’a-t-on pas entendu lorsque le Président de la République a émis la drôle d’idée de s’exprimer devant le Congrès, c'est-à-dire devant les représentants de la Nation. Qui plus est, juste avant l’intervention de son premier ministre pour son « Discours de politique générale »

Lire la suite...

vendredi 30 juin 2017

Insoumis peut-être, insupportables surement !

IsabelleLa hargne qui anime les représentants les plus visibles des Insoumis n’a d’équivalent que la rage permanente de leur vénéré leader.

Mélenchon avait pourtant tenté de donner le change pendant la campagne présidentielle. Bien briefé par ses conseillers et probablement bourré de Léxomine, il y est apparu étonnamment calme.

Mais ça n’a pas duré bien longtemps et la défaite qui lui a été infligée par le Peuple dont il s’est pourtant auto-proclamé le seul véritable représentant, a fait voler en éclat cette trop belle façade.

Dès le soir du premier tour de la Présidentielle, Raquel Garrido sur France 2 et Alexis Corbière sur TF1, se sont révélés incapables d’admettre qu’ils ne fussent pas au second tour. Ils ont pendant un long moment et avec des similitudes de langages révélatrices d’une pensée largement partagée par le chef, contesté les estimations, sous-entendant que les médias et les instituts de sondage, dans un même mépris à leur égard, avaient largement sous-estimés le succès du patron des Insoumis.

La suite leur donné cruellement tort en montrant la précision des estimations de 20h00 (au moins celles de France 2) et la puérilité de leur comportement.

Lire la suite...

mardi 25 avril 2017

Votez Macron ou votez Le Pen mais votez, et assumez !

Barnabé
Qui se ressemble s’abstient !

J’ai piqué la formule à Raphael Einthoven, qui dans son excellente rubrique du matin sur Europe 1 a expliqué en quoi le succès du #SansMoiLe7Mai auprès des « Insoumis » de Jean-Luc Mélenchon n’était en fait que la matérialisation de leur difficulté à admettre que fondamentalement leur projet était à beaucoup d’égards (cf. ici) beaucoup plus ressemblant de celui de Marine Le Pen que d’Emmanuel Macron.
Évidemment impossible à admettre pour des gens qui ont dans leurs gènes un rejet viscéral de l’extrême-droite.

Quelqu’un qui ferait du mauvais esprit pourrait aller jusqu’à penser que, sans l’avouer ni même peut-être se l’avouer, ils ne seraient pas mécontent d’une victoire de Le Pen.

Après tout, cela signifierait qu’ils avaient raison, le « Peuple » rejette le « Système » dont Macron est un pur produit. Et cela contribuerait encore un peu plus à légitimer leur combat, « tout cela est de votre faute, voyez nous sommes les seuls légitimes à combattre l’extrême-droite ».

Car, de deux choses l’une, soit Macron passe sans leur aide et dans ce cas ils pourront dire « voyez, nous, on a les mains propres, on est resté fidèles à nos idéaux » soit c’est Le Pen et dans ce cas ça sera « Vous n’avez pas plébiscité le Che Mélenchon, eh bien tant pis pour vous, vous n’avez que ce que vous méritez ». Quelles qu’en soient les conséquences, peu importe, ça n’est pas notre problème !
Une sorte de politique de la terre brulée de laquelle ils émergeraient pour sauver la France du péril brun.

Lire la suite...

vendredi 21 avril 2017

Rouge bonnet et bonnet blanc

Ernest blog 120x90Le succès de Mélenchon et bien évidemment celui de Le Pen, même s’ils ne s’appuient pas sur le même fond idéologique, relèvent exactement des mêmes ressorts et des mêmes tromperies.

Ils se présentent tous les deux comme les représentants exclusifs du Peuple. Un Peuple évidemment opprimé par l’establishment qui monopolise le pouvoir depuis le début de la 5ème République. Ah, le Peuple ! Le fameux Peuple ! Mais qu’est-ce donc que le Peuple ?

On devine que derrière ce vocable, ceux-là y mettent, non pas le Peuple Français dans sa diversité, mais les p’tits gens, les humbles, les modestes, les plus démunis, les pauvres et les très pauvres, les misérables, les nécessiteux voire même les sans-dents, en fait, toutes les « victimes » de notre société dont ils s’autoproclament les hérauts contre l’élite qui les méprisent !

Comme une version moderne du défenseur de la veuve et l’orphelin, tels des Robin des bois modernes, ils s’arrogent l’exclusivité de la représentation et de la défense des intérêts de tous ces gens.

Une belle cause que personne ne peut décemment contester et que, dans un formidable amalgame, ils utilisent pour rendre incontestable leur propre vérité. Contester l’une revient à s’opposer à l’autre.

Lire la suite...

vendredi 24 février 2017

Mélenchon grand gagnant à « Qui veut dépenser des milliards »

EnzoDans un de ses shows 2.0.1.7 post-modernes dont il a maintenant l’habitude, Mélenchon a exposé son programme chiffré de pied en cap.

Cet exercice de transparence, dont on aimerait qu’il soit généralisé à tous les candidats à l’élection présidentielle, a au moins un mérite, celui d’exposer clairement les fondamentaux idéologiques de Mélenchon et de ses conseillers.

Son mirobolant programme repose essentiellement sur l'idée qu'il suffit d'injecter des centaines de milliards (100 milliards d’entrée + 173 milliards sur 5 ans) dans l'économie et plus précisément dans le pouvoir d'achat des français, pour que tout s’enchaine dans un magnifique cercle vertueux jusqu’à que l’économie française atteigne un nouvel et plantureux âge d’or.

Le processus est pourtant si simple que l’on se demande pourquoi on n’y a pas pensé avant !

Lire la suite...

mercredi 15 février 2017

Rien ne va plus, faites vos jeux !

BiscotteA chaque élection sa surprise !

Le Brexit, Trump, Fillon à la primaire des LR et demain, pourquoi pas Poutou président de la République Française !

Tous les récents scrutins ont pris à contre-pied les commentateurs plus ou moins avertis de la vie politique.

C’est la faillite des sondages, le discrédit de la caste médiatique, clameront en chœur tous ceux qui ne comprennent pas plus que les autres ce qui s’est passé mais qui y voient là une bonne occasion pour crier haro sur les baudets de l’inique pensée unique.

C’est la victoire du Peuple contre les élites prétendront certains, celle des populistes les plus bonimenteurs rétorqueront les autres !

Tout le monde a pour partie raison car l'explication est bien évidemment multiple. Mais plutôt que d’en profiter pour se poser les bonnes et potentiellement dérangeantes questions, chacun y trouve prétexte pour confirmer ses propres convictions ce qui s’accommode assez mal avec les nuances nécessaires à une critique constructive.

Je crains pourtant que ce phénomène ne révèle plutôt que nous avons atteint les limites de notre système démocratique et ce, à cause d’un étrange paradoxe.

Lire la suite...

jeudi 28 avril 2016

Errare humanum est, perseverare cretinum !

Flora 2On devrait imposer un droit de suite aux politiciens qui vont s’extasier devant un modèle économique et politique étranger qu’ils présentent comme une réussite et dont nous devrions tous nous inspirer.

La remarque vaut évidemment pour tous ceux qui ont encensé les communismes de toute la planète, avant de s’apercevoir tardivement, qu’ils conduisaient immanquablement au totalitarisme et à la misère économique. Peu d’entre eux ont admis leur erreur.

Mélenchon fait partie de ces gens qui ont encensé feu son grand ami Chavez sans voir qu’il conduisait tranquillement son pays vers un inévitable désastre.

Déjà du temps de Chavez, la situation n’était pas brillante (voir ici un précédent billet). Malgré un prénom généralement réservé aux personnes de qualité, Nicolas Maduro, son digne successeur n’a fait que prolonger la politique de son mentor, basée sur le clientélisme, l’assistanat généralisé et l’omniprésence d’un secteur public parfaitement inefficace.

Le résultat ne s’est pas fait attendre, le Venezuela pourtant assit sur les premières réserves mondiales de brut, s’est enfoncé toujours plus dans une situation que l’on peut, sans risque d’exagération, qualifier de catastrophique.

Lire la suite...

samedi 12 juillet 2014

Iceberg droit devant !

LouisEt si Mélenchon avait eu raison ?

Bon, j’avoue que la question est volontairement provocatrice. Ce n’est pas que Mélenchon n’ait pas quelques fois raison, mais ses rares éclairs de lucidités sont trop souvent noyés dans un discours anticapitaliste primaire asséné sans nuances et avec agressivité.

C’est en prenant connaissance des récents chiffres de l’endettement de la France, que je me suis fait cette réflexion.

Selon l’INSEE, à la fin du premier trimestre 2014, la dette publique s’est établit à 1985,9 Md€ soit 93,6 %, du PIB. La France s’avance donc inexorablement vers un montant symbolique de 2 000 milliards d’euros de dettes et un taux d’endettement tout aussi symbolique de 100% de son PIB.

A l’heure qu’il est, d’ailleurs, les 2 000 milliards d’euros sont certainement déjà atteints.

En un trimestre, ce sont plus de 45 milliards qui sont venus gonfler la rondelette besace dans laquelle se terre douillettement notre bonne grosse dette.

Mais manifestement, ces chiffres n’ont l’air de ne perturber personne. Ils ont été publiés dans une indifférence quasi générale résultante d’une longue et anesthésiante habitude et de taux d’intérêts historiquement bas.

Lire la suite...

lundi 27 mai 2013

Au Venezuela on a du pétrole mais on n'a pas de PQ

NoéUne petite information dégotée Jeudi dans Direct Matin. On peut lire dans un petit article sobrement intitulé « SOS papier toilette » qu’après plusieurs semaines de pénurie, les députés vénézuéliens ont voté un budget spécial de 79 millions de dollars pour importer tout un tas de produits d’hygiène dont du papier toilette (d’où le titre) mais aussi des serviettes hygiéniques, du savon, des couches, du dentifrice etc. etc.

Plus généralement, au Venezuela, le taux de pénurie calculé par la banque centrale tourne autour de 20% mais atteint parfois jusqu'à 50% pour des denrées à la base de l'alimentation vénézuélienne comme l'huile, le sucre et la farine de maïs précuit. Au-delà de son coté tout à fait anecdotique cette l'information est très instructive.

Comment un pays, 1er producteur pétrolier du continent Sud-américain, qui est assis sur les 1ères réserves mondiales de brut, les 5èmes réserves de gaz et qui possède de vastes ressources minières (or, bauxite, fer, nickel, charbon…), hydrauliques et agricoles, a t-il pu en arriver là !

Lire la suite...

samedi 21 avril 2012

Lutte contre le FN, la fausse barbe de Mélenchon

GalinetteDans un magnifique élan révolutionnaire, Mélenchon veut nous ressusciter le vieux combat entre communistes et fascistes. L’armée rouge contre la peste brune.

Il a récemment appelé au vote utile…contre Marine Le Pen, estimant que lui permettre d’arriver devant Le Pen serait « (…) non seulement une bonne action pour votre pays, mais pour toute l'Europe » !

Voilà à quoi en est réduit l’élection présidentielle, voter pour un illusionniste qui amènerait la France au désastre au détriment, en premier lieu, de tous ceux dont il se prétend le défenseur afin qu’il arrive devant une autre illusionniste qui amènerait la France au désastre au détriment, en premier lieu, de tous ceux dont elle se prétend la défenseure. Sachant que l’un et l’autre prétendent défendre les mêmes personnes !

Lire la suite...

samedi 14 avril 2012

Belle synthèse Franz !

BambiPour ceux qui n’auraient pas regardé ce qui devait être un débat entre 10 candidats puis 5, et qui ne fut qu’une succession de mini « Paroles et des actes », je conseille l’excellente synthèse finale de FOG.

Franz Olivier-Giesbert (FOG) et Hélène Jouan (directrice des magazines d'information de France Inter) étaient chargés de commenter le passage des 5 candidats de la soirée.

Ce fut en fait un FOG show.

Lire la suite...

jeudi 29 mars 2012

Mélenchon, boulet rouge de Hollande

MoniqueMélenchon s’est la petite bête qui monte, qui monte, qui monte ….dans les sondages.

Une petite bête qui va rapidement venir gratter sous le nez son meilleur concurrent François Hollande.

D’ores et déjà, le leader du Front de Gauche affiche son ambition, il sera en tête des formations de Gauche au premier tour ! exit le François, viré façon Jospin le François !

Même si l’hypothèse est pour le moins improbable, envisageons là un instant.

Lire la suite...

samedi 17 mars 2012

Pourquoi je ne voterai pas Mélenchon !

MeugletteCe titre peut surprendre, car ceux qui me lisent de temps en temps, savent bien qu’il n’a jamais été question pour moi de voter Mélenchon et que si je devais constituer une liste de mes préférences, celui s’y retrouverait dans les dernières places.

Ce billet est en fait une réaction à tous les écrits de fans qui fleurissent ces temps-ci et qui proclament leur amour pour leur leader en nous expliquant pourquoi voter Mélenchon est pour eux une évidence. Il faut bien avouer que la mélenchonsphère est vraiment très dynamique

Lire la suite...

samedi 14 janvier 2012

Triple A contre triple buses

FélicieLa France a perdu son triple A, c'était attendu, c'était presque espéré par l'opposition considérant qu'il fallait mieux que cela arrive avant l'élection qu'après, de toute façon c'est mérité !
Malgré tout, l'annonce a provoqué un vif émoi dans la France entière.

Les médias tournent en boucle sur le sujet, chacun y allant de son commentaire, et chacun exhibant son expert chargé de nous expliquer qu'elles en sont les conséquences. De ce point de vue, les avis sont variés: Les plus optimistes, nous disent que c'est plutôt une bonne nouvelle que la France n'ait pas été dégradée de 2 crans, les un peu moins optimistes , que ce n'est pas si grave que ça puisque c'était attendu et que les taux auxquels emprunte la France sont déjà des taux de AA+, les réalistes, que l'avertissement n'est pas sans frais et qu’il doit être entendu avant que ça ne se gâte réellement, et les pessimistes, que c'est le début de la fin, que nous allons entrer dans une spirale infernale d'accroissement continu de notre endettement alimenté par la hausse du cout de la dette sans croissance pour la compenser.

Lire la suite...

dimanche 20 novembre 2011

La gauche la plus bête du monde ?

Troupeau de curieusesIl y a des candidatures à la Présidentielle qui montent en puissance tranquillement, et il y en a d’autres qui tombent tout aussi tranquillement en déliquescence. D’aucun diraient qu’elles partent en c……. . Celle du candidat du PS est clairement dans la seconde situation.

Si on jette un rapide petit coup d’œil en arrière, mettons en Mai 2011, ce n’est pas si loin après tout, eh bien qu’y voit-on !

Le beau Projet du PS est fraichement approuvé dans une très belle unanimité, malgré des primaires qui s’annoncent le candidat du PS est quasi-trouvé et même s’il n’est pas encore déclaré, il bénéficie d’une popularité gargantuesque d’autant plus gargantuesque que celle de Sarkozy touche le fond….bref, tout va pour le mieux pour le PS !

Lire la suite...

- page 1 de 2