Humeurs de vaches

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 7 juin 2011

La journalistiquerie du jour

NorbertCe matin, j’ai vaguement zappé entre radio (Europe 1) et télé (Canal) et dans les 2 cas, je suis tombé sur la journalistiquerie du jour consistant pour les journalistes, à demander à tous les dirigeants socialistes qui leur tombaient sous la main, s’ils trouvaient moral que pour se défendre, le présumé coupable DSK, en vienne à attaquer la présumée victime femme de chambre.

J’ai écris sur ce sujet il y a déjà 2 semaines, mais il semble manifestement, que la question ne fasse que commencer à tarauder les journalistes.

Lire la suite...

vendredi 20 mai 2011

La charrue du projet avant les bœufs des primaires !

JackDécidément, le PS a du mal à faire simple et cohérent dans sa volonté de se présenter comme le chantre de la démocratie participative.

Le PS a élaboré un projet à grand renfort de « conventions » et de « forums ». Ce projet une fois finalisé est passé devant le Conseil National du parti, par lequel il a été approuvé dans une belle unanimité !

Puis, ce sont les militants qui ont été appelés à voter pour ou contre. Et ce fut « pour » avec un score digne d’un chef d’Etat nord coréen ou de Guinée Equatoriale puisque le projet a récolté 95,14% des voix.

Bon, il est vrai qu’à peine 50% des militants ont pris la peine de voter. Ce qui, au passage, rend risible l’autoglorification de Christophe Borgel (Secrétaire national du PS aux élections) tout satisfait du chiffre de 95,14% qualifié de « …bonne surprise, car on aurait pu avoir beaucoup plus de votes blancs et nuls, comme cela a été le cas dans d'autres conventions » !

Je ne sais pas vous, mais moi j’aurais tendance à penser 50% de participation ça nous fait 50% d’abstention et que, dans une telle situation ou il n’y a qu’un projet en lice, la différence entre le vote blanc et l’abstention est pour le moins ténue !

Lire la suite...

lundi 21 mars 2011

Les bas du front républicain

SayaLa montée du Front National et sa fréquente position au second tour, pourtant largement attendue, a lancé un débat houleux sur l’opportunité ou non de constituer un « front républicain ». Pour ceux qui n’auraient pas parfaitement saisi la signification de cette fort pompeuse expression, elle consiste pour le 3ème larron du premier tour (souvent un UMP) à donner des consignes de vote à ses électeurs du premier tour en faveur du seul candidat républicain restant en lice (souvent un PS).

Pour résumer, on peut dire qu’il y a 2 écoles, celle édictée par Sarkozy et largement véhiculée par Coppé consistant à dire, « pas de front républicain, pas de consignes de vote, nos électeurs font ce qu’ils veulent, nous ne voulons pas créer la confusion et que l’on puisse dire ensuite que l’UMP et le PS c’est kif kif bourricot ! », l’autre école étant largement représenté par tous le PS mais également par quelques personnalités de la majorité, appelant le candidat recalé à se prononcer explicitement en faveur du candidat républicain restant pour faire barrage au FN !

Lire la suite...