AlineIl faut dire que le symbole est trop beau pour tous ceux qui en sont restés à une vision extrêmement manichéenne du monde, une vision qui oppose les bons (eux) et les méchants (leurs opposants politiques). En la matière, difficile de trouver mieux !

Imaginez, un nazillon caricatural qui assassine violemment un jeune "anti-fa" membre du groupe "Action antifasciste Paris-Banlieue", militant au syndicat étudiant "Solidaire", en bref engagé dans toutes les "bonnes causes". Un odieux et lâche assassinat politique commis par un tenant d'une des pires idéologies qu'à connu notre monde moderne.

Normal qu'avec un symbole comme celui-ci, beaucoup n'hésitent pas à nous ramener 70 ans en arrière, aux belles heures de la lutte contre le fascisme puis contre le nazisme. C'est le chant des partisans devant Sciences-Po, c'est l'internationale, c'est le slogan "No pasarán" des républicains espagnols en lutte contre Franco. Toutes les références aux grandes heures de la République y passent. Ce meurtre est la preuve que la peste brune est toujours vivace, ne nous relâchons pas dans notre lutte contre ce fléau.