Humeurs de vaches

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 28 avril 2016

Errare humanum est, perseverare cretinum !

Flora 2On devrait imposer un droit de suite aux politiciens qui vont s’extasier devant un modèle économique et politique étranger qu’ils présentent comme une réussite et dont nous devrions tous nous inspirer.

La remarque vaut évidemment pour tous ceux qui ont encensé les communismes de toute la planète, avant de s’apercevoir tardivement, qu’ils conduisaient immanquablement au totalitarisme et à la misère économique. Peu d’entre eux ont admis leur erreur.

Mélenchon fait partie de ces gens qui ont encensé feu son grand ami Chavez sans voir qu’il conduisait tranquillement son pays vers un inévitable désastre.

Déjà du temps de Chavez, la situation n’était pas brillante (voir ici un précédent billet). Malgré un prénom généralement réservé aux personnes de qualité, Nicolas Maduro, son digne successeur n’a fait que prolonger la politique de son mentor, basée sur le clientélisme, l’assistanat généralisé et l’omniprésence d’un secteur public parfaitement inefficace.

Le résultat ne s’est pas fait attendre, le Venezuela pourtant assit sur les premières réserves mondiales de brut, s’est enfoncé toujours plus dans une situation que l’on peut, sans risque d’exagération, qualifier de catastrophique.

Lire la suite...

lundi 27 mai 2013

Au Venezuela on a du pétrole mais on n'a pas de PQ

NoéUne petite information dégotée Jeudi dans Direct Matin. On peut lire dans un petit article sobrement intitulé « SOS papier toilette » qu’après plusieurs semaines de pénurie, les députés vénézuéliens ont voté un budget spécial de 79 millions de dollars pour importer tout un tas de produits d’hygiène dont du papier toilette (d’où le titre) mais aussi des serviettes hygiéniques, du savon, des couches, du dentifrice etc. etc.

Plus généralement, au Venezuela, le taux de pénurie calculé par la banque centrale tourne autour de 20% mais atteint parfois jusqu'à 50% pour des denrées à la base de l'alimentation vénézuélienne comme l'huile, le sucre et la farine de maïs précuit. Au-delà de son coté tout à fait anecdotique cette l'information est très instructive.

Comment un pays, 1er producteur pétrolier du continent Sud-américain, qui est assis sur les 1ères réserves mondiales de brut, les 5èmes réserves de gaz et qui possède de vastes ressources minières (or, bauxite, fer, nickel, charbon…), hydrauliques et agricoles, a t-il pu en arriver là !

Lire la suite...