GrâceA la demande du Front de Gauche et en réponse à une promesse du candidat Hollande, l’Assemblée a décidé de l’éradication du mot « race » dans les divers textes législatifs ou il figurait.

Virer le mot race de notre législation a du sens à partir du moment où le concept tel qu’il est défini est pour le moins douteux. Très largement contestée par les scientifiques et surtout prétexte à des jugements de valeurs moralement inacceptables, cette notion n’a plus sa place dans les lois de la République.

Pour autant l’opération n’est que symbolique et penser qu'elle permettra de lutter contre le racisme est absurde. Eliminer la notion de race de nos textes ne changera évidemment rien aux comportements de ceux qui continuent à prétendre sinon à penser qu’il y a des individus « supérieurs » à d’autres. De même, cela ne changera rien à son dérivé direct qui est le racisme.