Humeurs de vaches

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 3 octobre 2012

La goutte de bière qui fait déborder le vase

GéraldineA la recherche du moindre sou pour tenter de combler un des nombreux trous budgétaires dans lesquels sont tombées nos finances publiques, le gouvernement a trouvé une nouvelle taxe à augmenter. Après la taxe sodas de son prédécesseur il a récemment jeté son dévolu sur une autre sorte de boisson …la bière !

Et comme pour la taxe sur les sodas, le prétexte officiel est une raison de santé publique. Hier la lutte contre l’obésité, aujourd’hui la lutte contre l’alcoolisation des jeunes.

Bien évidemment, personne n’est dupe, la santé publique a bon dos. Rappelons quand même à propos de la taxe sur les sodas, qu’elle a été étendue aux boissons avec édulcorants qui ne favorisent pas l’obésité et que ce ne sont pas les 2 centimes supplémentaires sur une canette qui provoqueront une baisse de la consommation.

De même, si la santé publique est la motivation majeure, on a du mal à comprendre pourquoi, dans ce cas, le droit d'accise sur la bière (7,20 €/hectolitre et par degré alcoométrique) est très précisément le double de celui du vin (3,60 €/hectolitre).

Au-delà du désagrément que j’éprouve lorsqu’on touche à ma boisson favorite mais néanmoins consommée avec modération, il y a quelque chose de déprimant à constater la foison de prélèvements nouveaux auxquels nous sommes soumis. Déprimant de par l’effet multitude mais également de par l’incohérence qui semble guider toute nouveauté fiscale.

Lire la suite...

lundi 18 octobre 2010

Stop au rafistolage mal ficelé !

Jeremy

Laurent Hénart, député UMP vient de proposer que les salariés renoncent à une journée de RTT pour financer la dépendance des personnes âgées.

Je ne vais pas revenir sur le tollé général que cela a immédiatement provoqué, à Gauche bien entendu, toujours toute en nuance, qui considère l’idée comme étant « encore une arnaque de la droite » mais également à Droite par ceux qui, comme Xavier Bertrand, commencent à se dire qu’il ne faut peut-être pas trop charger la mule sous peine de se prendre une déculottée aux prochaines élections.

Lire la suite...